background preloader

À consulter

Facebook Twitter

Etre tuteur - conseiller pédagogique en formation professionnelle d'enseignants novices. Dossier Ifé - FORMATEUR. Projet de programme pour un enseignement d'exploration d'informatique et de création numérique. Le Conseil supérieur des programmes a été saisi par la ministre chargée de l'Éducation nationale, le 26 janvier 2015, afin d'élaborer un projet de programme pour un enseignement d'exploration d'informatique et de création numérique destiné aux élèves de seconde générale et technologique.

Projet de programme pour un enseignement d'exploration d'informatique et de création numérique

Collège - Le collège 2016 : questions/réponses. Le collège en 2016 : les textes La réforme du collège en 10 points La réforme du collège en 10 points est un document interactif qui évoluera tout au long de l'année pour vous permettre de suivre la mise en place du collège 2016.

Collège - Le collège 2016 : questions/réponses

Vous pourrez en suivre les évolutions en vous abonnant à l'adresse : college-2016@education.gouv.fr. Les 7 missions du formateur de demain. Cette approche d’accompagnement nous semble très intéressante à publier, les questions de formation se posant de manière identique au niveau de tous les secteurs même si les finalités ou mise en oeuvre sont différentes.

Les 7 missions du formateur de demain

"Le formateur de l’ère digitale n’aura plus (n’a plus déjà ?) À transmettre son savoir. L’information est embarquée dans des bases de ressources pédagogiques et bientôt accessibles sur les Google glass de l’apprenant. Alors à quoi servira demain (aujourd’hui ?) Un formateur ? Mission 1 : aider au positionnement Avant de se lancer dans son apprentissage, l’apprenant doit savoir d’où il part, quels sont ses besoins en compétences.

La posture du formateur à l'ère du numérique. Le-nouveau-formateur-1-1024.jpg (JPEG Image, 1024 × 772 pixels) Philippe Meirieu : Former les enseignants en établissement : Un impératif. Les 26 et 27 mars se tenait à l’Institut Français de l’Éducation (IFÉ), dans le cadre de la chaire UNESCO « Former les enseignants au XXIème siècle » animée par Luc Ria, un séminaire sur le thème « Former les enseignants dans les établissements scolaires : vers une nouvelle aire de professionnalisation ?

Philippe Meirieu : Former les enseignants en établissement : Un impératif

» (1). Qu'apprendront les élèves de 6 à 16 ans à la rentrée 2016 ? Découvrez le socle commun de connaissances de compétences et de culture. Le socle commun de compétences, de connaissances et de culture est publié au bulletin officiel.

Qu'apprendront les élèves de 6 à 16 ans à la rentrée 2016 ? Découvrez le socle commun de connaissances de compétences et de culture

Il concerne les élèves de six à seize ans et sera mis en œuvre à partir de la rentrée scolaire 2016. Découvrez les détails et les enjeux des domaines qui constituent ce socle commun. Le socle commun de connaissances, de compétences et de culture couvre la période de la scolarité obligatoire, c'est-à-dire de six à seize ans. Il correspond pour l'essentiel aux enseignements de l'école élémentaire et du collège qui constituent une culture scolaire commune.

L'élève engagé dans la scolarité apprend à réfléchir, à mobiliser des connaissances, à choisir des démarches et des procédures adaptées, pour penser, résoudre un problème, réaliser une tâche complexe ou un projet, en particulier dans une situation nouvelle ou inattendue. Une réforme qui renouvèle et valorise le métier d’enseignant. Dans cette réforme du collège, quels éléments vous paraissent particulièrement prometteurs pour une meilleure démocratisation de l’école ?

Une réforme qui renouvèle et valorise le métier d’enseignant

Nous savons que le problème central du collège est celui de la tension entre la scolarité unique, généralement guidée par la norme de l’excellence pour tous inscrite dans les programmes, et la diversité du niveau des élèves, souvent liée à leurs origines sociales. La résolution de cette tension se fait parfois par le regroupement plus ou moins explicite des élèves en fonction de leur niveau réel ou supposé. Ceci passe par la composition sociale des collèges, par les choix des familles, puis par des choix plus subtils de langues et d’options rares.

Au bout du compte, le collège creuse les écarts, beaucoup d’élèves n’atteignent pas le niveau que l’on peut attendre et souvent l’intérêt des élèves décline au fil des années collège. Le problème de la réforme c’est qu’elle nécessite un collectif de travail. Propos recueillis par Florence Castincaud. Philippe Meirieu : L’École : une contre-société ? Lettre ouverte à Régis Debray. Dans un dossier que lui consacre l’hebdomadaire Marianne (n°946 – 5 au 11 juin 2015), Régis Debray, au cours d’un long entretien, aborde brièvement la question de l’École dont on sait à quel point elle lui tient à cœur.

Philippe Meirieu : L’École : une contre-société ? Lettre ouverte à Régis Debray

Pour avoir eu la chance d’échanger et de travailler à plusieurs prises avec Régis Debray (1), je sais que, loin des caricatures de certains publicistes, il manifeste, sur les problèmes scolaires, une salutaire exigence. Sans renoncer aux principes fondateurs auxquels il est attaché, il reste attentif à ce qui se joue dans l’entreprise pédagogique, pas si éloignée que cela, dans le fond, de la « médiologie » qu’il a créée et qui, en faisant travailler diverses spécialités sur l’impact et les enjeux de l’émergence des objets techniques dans les phénomènes culturels et civilisationnels, rejoint la « posture matérialiste » en pédagogie que promouvait Célestin Freinet et que développe aujourd’hui, par exemple, la « pédagogie institutionnelle »

. « Enseigner, c’est résister »