background preloader

**collect ²²

Facebook Twitter

«Désormais, le lien entre terrorisme et immigration est présent dans les esprits» INTERVIEW - Deux des trois kamikazes du Stade de France avaient été contrôlés en octobre en Grèce, avant de rejoindre la France. Une donnée qui complique considérablement la gestion de la crise migratoire en Europe, estime Pierre Vimont, diplomate et «senior associate» à la fondation Carnegie Europe. Les attaques de Paris ont concrétisé une crainte relayées depuis plusieurs mois par de nombreux responsables politiques européens, essentiellement populistes: celle d'infiltrations terroristes parmi les migrants qui affluent depuis cet été par la route des Balkans. Deux des trois kamikazes du Stade de France ont en effet été contrôlés à la frontière grecque début octobre. Depuis, le débat sur l'accueil des réfugiés et l'opportunité de garder les accords Shengen revient en force. Le ministre hongrois Victor Orbán va jusqu'à estimer dans une interview à Politico que «tous les terroristes sont fondamentalement des migrants».

PIERRE VIMONT .- Je ne pense pas qu'il ait été pris à la légère. Autodafé par Daech: s'attaquer à l'art c'est égorger les âmes. FIGAROVOX/ANALYSE - Daech a détruit plus de 2000 ouvrages sous prétexte qu'ils appellaient à la désobéissance envers dieu. Pour le philosophe et théologien, le fondamentalisme est issu d'une lecture littéraliste du Coran. Bertrand Vergely est philosophe et théologien. Il est l'auteur de Deviens qui tu es: La philosophie grecque à l'épreuve du quotidien (Albin Michel, 2014).

La destruction récemment par Daech de deux mille manuscrits non musulmans ainsi que d'oeuvres d'art datant de 7000 ans appelle quatre remarques. - Il faut d'abord dire qu'il n'y a là rien d'étonnant. . - Il faut ensuite être attentif aux raisons avancées par les auteurs de ces autodafés et de ce vandalisme pour les justifier «Ces livres et ces œuvres appellent à la désobéissance envers Dieu». En fait, loin d'appeler à la désobéissance envers Dieu, les livres qui ont été brûlés sont soit des ouvrages chrétiens traitant de théologie soit des ouvrages philosophiques traitant de morale. Laïcité: le problème est spirituel, pas politique. FIGAROVOX/TRIBUNE - Les appels à une réforme de la laïcité sont nombreux. Pour Frédéric Saint Clair, le problème du «vivre ensemble» n'est du au manque d'influence politique des responsables religieux, mais à une perte de spiritualité de l'ensemble des croyants.

Frédéric Saint Clair est mathématicien et économiste de formation. Il a été chargé de Mission auprès du Premier ministre pour la communication politique (2005-2007). Il est aujourd'hui Consultant Free Lance. Les appels à une réforme de la laïcité se multiplient. Cette attente, qui peut sembler légitime à beaucoup de croyants, est pourtant contraire au bien commun. Cette séparation n'implique pas que les religions n'ont aucun rôle à jouer, ou qu'elles n'ont pas leur place dans l'espace public.

Comment abandonner le pouvoir temporel au profit du spirituel et en même temps prétendre être présent et utile dans l'espace public? Car c'est bien là que réside le problème du vivre ensemble aujourd'hui. Pourquoi dans nos sociétés occidentales des jeunes se convertissent à l'islam. FIGAROVOX/TRIBUNE - À l'instar d'un nombre croissant de jeunes, un djihadiste français converti est mort lors d'un attentat suicide en Irak, le 11 février. Nous republions cette tribune qui reste d'actualité, dans laquelle Claude Sicard explique cet attrait pour l'islam par la quête d'idéal d'une partie de la jeunesse. Claude Sicard est agronome, docteur en économie, spécialiste du développement. Il est l'auteur de deux livres sur l'islam, «L'islam au risque de la démocratie» (Préface de Malek Chebel, éditions FX du Guibert) et «Le face-à-face islam chrétienté.

Quel destin pour l'Europe?». Cette tribune a été publiée une première fois dans le FigaroVox le 10 février 2015. Les raisons pouvant expliquer cette tentation sont très simples: l'homme a besoin d'être animé par une raison de vivre, par un idéal, par une cause noble à laquelle se donner. Pourquoi donc l'islam, pour un certain nombre de nos jeunes, leur paraît-il de nature à pouvoir répondre à leur quête d'idéal? Pour l'émergence d'un islam moderne en Europe. FIGAROVOX/ANALYSE - Le discours de Christian Estrosi sur les courants radicaux de la religion musulmane a suscité la polémique. Pour Claude Sicard, il est urgent qu'émerge en Europe un islam rénové, compatible avec les valeurs occidentales. Claude Sicard est agronome, docteur en économie et consultant international. Il est l'auteur de deux livres sur l'islam, «L'islam au risque de la démocratie» (Préface de Malek Chebel, éditions FX du Guibert) et «Le face-à-face islam chrétienté.

Quel destin pour l'Europe?». Avec les atrocités que commettent quotidiennement les djihadistes, tant au Moyen Orient qu'en Afrique, ainsi d'ailleurs que, occasionnellement, dans des pays de la vielle Europe, l'actualité ne cesse de nous confronter avec la question de savoir ce qu'est réellement l'islam. Qu'en est-il donc exactement? Citons parmi les réformateurs les plus connus, de langur française, des auteurs comme Mohamed Arkoun, Soheb Bencheikh, Malek Chebel, Mohamed Charfi. Derrière la mosquée, «l'imam Google» Il n'est jamais trop tard pour espérer. Il est pourtant regrettable que l'appel du Conseil du culte musulman, pour que soit lu vendredi dans les 2500 mosquées de France un texte condamnant «sans ambiguïté» le terrorisme islamiste, n'ait pas été lancé bien avant. Il est aussi désolant de constater qu'il a fallu les tragiques événements du 13 novembre pour qu'enfin le ministre de l'Intérieur puis le premier ministre se décident à déclarer la guerre aux lieux de prière extrémistes.

Depuis une vingtaine d'années, la timidité des autorités musulmanes pour condamner toutes les violences commises au nom d'un islam dévoyé et celle des gouvernements pour s'attaquer aux prédicateurs radicaux étaient aussi coupables qu'incompréhensibles. Des voix s'indignaient, y compris parmi les musulmans, devant pareille passivité, mais elles étaient immédiatement accusées d'islamophobie, ou moquées par la soldatesque du politiquement correct. Vont-elles enfin être prises au sérieux, entendues et écoutées? Ce que «islamisme radical» veut dire   FIGAROVOX/ENTRETIEN- Les motivations des terroristes islamistes qui viennent de frapper Paris sont à la fois politiques et religieuses, explique l'universitaire Anne-Clémentine Larroque*.

LE FIGARO. - Quelles différences faites-vous entre l'islamisme radical, l'islamisme et l'islam? ANNE-CLÉMENTINE LARROQUE. - L'islamisme radical provient de l'islamisme, et l'islamisme procède d'une interprétation de l'islam. Revenons donc au vocabulaire. L'islam évoque la religion révélée par le prophète Muhammad au VIIe siècle dans la péninsule arabique, et renvoie à l'ensemble des territoires où l'autorité politique en place se réclame de la loi musulmane.

Charles Millon : la guerre se gagnera aussi dans les têtes. FIGAROVOX/TRIBUNE - Au lendemain des attentats de Paris, l'ancien ministre de la Défense appelle à la prise de conscience sur les dangers de l'islam radical et à une guerre réelle menée contre l'Etat islamique. Charles Millon a été ministre de la Défense du gouvernement Alain Juppé, de 1995 à 1997. En semant la mort dans les rues de Paris, l'Etat islamique a confirmé que la France et - au-delà d'elle, l'Occident - était son ennemi. Tous les Français, le président de la République au premier rang d'entre eux, en ont pris acte.

Il était temps car l'ennemi nous avait désignés comme cible depuis longtemps. Dans son esprit, nous représentons cette civilisation repue et matérialiste où se conjoindraient étrangement la perversion post-moderniste et le christianisme. Pour combattre efficacement cet «islam radical» il faut enfin arrêter de se bander les yeux par mauvaise conscience ou snobisme intellectuel. Cette guerre se déroule sur de multiples terrains: C'est une nécessité absolue. Le salafisme, un courant antimoderniste divisé entre «quiétistes» et djihadistes. En dix ans, le nombre de salles de prière sous influence salafiste est passé d'une trentaine à près de 150. • Qu'est-ce que le salafisme? Le terme «Salaf al-salih» désigne littéralement les «pieux ancêtres» ou les «prédécesseurs».

L'idée centrale est de vivre un islam purifié de toutes les influences et de tous les apports qui sont venus se superposer au cours des siècles à l'enseignement le plus strict et le plus littéral contenu dans le Coran et la Sunna, qui consignent les paroles et les actes du prophète Mahomet. C'est ainsi que les salafistes s'opposent aux interprétations sunnites - ultramajoritaires dans l'islam de France - et chiite de l'islam qu'ils considèrent dévoyées sur le plan religieux mais aussi politique en leur reprochant notamment de collaborer avec les pouvoirs civils en place qu'ils récusent puisque la seule loi qui vaille est la charia dans son acception la plus stricte. Le vrai sens du message adressé par l'Etat islamique aux «Français mécréants»

Zohra Bitan : le pacte immoral entre l'Etat et les cités. FIGAROVOX/ENTRETIEN - Au lendemain des attentats de janvier, Zohra Bitan estime que l'Etat a laissé dévier les cités d'où sont issus certains djihadistes, sous couvert de morale paternaliste. Cadre de la fonction publique territoriale, Zohra Bitan a été porte-parole de Manuel Valls durant la primaire socialiste de 2011. Elle a fondé l'association Campus Marianne qui offre des actions d'instruction civique pour tous. Elle est l'auteur de Cette gauche qui nous désintègre paru en mai 2014 aux éditions François Bourin. Quand la République se fait tuer par ses enfants, on est en droit de se demander ce qu'elle a bien pu faire à ceux qu'elle a abrités sous ses valeurs pour qu'ils les transforment en bain de sang.

L'apartheid, c'est organiser l'implantation des populations ; voilà c'est dit! - «Taisez vous les cités, les pansements arrivent - les seaux de peinture aussi! -«Taisez-vous, la République vous soigne, et vous livre autant de béquilles que vous en avez besoin... Les avions français «protégés» par une entente avec les pays du Levant. « Stop djihadisme » : 40 % de femmes parmi les radicalisations signalées. Depuis les attentats du 13 novembre, la cellule Stop djihadisme « fonctionne sans relâche », sept jours sur sept : les appels au numéro vert 0 800 00 56 96 ont permis de repérer 112 cas en sept jours, contre une moyenne de 200 par mois, selon le ministère de l’intérieur. Depuis son lancement en avril, ce service n’a cessé de s’étoffer, face à une augmentation très nette des signalements de radicalisation. Après vingt mois d’existence, les premiers chiffres donnent quelques indications sur le profil de ces aspirants au djihad.

Comment fonctionne le numéro vert Stop djihadisme ? Mise en place le 29 avril 2014, cette plate-forme téléphonique est ouverte du lundi au vendredi, de 8 heures à 18 heures. Le soir et le week-end, un formulaire permet de faire une première déclaration en ligne. Il n’est pas nécessaire de fournir son identité, mais le signalement doit être étayé et sérieux. Selon le ministère de l’intérieur, la plupart sont « pertinents » et correspondent à des cas préoccupants.