background preloader

La cyberdépendance

Facebook Twitter

[Le journal du Geek] Lost Memories : l’addiction aux technologies numériques traitée dans un court-métrage. Lost Memories : l’addiction aux technologies numériques traitée dans un court-métrage Bien que nous ayons pour habitude de présenter les courts-métrages sur le journalgraphic.com, nous ferons une exception pour celui-ci compte tenu du vaste sujet qu’il aborde. Devenues omniprésentes, les technologies numériques ont complètement chamboulé nos modes de vie et la façon dont nous entretenons nos relations et interagissons avec nos congénères. Ces technologies et moyens de communication numériques ont également métamorphosé la nature de nos souvenirs et la façon dont nous les conservons.

Réalisé par François Ferraci (un français résidant désormais à Toronto), Lost Memories met en exergue nos addictions aux mondes numériques et nous incite à la réflexion en présentant un couple qui se perd de vue suite à une catastrophe à l’échelle planétaire. En somme, un excellent court-métrage sans dialogues dans lequel les attitudes transparaissent à travers les yeux, les expressions et le narrateur.

Source. [Le journal du Geek] Court métrage poignant pour plonger dans le sujet. Perles collaboratives >>>>>>>>>>> Caractéristiques des addictions liées à l'usage du numérique. Dépendance à Internet. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La dépendance à Internet (également nommée cyberdépendance cyberaddiction usage problématique d'Internet (UPI) ou trouble de dépendance à Internet (TDI)) désigne un trouble psychologique entraînant un besoin excessif et obsessionnel d'utiliser un ordinateur et interférant sur la vie quotidienne. Des activités en ligne, telles que l'achat en ligne, si faite en personne, peuvent être considérées comme problématiques si celles-ci sont compulsives. Signes et symptômes[modifier | modifier le code] D'après le spécialiste français Romain Cally « sur le web, la compulsion apparaît lorsque l'internaute ne juge plus son comportement normal, mais ne peut pour autant éviter de se connecter.

Symptômes psychologiques allégués[9] : Symptômes physiques allégués[10] : yeux secs ;maux de tête migraineux ;maux de dos ;syndrome du tunnel carpien ;repas irréguliers ou sautés ;mauvaise hygiène personnelle ;insomnies ou changements dans le cycle du sommeil. D. Psychologie : [Dans l'encyclopédie Wikipédia] La dépendance à internet. Perles collaboratives >>>>>>>>>>> Définitions & Encyclopédies. [Doctissimo] L’addiction numérique, un mal croissant chez les jeunes. A Singapour, comme dans un nombre grandissant de pays, des psychiatres militent pour que l'addiction aux smartphones soit reconnue comme un trouble psychologique.

Avec la Corée du Sud, la Chine et Taïwan, la cité-Etat est l'un des pays d'Asie les plus concernés par ce phénomène. L’addiction au smartphone, un trouble psy ? Singapour et Hong Kong détiennent d’ailleurs le record régional du plus grand nombre d'utilisateurs de smartphones par habitant, selon un rapport publié l'an dernier par le cabinet d'étude Nielsen. 87% des 5,4 millions de Singapouriens sont ainsi munis d'un téléphone multifonctions, contre 65% aux Etats-Unis. Ils passent en moyenne 38 minutes par session sur Facebook, soit presque deux fois plus que les Américains, selon la société Experian.En France, les dernières études menées établissent à 40 % le pourcentage de Français qui utilisent l'internet mobile, c'est-à-dire depuis leurs smartphones et tablettes*.

Chez les jeunes de 15 à 29 ans, ce taux grimpe à 79 % ! [Sur le site Doctissimo] L'addiction numérique, c'est quoi ?

Autres articles

Il n’y a pas d’addiction aux objets numeriques. C’est aussi simple que cela. J’ai participé à l’émission Le téléphone sonne : “Smartphones et réseaux sociaux: les nouvelles addictions” et j’ai été assez surpris de constater qu’il y avait encore un discours culpabilisant et pathologisant sur les objets numériques. J’ai pu entendre du docteur Willam Olivenstein Lowenstein que l’effet de ces objets était comme la cocaïne. Que les mondes numériques étaient des mondes de la stimulation perpétuelle et de la vitesse. Que 5% des jeunes joueurs de jeux vidéo développaient une addiction.

Si j’étais américain, je dirais que c’est de la “bullshit psychiatry”. En français, on pourrait dire “psychiatrie de bazar” Il n’y a pas d’addiction aux objets numériques. La première clinique pour “dépendance aux jeux video” a été ouverte en Hollande en 2006 par le Smith and Jones Centre, un centre de traitement pour les toxicomanes. Il n’y a pas d’addiction aux objets numériques. Il n’y a pas d’addiction aux objets numériques, c’est aussi simple que cela. WordPress: J'aime chargement… Débat sur l'addiction numérique. Détox numérique: halte à l'intox! | Serge Tisseron. On parle beaucoup de "détox numérique" aujourd'hui. Il s'agit le plus souvent de passer une semaine à quinze jours dans un endroit retiré, sans Internet ni téléphone mobile. Il est bien évident que chacun peut tirer bénéficie de périodes pendant lesquelles il est invité à se recentrer sur lui-même, la nature et des relations de proximité, loin de l'agitation du monde.

Le problème est qu'ici, il ne s'agit plus seulement de retrouver le goût d'une rencontre avec soi-même et les autres, mais de réaliser un "sevrage", sur le modèle de la cure de désintoxication alcoolique dont on sait largement qu'elle n'a jamais marché. Mais avant de parler de désintoxication, il est nécessaire de distinguer deux types d'utilisations des technologies numériques qu'on peut qualifier d'excessifs. Ni l'une ni l'autre ne sont d'ailleurs pathologiques, car elles peuvent être ponctuelles et correspondre à un moment dans le rapport qu'un individu entretient avec.

Usages d'apprentissage, usages de fuite. Blog de Serge Tisseron. [Groupe lyonnais de psychanalyse] Serge Tisseron. Atlantico.fr. Atlantico. Carevox. Carevox. Remèdes contre l'addiction numérique. Les addictions liées au numérique existent-elles vraiment ? Dessins humoristiques sur la cyberdépendance. [RSS 1] Comment devient-on accro au numérique ? Atlantico : Portables, tablettes, ordinateurs, les nouvelles technologies nous entourent. Elles sont partout : au bureau, à la maison, dans les magasins… Nous en avons tous un usage régulier, à partir de quel moment pouvons-être considérés comme addicts aux nouvelles technologies ? Comment cette addiction se traduit-elle au quotidien ? Michael Stora : Cela ne se traduit pas tant en terme d’heures passées sur les nouvelles technologies qu’en termes de rupture des liens sociaux réels. L’addiction se manifeste par un décrochage de la vie sociale : refus de participer à des repas de famille, moins de sorties en couple, abandon de ses responsabilités de parent...

Pour les enfants cela commence par l’absence de présence au repas du soir et cela peut aller jusqu’à la déscolarisation. Les nouvelles technologies mettent la vie sociale au second plan petit à petit. Pour lire les autres épisodes de notre série de la semaine sur les Nouvelles addictions, consultez notre dossier : ici. Je m'abonne. [RSS 2] L'addiction à internet et aux jeux vidéos : tour d'horizon. La question de l'addiction aux jeux vidéos et à l'internet fait de plus en plus débat. Les spécialistes se veulent généralement rassurants, l' idée du drogué aux nouvelles technologies reste généralement dominée par des représentations caricaturales. Cependant, les comportements abusifs existent bel et bien ! C'est le rôle des parents de comprendre si ce repli vers le virtuel est provisoire ou synonyme d'un malaise plus profond.

Etes-vous accro à internet et aux jeux vidéos ? A l'heure actuelle, pour des raisons professionnelles et/ou personnelles, nous sommes souvent rivés sur notre ordinateur ou notre téléphone à scruter le moindre mail non lu et autres messages... et nombreux sont celles et ceux qui ont du mal à imaginer une vie sans internet ! Pour répondre aux inquiétudes grandissantes, notamment des parents d'adolescents, de nombreux tests ou questionnaires ont été élaborés. En cas de dépendance avérée, quelles sont les solutions ? Un avis de l'accadémie des sciences : L'enfant et les écrans.pdf. Avis de l'académie des sciences.