background preloader

Voir histoire de la Direction "régions à la Commission

Facebook Twitter

Mythe du voile

1834_Teesdale_Map_of_Greece. 220px-Josef_Ludwig_von_Armansperg. Adolf Kussmaul. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Adolf Kussmaul Adolf Kussmaul ( ou Philipp Adolf Konrad Kußmaul pour son nom complet en allemand), né à Graben près de Karlsruhe le et mort à Heidelberg le , est un médecin et chercheur allemand, également coauteur du personnage de Biedermeier. Biographie[modifier | modifier le code] Des raisons de santé l'empêchent de continuer à exercer en cabinet. Deux ans plus tard, il devient professeur extraordinaire à Heidelberg. Travaux[modifier | modifier le code] Un rythme respiratoire observé dans le coma diabétique (ou par extension dans toute sorte de coma) appelé la respiration de Kussmaul (dyspnée de Kussmaul) : l'inspiration, profonde, est suivie d'une courte pause et d'une expiration brève et bruyante qu'une autre pause sépare de l'inspiration suivante.

Galerie[modifier | modifier le code] Pouls paradoxal de Kussmaul(en) Respiration de Kusmaul Éponymes[modifier | modifier le code] Monument funéraire sur la tombe d' Adolf-Kussmau à Heidelberg. Amalia d'Oldenbourg. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Amélie (ou Amalia) Marie Frédérique d'Oldenbourg (en allemand : Amalie von Oldenburg et en grec moderne : Αμαλία του Ολδεμβούργου), princesse d'Oldenbourg puis, par son mariage, reine de Grèce, est née à Oldenbourg, dans le grand-duché d'Oldenbourg, et décédée à Bamberg, en Bavière, le . Fille du grand-duc Paul Frédéric Auguste d'Oldenbourg, elle épouse le roi élu Othon Ier de Grèce. Famille[modifier | modifier le code] La princesse Amélie est la fille du grand-duc Paul Frédéric Auguste d'Oldenbourg (1783-1853) et de sa première épouse Adélaïde d'Anhalt-Bernbourg-Schaumbourg (1800-1820).

Le , elle épouse le roi Othon Ier de Grèce (1815-1867) mais leur mariage reste stérile. La reine Amélie et le roi Georges Ier de Grèce (successeur d'Othon) appartiennent tous deux à la maison d'Oldenbourg. Biographie[modifier | modifier le code] Katerina Rosa Botzaris, portant la tenue inventée par la reine Amalia La reine repose à Munich aux côtés d'Othon. Bad Blankenburg. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Bad Blankenburg est une ville de Thuringe en Allemagne. Friedrich Fröbel, pédagogue allemand, fonda en juin 1840 le premier jardin d’enfants en Allemagne à Blankenburg. La ville comprend Blakenburg et huit anciennes communes formant sept quartiers (Ortsteile) : Böhlscheiben ;Cordobang ;Fröbitz ;Gölitz, composé de Grossgölitz (Großgölitz) et Kleingölitz ;Oberwirbach ;Watzdorf ;Zeigerheim. Administration[modifier | modifier le code] La ville est administrée par un conseil municipal (Stadtrat) composé du maire (Bürgermeister) et de vingt conseillers municipaux (Stadtratsmitgliedern).

Les Sites Web[modifier | modifier le code] Portail de la Thuringe. Biedermeier. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La période Biedermeier s'étend de 1815 (Congrès de Vienne) à 1848 (Révolution de Mars 1848) dans les États de la Confédération germanique et dans l'Empire d'Autriche. En politique, elle est liée à la Restauration allemande et au développement de ces États après la période napoléonienne et le Congrès de Vienne.

Contemporain des styles Restauration et Louis-Philippe, le Biedermeier désigne d'une part la culture et l'art bourgeois apparus à cette époque, et d'autre part la littérature de ce temps, qui tous deux sont méprisés parce que « terre-à-terre » et « conservateurs ». La restriction des libertés et, surtout, une certaine défiance à l'encontre de l'action politique entraînent un repli des artistes vers la sphère privée, la famille et le foyer. La fuite dans l'idylle et la vie privée sont par conséquent des thèmes typiques. La situation politique[modifier | modifier le code] Sans les décrets de Karlsbad, l'époque Biedermeier est impensable. Cadeau de Noël. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Il est de tradition d'offrir un cadeau de Noël pour la fête de Noël, généralement aux enfants et à la famille proche.

Ces presents s'offrent selon la tradition, le 24 Décembre au soir et se suit de l'ouverture des cadeaux a minuit. Cette tradition d'offrir des cadeaux pour Noël ou pour le Nouvel An remonte au XVIIIe siècle dans le monde chrétien. Cette coutume des cadeaux est largement reprise en dehors de tout contexte religieux. Aujourd'hui la réalité commerciale a transformé le cadeau de Noël en fondement économique majeur du commerce pendant les deux mois qui précèdent Noël. Justification des cadeaux[modifier | modifier le code] Vision chrétienne[modifier | modifier le code] L'échange des cadeaux reproduit la présentation des offrandes des bergers et des mages à l'enfant Jésus.

Vision sociologique[modifier | modifier le code] La sécularisation de la société n'a pas fait baisser l'intérêt pour l'échange des cadeaux. Exemples d'emballages. Fichier:Anton Martin Woman infront a Gobelin 1840.JPG - Wikipédia. Fichier:KaterinaRosaBotzaris.jpg - Wikipédia. Jardin national d’Athènes. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le jardin national d'Athènes (en grec moderne : Εθνικός Κήπος), auparavant connu sous le nom de jardin royal d'Athènes, est un parc public de 15,5 ha situé au cœur de la capitale grecque. Situé juste derrière l'ancien palais royal d'Athènes (devenu le siège du Parlement hellénique lors de l'instauration de la République) et à quelques pas du palais présidentiel (siège de la présidence de la République) et de la Villa Maximos (résidence et bureau du Premier ministre), le jardin s'étend jusqu'au sud de la ville, dans la zone où sont situés le Zappeion, et le stade olympique de Kalimarmaro.

Conçu entre 1838 et 1840 à l'instigation de la reine Amalia d'Oldenbourg, épouse du roi Othon Ier de Grèce, le jardin est créé par le botaniste allemand Frederick Schmidt. 500 variétés animales et végétales sont alors importées mais beaucoup disparaissent dans les mois qui suivent à cause de la sécheresse. Josef Ludwig von Armansperg. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Josef Ludwig, comte von Armansperg (en grec : Ιωσήφ Λουδοβίκος Άρμανσμπεργκ) né le à Bad Kötzting, dans l'Électorat de Bavière, et décédé le , à Munich, en Bavière, était un diplomate et homme d'État bavarois. Il assura la régence du Royaume de Grèce pendant la minorité du roi Othon Ier. Il fut aussi Premier ministre de ce dernier durant une courte période.

Il fut ministre de l'Intérieur et ministre des Finances (1826-1828) puis ministre des Affaires étrangères et ministre des Finances (1828-1831) du gouvernement bavarois sous le règne de Louis Ier. Il était considéré comme un monarchiste libéral politiquement et comme un conservateur sur le plan économique. Lorsque le roi Othon fut déclaré majeur en 1835, Armansperg devint chef du gouvernement. Vie familiale[modifier | modifier le code] Il est le fils du comte Joseph Felix von Armansperg et de la baronne Ludovica Verger von Moosdorf.

Parti anglais (Grèce) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Parti anglais (en grec moderne : Αγγλικό Κóμμα) était un des trois premiers partis politiques créés en Grèce juste après la guerre d'indépendance, au début du règne du roi Othon. Les deux autres étaient le parti français et le parti russe. Ces partis existèrent jusqu'à la guerre de Crimée. La Grèce de l'indépendance à la guerre de Crimée Création[modifier | modifier le code] Contexte[modifier | modifier le code] Les noms de ces partis venaient des sympathies plus ou moins avouées de leurs membres pour l'une des trois « Puissances protectrices » : Russie, France et Angleterre. Origine du parti anglais[modifier | modifier le code] Le parti anglais était le seul des trois partis politiques nés après la guerre d'indépendance à n'avoir de profondes racines en Grèce. Cependant, la Grande-Bretagne avait joué un rôle important dans l'indépendance de la Grèce.

Le Royaume-Uni était aussi un modèle politique au début du XIXe siècle. Parti français (Grèce) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La Grèce de l'indépendance à la guerre de Crimée Les noms de ces partis venaient des sympathies plus ou moins avouées de leurs membres pour l'une des trois « Puissances protectrices » : Russie, France et Angleterre. Chaque parti comptait sur l'aide de sa puissance préférée pour libérer les provinces considérées comme grecques et encore dominées par l'Empire ottoman. Comme pour tous les mouvements nationaux du XIXe siècle, l'idée de nation en Grèce prenait sa source dans la pensée des Lumières et de la Révolution française. La France de Charles X, au début de la guerre d'indépendance, considérait les Grecs d'abord comme des Chrétiens et leur soulèvement contre les Ottomans musulmans comme une nouvelle croisade.

La France ne souhaitait pas non plus maintenir à tout prix l'intégrité de l'Empire ottoman et ne semblait donc pas s'opposer aux ambitions irrédentistes de la Grèce[3]. Ioannis Kolettis Le chef du parti français était Ioannis Kolettis. Programme Kallikratis (2010) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Avertissement : ce texte est une traduction et les termes pour désigner les nouvelles entités administratives mises en place par le programme ne semblent pas encore être fixés dans la langue française. Il faudra s'enquérir auprès des autorités grecques compétentes pour savoir quelles sont les traductions officielles. Les subdivisions de la Grèce après la réforme Kallikratis de 2010. Le Programme Kallikratis (grec moderne : Πρόγραμμα Καλλικράτης) résulte d'une réforme politique de la Grèce en 2010 concernant sa subdivision territoriale dans un but d'économie d'échelle et de diminution du nombre de fonctionnaires.

Vers le programme Kallikratis[modifier | modifier le code] Le programme Kapodistrias de réforme administrative et territoriale de la Grèce datant de 1997 a paru rapidement lui-même réformable. Points clefs du programme[modifier | modifier le code] Historique du vote du programme[modifier | modifier le code] Périphéries de la Grèce. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les subdivisions de la Grèce après la réforme Kallikratis de 2010. La Grèce est administrativement divisée en 13 régions appelées périphéries (du grec περιφέρεια / periféria, pluriel περιφέρειες / periféries) plus une région autonome (la République monastique du Mont Athos).

Depuis le programme Kallikratis mis en œuvre le 1er janvier 2011, les périphéries qui était jusqu'alors le dernier échelon administratif de pays, ont gagnées en autonomie puisqu'elles sont désormais dirigées par un Gouverneur élu (periferiarchis περιφερειάρχης) et conseil régional. De plus, elles ont été regroupées au sein de sept diocèses décentralisés (seules celles d'Attique et de Crète ne sont pas concernées par ces regroupements), regroupant les services de l'administration centrale d'État.

Liste des périphéries (régions)[modifier | modifier le code] Références[modifier | modifier le code] Voir aussi[modifier | modifier le code] Subdivisions de la Grèce. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Depuis 2010 et la réforme Kallikratis (du nom de l'architecte du temple d'Athéna Nikè), les divisions administratives de la Grèce ont été simplifiées : 13 périphéries ou « régions » et la communauté autonome du Mont Athos. (grec moderne : περιφέρεια / periféria, pluriel περιφέρειες / periféries)) Les anciens nomes (grec moderne : νομός / nomós) ou « préfectures » ont été supprimés, diminuant le nombre d'élus régionaux (de 14 960 à 703).

Des districts régionaux ont été créés pour assurer la coninuité avec les nomes supprimés cependant ceux-ci ne constituent pas un niveau administratif à part entière.Le nombre de dèmes ou « municipalités » est passé de 1 034 à 325 diminuant le nombre d'élus locaux de moitié (16 150 à 8 070). (δήμος / dhimós, pluriel δήμοι / dhimí) Histoire[modifier | modifier le code] Origine[modifier | modifier le code] Le système fut modifié à plusieurs reprises, en 1836 (el), 1845 (el), 1899 (el) et 1909 (el).

École maternelle. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Enfants de 6 ans dans une classe de maternelle à Alanya Élèves dans une classe maternelle Ces établissements sont désignés suivant les pays sous le nom d'école maternelle (France, Canada), école enfantine (Suisse) ou encore école gardienne (anciennement en Belgique). L'école maternelle assure une prise en charge des enfants dont les parents exercent ou non une activité professionnelle et permet aux enfants de se socialiser et de s'initier progressivement à la scolarité.

En France, l'école maternelle est destinée aux jeunes enfants de 3 (parfois 2) à 5 ans. En Suisse, depuis la rentrée 2010, la scolarisation obligatoire dure 11 ans, et ce dès l'âge de 4 ans révolus à la rentrée d'août. Le premier degré de l'enseignement au Québec correspond à l'éducation préscolaire, qui n'est pas obligatoire. Voir aussi[modifier | modifier le code] Liens externes[modifier | modifier le code]