background preloader

Autres rondes ou farandoles

Facebook Twitter

Blanche Selva. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Selva. Blanche Selva Biographie[modifier | modifier le code] La famille de Blanche Selva est originaire de Los Masos (Pyrénées-Orientales), où elle semble résider depuis plus de quatre siècles. Son père, Gaudérique, devient voyageur de commerce et se trouve à Brive au moment de sa naissance. La famille part ensuite s'installer à Limoges puis à Paris. Blanche Selva commence le piano à quatre ans et demi. En janvier 1897, à 13 ans, elle donne son premier concert public à Lausanne.

Elle donne en première audition Les Variations Goldberg en France en 1903. Elle ouvre ses programmes à son mentor Vincent d'Indy, mais également à ses amis compositeurs de la Schola Cantorum. Elle interprète aussi Debussy, Ravel, Honegger, Rachmaninov, Smetana. Elle compose très peu, des mélodies, des pièces pour piano et un oratorio. L'interprète[modifier | modifier le code] Ses écrits[modifier | modifier le code] Déodat de Séverac. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Déodat de Séverac Déodat de Séverac.

Dessin de Jean Diffre. Marie-Joseph-Alexandre Déodat de Séverac, né à Saint-Félix-Lauragais (Haute-Garonne) le 20 juillet 1872 et mort à Céret (Pyrénées-Orientales) le 24 mars 1921, est un compositeur français. Biographie[modifier | modifier le code] Issu d'une famille de la noblesse, fils du peintre Gilbert de Séverac, Déodat de Séverac fait ses études à Toulouse, puis à la Schola Cantorum de Paris, où il devient l'élève de Vincent d'Indy et d'Albéric Magnard. Déodat de Séverac fut le chantre d'une musique régionale et soutint, en 1907, une thèse sur La Centralisation et les petites chapelles. La maison où est mort Déodat de Séverac à Céret Principales œuvres[modifier | modifier le code] Musique sacrée Tantum Ergo Œuvres pour piano Musique pour le théâtre Mélodies Plusieurs recueils, dont À l'aube dans la montagne (1906) et Flors d'Occitania (1912) Chants Cant del Vallespir Bibliographie[modifier | modifier le code]

Flamenco. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le flamenco est un genre musical et une danse qui se danse seul, créé par le peuple andalou, sur la base d'un folklore populaire issu des diverses cultures qui s'épanouirent au long des siècles en Andalousie. Le flamenco date du XVIIIe siècle. À l'origine, le flamenco consistait en un simple chant a cappella (cantes a palo seco (en)) dont le premier genre fut la toná, établie dans le triangle formé par Triana, Jerez et Cadix. Les claquements des mains pour accompagner s'appellent palmas, la danse, el baile (bailaor pour le danseur), la percussion se fait souvent avec le cajon, avec les pieds (zapateado, une sorte de claqué) et avec les castagnettes.

La guitare classique en français est la guitare flamenca. La musique peut être nommée le toque. Le flamenco a été inscrit au patrimoine culturel immatériel de l'humanité de l'UNESCO le [1]. Étymologie[modifier | modifier le code] Enfin, il existe deux hypothèses moins engagées. . — Pedro Soler. Iberia (Albéniz) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Iberia. La partition de Corpus Christi en Sevilla, troisième pièce du livre I. Iberia est une suite pour piano écrite par Isaac Albéniz entre 1905 et 1908. Composée alors que le musicien était malade, il s’agit essentiellement d’une évocation musicale de l’Andalousie. Iberia comporte quatre livres de trois pièces et son exécution intégrale dure un peu plus d'une heure trente. Il s’agit de son œuvre la plus connue, encensée de son temps par Claude Debussy[1]. Les trois pièces ont été dédicacées à la femme d’Ernest Chausson.

EvocaciónEl Puerto qui est le port de Sainte-Marie dans la province de CadixCorpus Christi en Sevilla décrivant une procession, rythmée par les tambours, puis s’éloignant progressivement. Rondeña, possiblement une évocation de Ronda, dans la province de Malaga, ou encore une danse inspirée du flamencoAlmeríaTriana reprenant une danse inspirée du flamenco sévillan. La sardane. La sardane, c'est un art de vivre, une philosophie. Il n'y a pas d'âge pour la danser. Histoire En premier lieu sifflote la ritournelle d'un flaviol à peu près invariable dans le chant.

Mains entrelacées, pied chevillés par des vigatanes la plupart du temps, chaque danseur oscille au rythme de la cobla, l'ensemble instrumental typique composé de onze musiciens qui joue des instruments à vents traditionnels tels que la tenora, le flaviol, le tible, le tambori... A l'origine grecque paraît-il, la sardane maintenue depuis des siècles par les pays catalans est une danse unique au monde, puisqu'elle est originalement mathématique. En effet, musiciens et danseurs des deux sexes, fraternellement unis en se donnant la main, sont tributaires du rythme qui est exactement de 55 points dans une minute.

Au XIXème siècle, le compositeur Pep Ventura (1818-1875) a remplacé la sardane courte par la sardane longue. Comment ça tourne ? Dans une audition normale, les musiciens jouent six sardanes. Patrimoine culturel immatériel de l'humanité. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La notion de patrimoine culturel immatériel de l'humanité est apparue au début des années 1990, après les recommandations de 1989 sur la protection des cultures traditionnelles, et en contrepoint du patrimoine mondial tourné essentiellement vers les aspects matériels de la culture. En 1997 s’est tenue à Marrakech, à l’initiative d’intellectuels marocains et de l’UNESCO, une réunion au cours de laquelle a été défini le concept de « patrimoine oral de l’humanité », et décidé d’établir une distinction pour la préservation et la mise en valeur des « chefs-d’œuvre » de ce patrimoine.

Cette distinction appelée « Proclamation des chefs-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité »[1] a été octroyée pour la première fois en 2001 après étude approfondie, à une première liste de patrimoines sur candidatures proposées par les États. Une nouvelle liste est établie tous les deux ans par un jury international. Costume tlemcénien. Sardane. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La sardane (en catalan Sardana) est une danse traditionnelle catalane où les danseurs en cercle se tiennent par la main, accompagnés par la musique d'un ensemble instrumental appelé cobla. Le terme désigne également la musique qui accompagne la danse. Origines[modifier | modifier le code] Sardane Dès le XVIe siècle, les Catalans dansaient le « contrapàs », avec beaucoup d'analogie avec les pas courts et les pas longs de l'actuelle sardane.

La sardane actuelle descend de cette sardane courte dont elle ne se différencie que par l'augmentation du nombre des mesures et la présence d'un plus grand nombre d'instruments dans la cobla. La sardane se danse en cercle fermé, alternant si possible un homme et une femme, la femme à droite de son partenaire. Aujourd'hui, on la danse en habits de tous les jours, à la moindre occasion festive, car c'est une danse populaire vivante mais aussi en costumes folkloriques lors d'exhibitions. Cobla de sardane. Schola Cantorum de Paris.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La Schola Cantorum de Paris est un établissement privé d'enseignement supérieur de musique, d'art dramatique et de danse, situé à Paris. Il occupe le bâtiment de l'ancien couvent des bénédictins anglais, au 269 rue Saint-Jacques. Son directeur actuel est Michel Denis.

Histoire[modifier | modifier le code] Les débuts[modifier | modifier le code] Le 6 juin 1894, Bordes, Guilmant et d'Indy, réunis dans la salle de la maîtrise de Saint-Gervais avec le chanoine de Bussy, l'abbé Noyer, premier vicaire, l'abbé Chappuy, vicaire de Saint-François Xavier, l'abbé Perruchot alors maître de chapelle de Notre-Dame des Blancs Manteaux, fondent une Société de propagande pour la divulgation des chefs-d'œuvre religieux. Elle ouvre ses portes le 15 octobre 1896, sans ressources financières, rue Stanislas, à l'angle du boulevard du Montparnasse (Paris 6e). Au tournant du XXe siècle[modifier | modifier le code] 1931, le renversement[modifier | modifier le code]