background preloader

Foi et raison

Facebook Twitter

Élections et communauté catholique. Les « points non négociables ». L’expression est à la mode chez certains catholiques avant ces élections. Pour leurs partisans, ce sont des points qui doivent déterminer l’électeur catholique dans son choix, car ils ne sont pas sujets à discussion. Cette semaine encore, c’est en fonction de ces « point non négociables » que Mgr Dominique Rey, Toulon, ou Mgr Marc Aillet, Bayonne, ont demandé aux catholiques de faire leur choix politique. Note du cardinal Ratzinger Quels sont donc ces fameux points non négociables. ? Tous les domaines de la doctrine sociale Ce sont ces trois mêmes points que reprennent Mgr Rey, et Mgr Aillet dans leurs documents. Quelle est par ailleurs l’efficacité de ce concept ?

Tentative de Rue 89 Et non d’appliquer de manière mathématique une grille de critères à chaque candidat. Isabelle de Gaulmyn. Principes non négociables. Foi et contre-culture. S’exprimant lors d’un colloque organisé, le 3 mai, à l’Université pontificale du Latran, à Rome, par l’Institut Français-Centre Saint Louis, Mgr Roland Minnerath, archevêque de Dijon, a tiré les conséquences, à titre personnel, de l’évolution de nos sociétés sécularisées.

Commentant la déclaration conciliaire « Dignitatis humanae » sur la liberté religieuse, Mgr Minnerath a d’abord rappelé que « c’est sur le terreau du christianisme qu’est née l’idée de liberté religieuse, au début du II ème siècle. ». Distinguant, depuis les origines, ce qui revient à Dieu et à César, le christianisme a ainsi permis l’épanouissement des libertés fondamentales. Mais, a constaté Mgr Minnerath, la liberté religieuse n’est pas comprise dans les sociétés, notamment musulmanes, où cette distinction n’existe pas. Cette question mérite assurément d’être posée. Vos réponses seront les bienvenues… Laïcité et politique. Ignorance, inculture, ou inconscience ? Toujours est-il que, lorsqu’ils cherchent à utiliser la religion comme argument de campagne, les hommes politiques se prennent inévitablement les pieds dans le tapis.

Que François Hollande, candidat socialiste, promette d’intégrer la loi de 1905 de séparation des Eglises et de l’Etat dans la Constitution, il oublie qu’une partie de la France est exonérée de cette loi, et qu’au royaume de la laïcité, les choses ne sont pas si simple qu’il voulait le croire : voilà déjà bien longtemps que s’est construit toute une jurisprudence des relations entre Etat et cultes, qui sont tout sauf séparés strictement… Lapsus maladroit Ces mêmes politiques répètent à l’envie, et avec raison, qu’au nom du principe de séparation, les religieux ne doivent pas interférer dans la sphère politique.

On aimerait juste qu’ils appliquent d’abord ce principe à… eux-mêmes. Et s’interdisent de s’immiscer dans l’organisation des religions. Isabelle de Gaulmyn. Conseils de l'Eglise. Etat et Salon Beige. « Paroles, paroles... | Accueil | Présidentielle : il faudra payer pour voter » Lettre ouverte aux candidats aux élections A l'attention des candidats aux élections présidentielles et législatives Mesdames, Messieurs, Observateurs attentifs de l'actuelle campagne, nous sommes contraints de noter que cette dernière n'est pas à la hauteur des enjeux. Les querelles de personnes et les luttes de coulisses empoisonnent l'esprit public.

Malgré cela, nous ne pouvons pas nous désintéresser de ces importantes échéances électorales et nous tenons à vous faire connaître, loin des appartenances partisanes et des affinités légitimes, ce qui motivera notre vote, espérant que cette intervention de simples citoyens élèvera un peu le niveau d'une campagne trop médiocre. Nous sommes, certes, bien conscients que d'autres sujets, qu'il s'agisse de la fiscalité, de l'immigration, de la protection sociale, ou de l'Europe sont cruciaux pour notre avenir.

Signataires : Vous pouvez signer cette lettre ouverte : Religion et laïcité. Dans une missive adressée au Comité national d’action laïque, le candidat socialiste promet de réviser la loi instaurant un « forfait communal » accordé aux écoles privées La lettre, adressée au Comité national d’action laïque, datée du 16 avril, tient en moins de trois pages. Et, à quelques jours du second tour, elle provoque, à tout le moins, la perplexité des responsables catholiques. Signée par François Hollande, elle détaille les mesures que compte prendre le candidat socialiste, s’il est élu président de la République, pour défendre « l’école publique laïque ». Première d’entre elles, la révision du « forfait communal » accordé aux écoles privées.

Ce système, instauré en 2009 par la « loi Carle », précise les conditions dans lesquelles un maire est tenu de payer la scolarité d’un enfant résidant dans sa commune, mais scolarisé dans un établissement privé situé dans une autre ville. Norme canonique catholique. Le pape rappelle à l’ordre les évêques américains sur l’enseignement religieux « Il n’est pas excessif de dire que fournir une solide éducation à la foi aux jeunes représente le défi le plus important et urgent auquel la communauté chrétienne doit faire face dans votre pays » a affirmé le samedi 5 mai Benoît XVI devant un groupe d’évêques américains. « Trop souvent, a-t-il déploré, les écoles et les collèges catholiques ne sont pas parvenus à encourager les étudiants à considérer leur propre foi comme partie intégrante de leur évolution intellectuelle ». Les étudiants doivent être encouragés à développer une « vision harmonieuse entre foi et raison » qui puisse les guider dans la vie. Mais pour cela, précise le pape, « il est nécessaire de réaffirmer l’identité des écoles catholiques ». 5/5/12 - 15 H 32 - Mis à jour le 5/5/12 - 17 H 23 Le contenu de l’enseignement des matières religieuses doit toujours être validé par l’autorité ecclésiale, a-t-il expliqué.

Doctrinal assessment. Évêques US et assurance maladie. Difficile, vue de France, de comprendre l’ampleur de la protestation des catholiques américains contre le plan Obama pour la couverture maladie (Obamacare). Une disposition de ce plan veut en effet imposer à toutes organisations gérées par l’Église de rembourser 100 % des coûts d’assurance-maladie de leurs employés liés à la contraception (stérilisation, pilules contraceptives et abortives). Sans admettre d’exception, malgré la réprobation de l’Église pour l’usage de ces médicaments. Depuis un mois, les évêques sont vent debout contre cette disposition et multiplient déclarations, lettres, pétitions.

Dernière péripétie ce dimanche, avec leur refus d’accepter le compromis proposé par Barack Obama, visant à faire rembourser les coûts liés à la contraception par les compagnies d’assurances. En quelques jours, le bras de fer est devenu une affaire d’état, largement relayée par les candidats républicains. Le premier amendement de la Constitution Un acteur majeur du système de santé. Université catholique. Women Religious (USA)

Retour de l'intégral. Les responsables de la Fraternité sacerdotale saint-Pie-X pourraient rentrer dans l’Eglise catholique. Faut-il s’en réjouir comme le prétendent certains? Ou bien au contraire, s’en effrayer? Curieusement, la question divise les catholiques, une fois de plus, de manière générationnelle…. Les plus âgés se désolent car ils y voient la légitimation d’une Eglise qu’ils ont toujours repoussée : une communauté qui s’est fait remarquer par sa violence, son intolérance, arque boutée sur la hiérarchie, fermée, une Eglise que l’on croyait révolue. L’Eglise de toujours Ensuite, les plus jeunes ont cette forme de souplesse (tolérance ?) Au fond, le retour programmé des intégristes dans l’Eglise appuie là où cela fait mal dans l’Eglise de France.

Isabelle de Gaulmyn. République et titres religieux.