background preloader

"gestion" tranquille

Facebook Twitter

Syndicats tranquilles. A un mois des élections européennes, la CFDT mène campagne pour la participation à ce scrutin en vue de renforcer la "légitimité" du Parlement européen et de faire barrage "aux populismes et à l'extrême droite". "J'ai besoin de l'Europe. Le 25 mai je vote", proclame une affiche de la CFDT illustrée de l'image d'une jeune athlète qui porte au bras un tatouage pro-européen. Dans un argumentaire de quatre pages, la centrale explique les "enjeux " de ces élections: "renforcer la légitimité du Parlement européen par un taux de participation le plus élevé possible", "faire barrage aux populismes et à l'extrême droite" et "élire des députés conscients de la nécessité de renforcer l'Union". Les derniers sondages font état d'un très faible taux de participation à ce scrutin (61% d'abstention prévu par une récente enquête Ifop.)

Pour la CFDT, "la crise que traverse l'Union européenne, avec 27 millions de chômeurs et un taux de pauvreté en hausse, exacerbe les tentations de repli national". Gestion tranquille. Football tranquille. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Rémi Dupré Le stade Vicente-Calderon va se muer en étuve, mardi 22 avril, lors de la demi-finale aller de Ligue des champions opposant l'Atlético Madrid à Chelsea. Les 55 000 supporteurs des « Colchoneros » devraient réserver un accueil particulièrement hostile à José Mourinho, entraîneur des Blues et ex-coach (2010-2013) du Real Madrid, l'autre équipe de la capitale espagnole. Les bouillants socios espèrent voir les « Rojiblancos » battre les Londoniens et ainsi prendre une option pour la finale, organisée le 24 mai à Lisbonne.

L'Atlético n'a plus atteint ce stade de la compétition depuis 1974. >> Suivez la demi-finale Atletico-Chelsea à partir de 20 h 45 Quarante ans après sa défaite (4-0) contre le Bayern Munich, le club espagnol connaît une ère de renouveau sur la scène nationale et européenne. . « La situation financière de l'Atlético est très mauvaise, estime l'économiste Bastien Drut, auteur d'Economie du football professionnel (La Découverte, 2011). Politique tranquille. Politique tranquille. Le département d'Etat américain a dévoilé, lundi 21 avril, des images fournies par Kiev montrant, selon lui, que des séparatistes armés dans l'est de l'Ukraine sont en fait des militaires ou officiers de renseignement russes.

Ces images ont, pour certaines, été fournies par les Ukrainiens, pour d'autres été publiées dans la presse internationale ou récupérées sur Twitter, a affirmé la porte-parole du département d'Etat Jennifer Psaki. Certaines montrent des personnes et « des signes d'une connexion entre la Russie et une partie des militants armés dans l'est de l'Ukraine ».

Une série de photos fournies par Kiev à Washington par le biais de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) montre ainsi une image prise en Géorgie en 2008 d'un militaire à la longue barbe rousse portant l'insigne d'une unité des forces spéciales russes. Lire notre reportage à Donetsk : En Ukraine, rumeurs, manipulations et guerre de l’information. Alpinisme tranquille. Colombie tranquille. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Marie Delcas (Bogota, correspondante) Dans le port de Buenaventura, il y a des assassins qui découpent leurs victimes. Vivantes. Deux cadavres démembrés ont été trouvés le 14 avril dans le quartier de Viento Libre. Il a fallu que l'organisation Human Rights Watch (HRW) dénonce cette pratique atroce pour que le gouvernement colombien s'inquiète du sort de cette ville que se disputent narcotrafiquants, contrebandiers, criminels et investisseurs. « La violence ici n'est pourtant pas nouvelle », soupire le Père John Reina, directeur du service social de l'Eglise.

Sur la côte Pacifique, Buenaventura aligne records et contrastes. Buenaventura assure plus de 60 % du commerce extérieur de la Colombie. Des bidonvilles sur pilotis abritent la misère. Gestion tranquille. Le Monde.fr avec AFP et AP | • Mis à jour le En visite officielle en Ukraine, mardi 22 avril, le vice-président américain, Joe Biden, a assuré Kiev du soutien des Etats-Unis pour préserver son unité, accusant la Russie de ne pas mettre en œuvre l'accord de « désescalade » signé la semaine dernière en Suisse. « Le temps presse », a mis en garde M. Biden, demandant à Moscou de retirer les troupes massées près de la frontière et de favoriser par des actes la reddition des séparatistes prorusses.

Washington devrait également verser une aide supplémentaire de 50 millions de dollars à l'Ukraine pour aider aux réformes politiques et économiques. Une partie de cette somme sera consacrée à l'organisation de l'élection présidentielle du 25 mai, qui pourrait, selon le vice-président américain, « être l'élection la plus importante dans l'histoire de l'Ukraine ». « Vous êtes confrontés à des problèmes très difficiles, et on pourrait même dire des menaces humiliantes.