background preloader

La femme et le sacré

Facebook Twitter

"Sacred Prostitutes" by Johanna Stuckey. "Sacred Prostitutes" by Johanna H. Stuckey An "improbable percentage of the population [of Mesopotamia and Syria-Canaan] must have been either secular or religious prostitutes of some sort," wrote Beatrice Brooks in 1941 (231). She was drawing conclusions from the writings of predominantly male scholars who accepted without question the concept of "sacred, cult, or temple prostitutes. " Female temple functionaries, they maintained, regularly engaged in sexual intercourse in return for a payment to their temples. Female devotees of Inanna/Ishtar, the Mesopotamian goddess of sexuality and love, were "immediately" suspect of such behavior (Assante 1998:6). Until recently, most scholars took this view for granted, and some still do. In the nineteenth century, scholars thought Mesopotamia to be a hotbed of "naïve and primitive sexual freedom" (Assante 1998:5-6).

It is true that much ritual activity in the ancient Eastern Mediterranean focussed on promoting the fecundity of the land. Notes. Camino de Perfección. The Way of Perfection (Spanish: Camino de Perfección) is a method for making progress in the contemplative life written by St. Teresa of Ávila, the noted Discalced Carmelite nun for the members of the reformed monastery of the Order she had founded. Teresa was a major figure of the Catholic Reformation in 16th-century Spain, and eventually was named a Doctor of the Church, while her work became a classic text in Christian spirituality and mysticism, especially in the realms of prayer in Christianity and Spanish Renaissance literature.[1] Teresa called this a "living book" and in it set out to teach her nuns how to progress through prayer and Christian meditation.

The first 18 of the 42 chapters discuss the rationale of being a Carmelite, the rest deal with purpose and approaches to spiritual life.[2] Overview[edit] See also[edit] Catholic beliefs on the power of prayer Notes[edit] References[edit] External links[edit] Femmes jésuitiques et femmes jésuites. Histoire de la prostitution. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La prostitution (du latin prostituere mettre devant, exposer au public) est une activité consistant à accepter ou obtenir des relations sexuelles, en échange d'une rémunération. Bien que cette activité soit pratiquée par les membres des deux sexes, elle est le plus souvent le fait des femmes, mais cela concerne aussi les hommes dans le cadre de prostitution hétérosexuelle, homosexuelle, travesti ou transsexuelle. Le terme générique employé est prostitué-e. Cet article traite de l'histoire de la prostitution. Antiquité[modifier | modifier le code] La « prostitution sacrée »[modifier | modifier le code] Mésopotamie[modifier | modifier le code] Jean Bottéro est un des rares historiens à s'être posé la question des origines de la prostitution dans son ouvrage Mésopotamie[1]. Hérodote[3] parle dans son premier livre des prostituées sacrées, quelquefois nommées harots des temples d'Ishtar et d'autres divinités des civilisations de Mésopotamie. JEANNE DE VALOIS.

Les Eglises de France honorent aujourd'hui cette pieuse princesse qui fut d'abord l'épouse de Louis XII, appelée à régner avec lui, et qui, plus tard , renversée du trône par un jugement solennel qui déclara la nullité de son mariage, se montra plus sainte et plus grande encore dans sa disgrâce qu'elle ne l'avait paru dans les jours de sa grandeur. Les vertus qui éclatèrent dans toute sa vie rendirent Jeanne de Valois l'objet de la vénération des peuples ; et si elle cessa de régner sur un trône fragile, son empire sur les coeurs ne fit que s'étendre, et l'auréole de la sainteté remplaça avantageusement pour elle le diadème qu'elle n'avait pas ambitionné et qu'elle dut déposer. Sa tendre confiance en Marie, son attrait pour les œuvres de la pénitence, sa miséricorde envers les pauvres, en font un modèle pour les chrétiens, dans ces jours où l'Eglise nous invite à préparer nos âmes pour la réconciliation. Le Miracle des Muses.

Le sacré, le sacrifice. Le sacré, le sacrifice Conférence du Père Lambret le 5 octobre 2002 Gilgamesh est roi d’Uruk, sur l’Euphrate, au pays de Sumer. Il gouverne avec intelligence mais sans réplique. Les habitants trouvent cela un peu dur et ils demandent aux dieux de lui susciter quelque adversaire capable de lui tenir tête. Ils décident ensemble d’attaquer Gum-ba-ba, le géant gardien de la forêt des cèdres. Gilgamesh a entendu parler d’un homme qu’Enki, le dieu de l’intelligence, avait fait échapper au dernier déluge en lui donnant instruction de construire une arche dans laquelle il avait rassemblé suffisamment d’individus de toute espèce animale pour relancer la vie après la catastrophe. Telle est, selon sa plus ancienne version sumérienne, le mythe de Gilgamesh. Le mot "sacré" vient de la racine indo-européenne sak qui signifie simplement "au-delà" : un au-delà bien gardé, inaccessible et néanmoins désirable.

Au contraire, la révélation biblique témoigne de la venue amicale de Dieu. Les Ursulines d'Anne de Xainctonge ... - Marie-Amélie Le Bourgeois. Méditation sur la politique de Jeanne d'Arc - Charles Maurras. À l'association des jeunes filles royalistes devant laquelle furent pensées tout haut quelques-unes des ces incomplètes méditations, au nom de l'Action française reconnaissante, hommage très respectueux de l'auteur. Malgré Malherbe, beau poète, malgré Richer, bon historien, et Chapelain, mauvais poète, il faut avouer que nos ancêtres de la grande époque ont observé devant la chevauchée d'Orléans et de Reims, même devant le bûcher de Rouen, une attitude pieuse, mais contrainte.

Cet objet extraordinaire les frappait d'un étonnement immobile. Nous avons été tirés de cette stupeur par les dures commotions qui se prolongent en nous depuis cent quarante ans. Si le désespoir d'égaler la parole à la réalité put imposer quelque silence à nos pères, l'aiguillon des maux publics a ému nos contemporains dans la direction du haut miracle dont ils apprenaient le désir. # Nos épreuves ont fait voir cela peu à peu. On ne peut s'en montrer surpris. Mais voici le point décisif. Oeuvres completes de Bossuet. Parcourir - Femmes et sexualité au 19e siècle - Scientifica - Bibliothèque - Cité des sciences et de l'industrie.