background preloader

Histoire botanique

Facebook Twitter

Plantes, jardins...

Cette plante a évolué pour éviter d’être cueillie par les Hommes. En 2011, ce chercheur et un groupe de scientifiques se sont intéressés à la pollinisation de cette plante, curieux de savoir pourquoi certaines fleurs semblaient être mâles une année, puis simultanément mâles et femelles les années suivantes.

Cette plante a évolué pour éviter d’être cueillie par les Hommes

Leur recherche ne leur a pas permis de le découvrir : les plantes qu’ils avaient marquées dans la nature avaient été ramassées, certainement pour être vendues, laissant les scientifiques sans sujets d’étude. Yang Niu et ses collègues avaient précédemment étudié des plantes ayant évolué pour développer un camouflage et ainsi se cacher des herbivores.

Ils avaient été intrigués par l’herbe chinoise, une plante aux couleurs vives dont personne ne savait qu’elle était consommée par les animaux. « Nous avons alors compris que la cueillette pouvait être une importante force sélective », indique Yang Niu par e-mail. Une thèse de médecine... mais qui traite de botanique. Il convient d’égayer la grisaille de saison et, pour cela, nous pouvons aussi faire appel aux livres, et aux fleurs.

Une thèse de médecine... mais qui traite de botanique

Benjamin Pierre Gloxin (1765- 16 janv. (?) 1794), descend d’une famille probablement originaire de Worms mais établie en Alsace à la fin du XVIIe siècle: ce sont des pharmaciens, des médecins et des scientifiques. Le 1er décembre 1785, le jeune homme soutient sa thèse de médecine, devant un jury de l’Université de Strasbourg présidé par Jean Hermann: Gloxin, Benjamin Pierre, Observationes botanicae in alma Universitate Argentinensi medici ordinis consensu impetrandae veniae ergo honores et privilegia doctoris medicinae adipisciendi disputatoriis exercitiis in audortorio academivo maiori die I. Decembris MXCCLXXXV solenniter discutiendas proponit Beniamin Petrus Gloxin Colmariensis, civitatis patriae physicus designatus, Argentorati [Strasbourg], e prelo Dannbachiano, stanno Rolandi et Iacobi, [1785], [6-], 26 p., 3 pl. en t.

-d., 4°. Bibliogr.: L. Histoire et origine des principaux légumes du potager. Les légumes qui nous sont aujourd’hui familiers sont le résultat de milliers d’années d’évolution et de domestication.

Histoire et origine des principaux légumes du potager

La plupart sont originaires de continents lointains et ont dû voyager pour parvenir jusqu’à nous. De grands évènements historiques comme l’expansion de l’Empire romain ou les premiers voyages vers les Amériques ont progressivement permis de ramener ces plantes en Europe et de les répandre au sein du continent. Ces légumes ont évolué avec le temps et sont bien différents de leurs ancêtres sauvages, que les hommes cueillaient dans la nature. Les hybridations et croisements ont donné naissance à une grande diversité de variétés. Cela a permis avec le temps d’obtenir des légumes plus gros et charnus, une chair plus tendre, avec un goût plus sucré et moins d’amertume.

Alors, d'où viennent les principaux légumes de nos jardins et comment sont-ils parvenus jusqu'à nous ? 1 - La pomme de terre 2 - La tomate 3 - Le poivron et le piment 4 - Le melon 5 - Les concombres et cornichons. Les plantes médicinales de la Charité. LIVRE / Les éditions L'Harmattan ont publié en août dernier "Les plantes médicinales de la Charité".

Les plantes médicinales de la Charité

Introduction Le pauvre ou l’habitant d’un hameau retiré était-il condamné à rester sans soin lorsqu’il tombait malade aux siècles des Temps Modernes ? Les honoraires d’un médecin et le prix des remèdes vendus par l’apothicaire n’étaient pas à la portée du premier. Quant au second, le trop grand éloignement d’une ville ou même d’un village, lui en rendait l’accès impossible. Il ne pouvait s’y déplacer pour consulter un médecin et ce dernier ne pouvait pas davantage se rendre à son chevet, tant la trop grande distance à parcourir pour y parvenir, lui paraissait dissuasive. Sans doute pouvait-il recourir aux remèdes de la médecine traditionnelle, dont les formules étaient transmises oralement au sein d’une même famille ou d’une communauté villageoise, et que pouvaient lui administrer ses proches.

Couverture de l’ouvrage Guy Ducourthial est Docteur ès Sciences ((MNHN). Phytothérapie : un bref historique. Faire du bleu avec du jaune : le pastel des teinturiers. Le pastel, qui fleurit en cette saison, est emblématique parmi les tinctoriales.

Faire du bleu avec du jaune : le pastel des teinturiers

Cette plante, que l’on rencontre à Salagon dans le jardin médiéval dans le parterre des plantes artisanales et tinctoriales, est bien connu des historiens et des ethnobotanistes. Le pastel, fleur du printemps Le pastel des teinturiers, également appelé en français « guède » ou « vouède », est une plante, le plus souvent bisannuelle, qui peut atteindre jusqu’à 1m50 de hauteur. C’est une plante commune à l’état sauvage. Elle pousse un peu partout, aux bords des routes, des voies ferrées, des terrains vagues, dans les prairies…Elle croît aussi bien sur le pourtour méditerranéen que dans des pays plus septentrionaux.

.bodycard 1761