background preloader

Classe Medias Projet I

Facebook Twitter

Spicee-educ. Accueil - Interclass'Up. Réseau Luberon. NIVEAU : 4° relais CONTEXTE / NOMBRE DE SEANCES : Séance 1/6 dans le cadre du parcours citoyen PROBLEMATIQUE DE LA SEANCE : Éviter que les élèves considèrent tout comme une information.

Réseau Luberon

Développer l'esprit critique des élèves. OBJECTIF GENERAL : Utiliser les médias de manière autonome. Exploiter l'information de manière responsable. COMPETENCES NUMERIQUES DEVELOPPEES (voir le CRCN) : 1.1. Pour l'ensemble de la séquence de 6 séances : - Etre capable de respecter la parole de l'autre.- Respecter les règles de prise de parole. - Etre capable de cibler une information sur Internet avec des mots clés. - Savoir utiliser un outil numérique de canevas de "Une" (savoir trouver une image ; savoir trouver le lien de l'image).

Partie 1 : Les représentations initiales Les élèves sont amenés à se quetionner : pour vous qu'est-ce qu'une information ? Compétences : - Lutter contre les idées reçues, les approximations. - Ne pas confondre une information avec une anecdote, un fait divers, etc. La règle des 5W - Cours de Français 4ème - Mme MERLIN - Le Portel 62. Les 5 W ou les bonnes questions Les anglo-saxons proposent la règle des 5 W : Who, What , Where, When, Why ?

La règle des 5W - Cours de Français 4ème - Mme MERLIN - Le Portel 62

Complétés par : hoW, hoW much ? C’est-à-dire en bon français : Qui, Quoi, Où, Quand, Pourquoi ? Complétés par Comment, Combien ? La règle consiste à répondre à ces questions qui peuvent se décliner différemment et qui n’ont pas toutes nécessairement raison d’être, selon le sujet abordé. Écrire pour la radio - CLEMI. Écrire pour la radio Aussi étonnant que cela puisse paraître, à la radio, on écrit...

Écrire pour la radio - CLEMI

L'improvisation a peu de place dans les émissions, à l'exception du suivi en direct d'événements sportifs. Alors pourquoi n'a-t-on pas l'impression que les journalistes lisent un texte ? Tout simplement parce que leurs textes sont rédigés. L'écriture radio doit avant tout adopter un style « parlé ». Il faut garder à l'esprit que l'on s'adresse au plus grand nombre possible Le vocabulaire et les idées développées doivent être compris par le grand public.Des phrases courtes : une phrase/une idée.Des phrases simples : sujet/verbe/complément.

Écrire pour un journal radio. Ecriture radiophonique : le style parlé 1/5... (Formation au reportage magazine) Le reportage radio n'est pas fait pour être "lu" mais pour être "entendu".

Ecriture radiophonique : le style parlé 1/5... (Formation au reportage magazine)

Le journaliste radio n'est donc pas censé "écrire" son reportage mais le "dire". Comme il doit préparer l'information qu'il veut communiquer et qu'il dispose d'un temps limité pour raconter, en ondes, son histoire, il doit mettre ses paroles par écrit. Et c'est là que les difficultés commencent. Il n'est pas facile, pour les lettrés que nous sommes, de nous retenir de faire de la littérature lorsque nous avons un crayon entre les mains. Nous sommes conscients d'être entendus par un grand nombre de gens. EPI medias 512978. Classes presse : proposition de progression pédagogique. Tuto radio : interview d’une journaliste - Acamedia. Laure Debeaulieu, journaliste à France Info, livre les coulisses de son métier et donne des conseils pour faire de la radio.

Tuto radio : interview d’une journaliste - Acamedia

Elle nous raconte une journée type à RadioFrance, explique comment rédiger un bon "papier" ou réaliser une "accroche-actu", comment se préparer pour un reportage de terrain et détaille la valeur ajoutée du web en radio. Elle revient également sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès et la question des sources. Classe Média. Evaluer pour apprendre… La question est ailleurs.

Evaluer pour apprendre…

Apprendre est un processus complexe, jamais immédiat, et dans celui-ci l’évaluation peut tenir une grande place comme feed-back. On pourrait même avancer qu’elle peut devenir un des mécanismes essentiels de l’apprendre. Bien sûr cela implique de changer des rituels, ceux qu’on utilise habituellement pour noter les élèves. Et si l’évaluation au niveau de la classe était le point de départ de l’évolution de l’institution ?.. Mais pas n’importe comment… Un système pervers L’évaluation sécurise les ministres qui y voient le moyen de repérer l’état des troupes et incidemment de provoquer des prises de conscience. Pour les parents, l’évaluation les sécurise qui réclament des notes !

Pour les enseignants, sous la pression de leurs collègues et de la société, ces derniers se sentent obligés inconsciemment de mettre un certain pourcentage de mauvaises notes. Ainsi, l’évaluation est la partie visible d’un rituel scolaire non pensé. Dédramatiser Remédier André Giordan.