background preloader

Frédéric Mistral

Facebook Twitter

Controverses idéologiques

Charles Maurras - Anthinéa. Par Sarah Blanchonnet Anthinéa expose son lecteur à l’amertume et à la colère, non pas contre son auteur ou l’œuvre elle-même, mais contre le diktat intellectuel qui voue Maurras aux gémonies. Son style, ses descriptions, sa sensibilité devraient pourtant en faire un des maîtres de notre histoire littéraire. Mais toute l’affaire est là : avec Maurras, la politique n’est jamais loin.

Il n’est donc pas possible d’adopter à son égard la même position schizophrène qu’avec Brasillach ou Céline qui consiste à distinguer l’auteur du politique. Un rendez-vous d’amour L’œuvre s’ouvre sur le rendez-vous d’amour de Maurras avec la Grèce, mais entendons-nous bien, celle de l’époque classique, du siècle de Périclès, des grands tragiques. La Provence, une nouvelle Ithaque Tel Ulysse à la fin de son Odyssée, Maurras après ses récits de voyages revient dans son Ithaque, la Provence.

Esthétique et politique Ce paradoxe s’explique par le fait que Maurras rejette en Grèce tout ce qui n’est pas grec. Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Charte européenne des langues régionales ou minoritaires Les membres de la Charte. Pays ayant ratifié la Charte. Pays ayant signé mais pas ratifié la Charte. Pays membres du Conseil de l'Europe n'ayant pas signé la Charte. Lire en ligne Site du Conseil de l'Europe : Etat des signatures, résumé et texte de la Convention, site de la Charte La Charte européenne des langues régionales ou minoritaires fut adoptée avec la convention européenne (ETS 148) de 1992 sous les auspices du Conseil de l'Europe pour protéger et pour favoriser les langues historiques régionales et les langues des minorités en Europe.

Objectifs[modifier | modifier le code] La Charte européenne des langues régionales ou minoritaires est une convention destinée d'une part à protéger et à promouvoir les langues régionales ou minoritaires en tant qu’aspect menacé du patrimoine culturel européen et d’autre part à favoriser l’emploi de ces langues dans la vie privée et publique. Défense de la langue provençale par Frédric Mistral : Ce que nous voulons. Voulèn que noste pople, en-liogo de groupi dins l'ignourènço de sa propro istòri, de sa grandour passado, de sa persounalita, aprengue enfin si titre de noublesso, aprengue que si paire se soun counsidera toujour coume uno raço, aprengue qu'an sachu, nòsti vièi prouvençau, viéure sèmpre en ome libre, e toustèms se defèndre coume tau : à Marsiho, autre-tèms, contro la Roumo de Cesar : dins lis Aliscamp d'Arle, à la Gardo-Freinet, contro li Sarrasin ; à Toulouso, à Beziés, à Bèu-Caire, en Avignoun, contro li faus crousa de Simoun de Mount-fort ; à Marsiho, à Frejus, à Touloun, e pertout, contro li lansquenet de l'emperaire Carle-Quint.

Défense et illustration de la langue française. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Contexte d'écriture[modifier | modifier le code] Résumé[modifier | modifier le code] Du Bellay se fait le défenseur de la langue française et affirme son égale dignité avec le latin et le grec. Il prône donc l'enrichissement de la langue française au moyen de l'imitation des auteurs anciens. Il critique néanmoins la traduction qu'il trouve trop servile et qui ne permettait pas de rendre compte de la richesse de l'œuvre originale. Éditions modernes[modifier | modifier le code] La Deffence, et illustration de la langue françoyse, éd. Voir également[modifier | modifier le code] Articles connexes[modifier | modifier le code] Mistral Frédéric. EncyclopédiesEncyclopédie de l'AgoraNotre devise: Vers le réel par le virtuel! Encyclopédie sur la mortL’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.Encyclopédie HomovivensEncyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.Encyclopédie sur l'inaptitudeTout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société.

L'Encyclopédie Index Association Homo Vivens Accueil Une oasis de sens Introduction Collaboration Contact Faire un don Index des dossiers Index thématique Index des auteurs Homo Vivens: informations Homo Vivens: le manifeste Devenir membre/ami Lancement du portail Homo Vivens Arts Économie et écologie Géographie Grandes questions Histoire L'humain Le divin Lettres Politique et société Sciences et techniques Univers Vie Dernières modifications Facebook: Fédéralisme. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le fédéralisme, du latin fœdus, « renvoie à l'ensemble des caractéristiques et des pratiques institutionnelles des systèmes politiques fédéraux ainsi qu’aux théories politiques qui ont été construites pour en rendre compte ou pour les promouvoir »[1].

Le fédéralisme est un système d’organisation, d’administration et de gouvernement dans lequel l’État est organisé en fédération et partage avec les États fédérés les diverses compétences constitutionnelles : législatives, juridictionnelles et administratives (ex. à des degrés différents : Suisse, Allemagne, États-Unis d’Amérique, Émirats arabes unis, Brésil, Argentine, Nigeria).

Lorsqu'il concerne une forme d'organisation de l'État, il s'oppose à l'État unitaire. La séparation des pouvoirs se fait alors entre États fédérés et État fédéral, selon les modalités organisées par une constitution fédérale. Origines[modifier | modifier le code] Le mot « fédéralisme » vient du latin foedus, l'alliance. GRANDS TEXTES XXIV: Politique naturelle et politique sacrée, par Charles Maurras : LAFAUTEAROUSSEAU. (Ce texte est tiré de l'Introduction générale à l'ouvrage intitulé Le Bienheureux Pie X, Sauveur de la France, Plon, éditeur, Paris 1953). On ne croit pas être contredit par personne de renseigné si l'on juge que la politique catholique pose toute entière sur le mot de Saint Paul que tout pouvoir vient de Dieu, OMNIS POTESTAS A DEO. La légitimation du pouvoir ne peut venir que de Dieu. Mais, dans le même domaine catholique, ce pouvoir divin est entendu d'au moins trois manières et vu sous trois aspects.

Christ pantocrator, Basilique Saint Paul hors les murs, Rome; Mosaïque de l'abside Secondement, l'exercice ou le spectacle de ces volontés suprêmes peut devenir, pour l'esprit ou le coeur de l'homme, un thème d'instruction, de moralisation et d'édification, tantôt pour étonner l'orgueil ou honorer l'humilité, tantôt pour les confondre l'un et l'autre et les persuader d'une sagesse qui manifeste la hauteur de ses conseils mystérieux. "L'homme est d'abord un héritier. Joseph de Maistre - Philippe Barthelet. La Démocratie religieuse - Charles Maurras. Les langues de la France - Rapport de Bernard Cerquiglini. Bernard Cerquiglini Directeur de l'Institut national de la langue française (C.N.R.S.) Rapport au Ministre de l'Education Nationale, de la Recherche et de la Technologie, et à la Ministre de la Culture et de la Communication.

Avril 1999 La mission confiée au rapporteur, telle qu'il l'a comprise, concerne les savants, et non les militants. Une prudence affichée dans les principes. La Charte, ainsi que le Rapport explicatif (1), semblent procéder avec prudence. Ce désir de protéger les langues historiques de l'Europe, dont certaines "risquent, au fil du temps, de disparaître" (Préambule de la Charte, alinéa 3) a deux conséquences. Espérant obtenir une action au moins minimale d'un ensemble de pays dont les situations linguistique et juridique sont fort différentes, les auteurs de la Charte ont multiplié les expressions du type "dans la mesure du possible", "de manière souple", "faciliter" abondent. Une souplesse proposée dans la mise en oeuvre. La signature est distincte de la ratification. 1. Ordonnance de Villers-Cotterêts. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Copie du préambule et des articles toujours appliqués de l'ordonnance de Villers-Cotterêts.

Forte de cent quatre-vingt-douze articles[2], elle réforme la juridiction ecclésiastique, réduit certaines prérogatives des villes et rend obligatoire la tenue des registres des baptêmes. Elle est surtout connue pour être l'acte fondateur de la primauté et de l'exclusivité du français dans les documents relatifs à la vie publique du royaume de France ; en effet, pour faciliter la bonne compréhension des actes de l'administration et de la justice, elle leur impose d'être rédigés dans cette langue.

Le français devient ainsi la langue officielle du droit et de l'administration, en lieu et place du latin[3]. Historique[modifier | modifier le code] Page de titre L'ordonnance s'inscrit dans une suite de décisions royales remplaçant progressivement le latin par les langues maternelles dans les actes du droit. Contenu de l'ordonnance[modifier | modifier le code] Pourquoi le fédéralisme est inévitable en France.