background preloader

Voir

Facebook Twitter

Strindberg. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. August Strindberg Photo d'August Strindberg vers 1900. Œuvres principales Signature Johan August Strindberg Biographie[modifier | modifier le code] August Strindberg est le quatrième des huit enfants de Carl Oscar Strindberg, agent d'un armateur, et de son épouse, née Ulrika Eleonora (Nora) Norling, ancienne domestique de la maison paternelle. Il a été marié à trois reprises, mais son caractère hypersensible, voire névrosé a conduit chacune de ses unions au divorce. Ses relations avec les femmes sont orageuses et ses mots et ses actes ont souvent été vus comme misogynes autant par ses contemporains que par les lecteurs d'aujourd'hui. En 1879, son roman La Chambre rouge (Röda rummet) le rend célèbre.

Strindberg est mort d'un cancer en 1912 et est enterré au Norra begravningsplatsen à Stockholm. Après sa mort, des psychanalystes[Qui ?] Influence[modifier | modifier le code] Œuvres[modifier | modifier le code] Théâtre[modifier | modifier le code] Auteur. Famille Wrangel. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La famille von Wrangel (écrit Wrangell en estonien) est une famille de la noblesse immémoriale de la Baltique qui a essaimé en Allemagne, dans l'Empire russe, en Suède et dans les provinces baltes. Historique[modifier | modifier le code] La famille germanophone von Wrangel est mentionnée pour la première fois dans des documents écrits au XIIIe siècle dans la région du Wierland qui appartenait alors au Danemark et qui se trouve aujourd'hui au nord-est de l'Estonie.

Ce sont les viri regis de la forteresse de Revel, pour le compte du roi Valdemar II, sans doute venant de Basse-Saxe, selon la tradition familiale. Elle fait partie de la noblesse livonienne qui structure la société médiévale autour de la colonisation et du défrichement des terres menés par les chevaliers de l'ordre de Livonie. Personnalités[modifier | modifier le code] Domaines ayant appartenu à des branches de la famille Wrangel[modifier | modifier le code] Château de Skokloster. Porte-Glaive. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Sceau de l'Ordre livonien. Blason de l'Ordre livonien. Armure portée par un chevalier de l'Ordre livonien. L'ordre de Livonie, ou ordre Livonien, est un ordre militaire composé de chevaliers Porte-Glaive représentant la branche de la Confédération de Livonie de l'ordre Teutonique des chevaliers teutoniques. Histoire[modifier | modifier le code] Après avoir été battu par les Samogitiens en 1236 lors de la Bataille de Saule, les restes de l'ordre des Frères de l'Épée ont été incorporées dans celui des chevaliers Teutoniques sous le nom de l'ordre de Livonie ou ordre Livonien en 1237.

Entre 1237 et 1290, l'ordre Livonien conquit toute la Courlande, la Livonie, et la Zemgale, mais les tentatives de l'ordre d'envahir la République de Novgorod furent infructueuses et son armée a finalement été défaite à la bataille de Rakvere en 1268. En 1346, l'ordre a acheté le duché d'Estonie au roi Valdemar IV de Danemark. Teutonique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La maison de l'hôpital des Allemands de Sainte Marie de Jérusalem ((la) Domus hospitalis Sancte Marie Theutonicorum Hierosolomitani") et plus tard, l' ordre de la Maison de Sainte-Marie-des-Teutoniques ((la) Ordo Domus Sanctæ Mariæ Teutonicorum), plus connu sous le nom d’ordre des Chevaliers teutoniques ((de) Deutscher Ritterorden ou Deutschritter-Orden), d’Ordre teutonique ou de maison des chevaliers de l'hôpital de Sainte-Marie-des-Teutoniques à Jérusalem ((de) Haus der Ritter des Hospitals Sankt Marien der Deutschen zu Jerusalem), est un ordre militaire chrétien apparu au Moyen Âge.

Les armes de l’Ordre sont constituées d'une croix de sable, chargée d’une croix potencée au champ d’argent. Saint Louis permit d’y adjoindre quatre fleurs de lys d’or. Histoire[modifier | modifier le code] La fondation en Terre Sainte[modifier | modifier le code] L'expansion de l'ordre[modifier | modifier le code] La guerre est alors particulièrement brutale.

Gestion de l'imaginaire

Leitmotiv. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un leitmotiv[1] (au pluriel leitmotive) – ou leitmotif (au pluriel leitmotifs) selon l'orthographe francisée[2] – est une phrase, une formule qui revient à plusieurs reprises dans une œuvre musicale ou littéraire, un discours, etc. Étymologie[modifier | modifier le code] Le mot est un emprunt à la langue allemande, formé des mots « leit » (« diriger ») et « motiv » (« motif »). Il semble être apparu pour la première fois en 1860, au sujet des œuvres de Richard Wagner et de Franz Liszt[3].

Historique et concept[modifier | modifier le code] Ainsi, dans Cosi fan tutte de Mozart, l'ouverture fait entendre un motif dont on ne comprend le sens, qui justifie le titre même de l'opéra, qu'une fois qu'il a été chanté par don Alfonso (« Cosi fan tutte! Toujours au XVIIIe siècle, des exemples innommés de leitmotive sont décelables chez André Grétry et Étienne-Nicolas Méhul. Chanson-thème[modifier | modifier le code] Annexes[modifier | modifier le code] Temenos. Temenos (Greek: τέμενος; plural: τεμένη, temene)[1] is a piece of land cut off and assigned as an official domain, especially to kings and chiefs, or a piece of land marked off from common uses and dedicated to a god, a sanctuary, holy grove or holy precinct: The Pythian race-course is called a temenos, the sacred valley of the Nile is the Νείλοιο πῖον τέμενος Κρονίδα ("the rich temenos of Cronides by the Nile"),[1][2] the Acropolis of Athens is the ἱερὸν τέμενος ("the holy temenos"; of Pallas).[1][3] The word derives from the Greek verb τέμνω (temnō), "to cut".[4][5] The earliest attested form of the word is the Mycenaean Greek 𐀳𐀕𐀜, te-me-no, written in Linear B syllabic script.[6] The concept of temenos arose in classical Mediterranean cultures as an area reserved for worship of the gods.

In religious discourse in English, temenos has also come to refer to a territory, plane, receptacle or field of deity or divinity. C.G. See also[edit] References[edit] ^ Jump up to: a b c τέμενος. Sundial. SSW facing, vertical declining sundial on Moot Hall, Aldeburgh, Suffolk, England. A combined analemmatic-equatorial sundial in Ann Morrison Park in Boise, Idaho, 43°36'45.5"N 116°13'27.6"W A sundial is a device that tells the time of day by the position of the Sun.

In common designs such as the horizontal sundial, the sun casts a shadow from its style onto a surface marked with lines indicating the hours of the day. The style is the time-telling edge of the gnomon, often a thin rod or a sharp, straight edge. As the sun moves across the sky, the shadow-edge aligns with different hour-lines. Those sundials that directly measure the sun's hour-angle by the shadow of an edge must have that edge parallel to the axis of the Earth's rotation to tell the correct time throughout the year.

The style's angle from the horizontal will thus equal the sundial's geographical latitude. Introduction[edit] There are different types of sundials. Apparent motion of the Sun[edit] [citation needed] History[edit] Equatorial. Lindgren. Astrid Anna Emilia Lindgren (born Ericsson) (Swedish: [ˈastrɪd ˈlɪŋɡreːn] ( ); 14 November 1907 – 28 January 2002) was a Swedish writer of fiction and screenplays. She is best known for children's book series featuring Pippi Longstocking, Karlsson-on-the-Roof, and the Six Bullerby Children (Children of Noisy Village in the US). As of May 2013, she is the world's 18th most translated author[1] and has sold roughly 144 million books worldwide.[2] Biography[edit] Astrid Lindgren in 1924 Astrid Lindgren grew up in Näs, near Vimmerby, Småland and many of her books are based on her family and childhood memories and landscapes.

Lindgren was the daughter of Samuel August Ericsson and Hanna Jonsson. Upon finishing school, Lindgren took a job with the a local newspaper in Vimmerby. Although poorly paid, she saved whatever she could and travelled as often as possible to Copenhagen to be with Lars, often just over a weekend, spending most of her time on the train back and forth. Career[edit] Works[edit] Pippi Longstocking. Inger Nilsson as Pippi Longstocking in the 1969 TV series depicted in this German stamp. Nine-year-old Pippi is unconventional, assertive, and has superhuman strength, being able to lift her horse one-handed without difficulty. She frequently mocks and dupes adults she encounters, an attitude likely to appeal to young readers; however, Pippi usually reserves her worst behavior for the most pompous and condescending of adults.

Pippi's anger is reserved for the most extreme cases, such as when a man ill-treats her horse. Like Peter Pan, Pippi does not want to grow up. She is the daughter of a buccaneer captain and as such has adventurous stories to tell. After an initial rejection from Bonnier Publishers in 1944, Lindgren's manuscript was accepted for publication by the Swedish publisher Rabén and Sjögren. Pippi and her world[edit] Pippi lives in a small Swedish village, sharing the house she styles "Villa Villekulla" with her monkey, Mr. Personality[edit] Father[edit] Books[edit]

BD française