background preloader

Chants de marche

Facebook Twitter

Cara al sol. Novio de la muerte.

Connecter à rythme

Chant des marais. Gai légionnaire. La cavalcade. Les oies sauvages. La lune est claire. La petite piste. Amazing grace. Croix de Lorraine. En 1241, un noble croisé, Jean ALLUYE, revient de Terre Sainte avec un reliquaire en forme de croix à double traverse renfermant un morceau de la Croix. Acquis par les cisterciens de la Boissière, site à l'est de Baugé, ils le placèrent dans une chapelle de leur abbaye, chapelle qui prit le nom de la "Vraye-Croix". Les ducs d'Anjou, possédant un château à Baugé, venaient souvent faire leurs dévotions à cette relique. En 1360 Louis Ier d'Anjou (1339 - 1384) crée un ordre de chevalerie, "l'Ordre de la Croix d'Anjou". Il met en honneur cette croix à double traverse en dotant l'ordre d'un blason : de sinople, à la croix de sable à double traverse entourée d'un filet d'or.

C'est avec René Ier le Bon (1409-1480), que l'on voit apparaître la Lorraine dans la troisième maison d'Anjou. René est marié à l'âge de onze ans à Isabelle de Lorraine, dix ans, fille de Charles II, duc de Lorraine. Sous le règne de son petit-fils René II (1451-1508), Charles le Téméraire envahit ses états. Anjou-Sicile. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La maison capétienne d'Anjou-Sicile est issue de Charles Ier de Sicile, comte d'Anjou par apanage et roi de Sicile par investiture pontificale. Cette branche régna également sur la Hongrie, la Croatie, la Provence, Durazzo, la Pologne et nominalement sur Jérusalem.

La maison d'Anjou Sicile comporte plusieurs rameaux, issus des différents fils de Charles II de Naples : Y. d'Aragon. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Yolande d'Aragon avec le dauphin Charles, futur roi Charles VII. Yolande d’Aragon (, Saragosse - , près de Saumur), également connue comme Jolantha de Aragon (ou en catalan Violant d’Aragó), fut duchesse consort d'Anjou, comtesse consort du Maine et de Provence, reine consort de Naples et de Jérusalem titulaire et dame de Guise.

Elle était la fille de Jean Ier d’Aragon et de Yolande de Bar. Biographie[modifier | modifier le code] Famille[modifier | modifier le code] Elle fut promise à l'héritier d'Anjou, Louis (qui avait accédé au trône de Naples sous le nom de Louis II de Naples un an plus tôt, suite à la conquête de Naples) en 1390, et se maria avec lui le à Arles : Ils eurent six enfants : Louis III (1403 † 1434) - duc d'Anjou, comte de Provence, roi de NaplesMarie (1404 † 1463) - épouse du roi de France Charles VII, et donc mère de Louis XI ? Prétentions au trône d'Aragon[modifier | modifier le code] Chronologie[modifier | modifier le code]

Armagnacs et Bourguignons. C’est un sujet très mal connu que les éditions Perrin donnent l’occasion de découvrir avec ce petit ouvrage de Bertrand Schnerb, auteur de l’État bourguignon publié chez le même éditeur en 1999. Le terme de maudite guerre qui sert de sous-titres cet ouvrage est particulièrement bien choisi pour caractériser cette guerre civile. Synonyme de mort de désolation entre 1407 et 1435 elle n’est en rien un phénomène accessoire à la guerre de 100 ans mais tout au contraire un temps fort de la constitution de l’État en France. En effet, ce sont deux conceptions de l’État qui s’affrontent pendant ces querelles successorales et familiales dont les principales victimes sont toujours, en pareil cas, les humbles et les manants. C’est pendant le règne de Charles VI, commencé en 1380, en pleine guerre franco-anglaise, que débute cette opposition entre les partisans du développement et de la primauté de l’État et ceux du statu quo, attachés à une certaine tradition politique.

Écorcheurs et cabochiens. Santa María la Mayor (Caspe) La collégiale fut construite en style gothique en deux phases. On le voit clairement par rapport à la hauteur des nefs. La collégiale est en partie construite sur ce qui fut une acropole bâtie par l'ordre militaire de saint Jean. Le reliquaire de la Veracruz est un magnifique ouvrage d'orfèvrerie.

Signalons aussi deux tombeaux bien conservés : l'un est du XIVe siècle et l'autre du XVIe. Informations pratiques Horaires Dimanche De 12:30 à 13:30 Tarifs Entrée gratuite. Relicario de la Vera Cruz (Rubielos) Resumen de la Conferencia dada en Rubielos, en la parroquial, el 5 de septiembre de 2001. La importancia y difusión bajomedieval del culto a la Vera Cruz en la Corona de Aragón viene totalmente determinada en el reinado del rey MARTÍN EL HUMANO, quien hace llegar el primer fragmento de la reliquia a la Catedral de Barcelona. Este hecho resultó trascendental para la rápida difusión de la advocación por tierras de la Corona de Aragón, sobre todo patente a través de la predicación de las órdenes mendicantes erigiéndose, además, parroquias y poblaciones con dicha denominación. Órdenes monásticas como la dominica o la franciscana, como custodiadores de los Santos Lugares de Jerusalem, contribuyeron a la fama de esta festividad dentro del calendario litúrgico.

Los primeros como promotores de la devoción a la Sangre de Cristo y los segundos unidos a Cofradías de la Vera Cruz o de la Santa Cruz.

Connecter à analyse des regards

J. de Foix. Routes littéraires. « Un air bleu soufflait du côté de la mer, berçait au-dessus de leurs têtes les larges feuilles du figuier en une douce rumeur et se laissait glisser sur la rizière en y imprimant de fugitives et rapides ondulations. » Les paysages des Terres de l’Ebre ont inspiré des textes littéraires comme celui que vous venez de lire, extrait du roman « Terres de l’Ebre » de Sebastia Juan Arbó (Sant Carles de la Ràpita 1902 –Barcelone 1984). Artur Bladé (Benissanet 1907 – Barcelone 1995) ou Jesús Montcada (Mequinensa 1941 – Barcelone 2005) sont d’autres des auteurs qui se sont nourris des espaces des Terres de l’Ebre pour écrire leurs récits.

Autour d’eux ont été créées plusieurs routes littéraires car la majeure partie de leurs écrits constituent de magnifiques guides pour qui souhaite parcourir et découvrir les paysages des régions de l’Ebre. Route littéraire Artur Bladé i Desumvila Pour plus d’informations: Routes du Temple. L’ordre du Temple est né au XIème siècle, après la Première Croisade, dans le but de protéger les voyageurs qui partaient en pèlerinage en Terre Sainte. En Catalogne, les templiers occupaient des villages d’une grande importance stratégique, comme Tortosa et Miravet.

De nos jours, au travers du label Domus Templi (les domaines du Temple) a été aménagée la route des templiers, une initiative visant à offrir au visiteur la possibilité de connaître le patrimoine architectural et l’histoire de l’Ordre du Temple dans les territoires de l’ancienne Couronne d’Aragon, délimitation qui rassemblait autrefois les actuels territoires d’Aragon, de Catalogne et du Pays de Valence. Ainsi, outre les villes de Tortosa et de Miravet (Terres de l’Ebre), les villes de Lleida, Peníscola (dans le Pays de Valence) et Montsó, située en Aragon, sont dorénavant parties intégrantes de cette route. Plus d’informations: Consorci Ruta del Temple (Consortium de la Route du Temple) www.domustempli.com. Route des Ibères. Les Ibères des Terres de l’Ebre avaient développé l’une des sociétés les plus dynamiques de l’époque, grâce à une situation géographique privilégiée, à proximité d’un fleuve aussi important que l’Ebre, essentiel à la communication entre les côtes et l’intérieur des terres.

La Route des Ibères, créée par le Musée d’Archéologie de Catalogne, permet de découvrir une bonne partie des vestiges archéologiques Ibères encore présents et conservés dans les Terres de l’Ebre. Le village du Castellet de Banyoles, à Tivissa, et le village de la Moleta del Remei d’Alcanar sont l’un des meilleurs exemples de la culture ibérique en Catalogne et sont devenus du reste, l’axe principal de la route des Ibères en Terres de l’Ebre.

Ces deux sites ont été aménagés afin de pouvoir être visités. Divers panneaux d’information rappelant l’histoire concrète de chacun des villages et offrant une explication générale sur les différents aspects du monde ibérique, y ont été installés. Pour plus d’informations:

Voir mythe du chemin

FNFL (d'Argenlieu) Le 1er juillet 1940 , le général de Gaulle créait les Forces navales de la France Libre. Il en confiait le commandement au vice-amiral Muselier . Cette date est connue des anciens des F.N.F.L. Beaucoup pourtant ne savent guère les circonstances - encore moins les détails - qui accompagnèrent pareille décision. Nos lignes leur sont spécialement et amicalement dédiées qui résument les enfances d'une force navale - la leur - unique en nos annales maritimes. Naissance Nous sommes à Saint Stephen's House, proche de l'abbaye de Westminster, au cœur de Londres, le dimanche 30 juin . Évadé du convoi cheminant de Cherbourg vers l'Allemagne le 22, j'ai pu gagner Londres par Jersey, Southampton, aux fins de prendre contact avec le chef des Français libres. Je suis donc au quartier général, pour obtenir une audience. Le lundi, 1er juillet, à 9 h 30, nous arrivions à Saint Stephen's House.

L'amiral s'offre à former, sous la haute autorité du chef des Français libres, des forces navales. Obstacles. Titulus. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un titulus (mot latin) est une inscription apposée sur tout type de support durant l'Antiquité. Le titulus de la cérémonie du triomphe[modifier | modifier le code] Le titulus est le cartel ou l'affiche accrochée au bout d'un long bâton porté par les légions romaines lors de la cérémonie du triomphe pour indiquer à la foule, le nom des légions, le nombre de prisonniers, la quantité du butin, les noms des villes et des pays soumis.

Les renseignements y étaient écrits en gros caractères[1]. Le titulus des condamnés[modifier | modifier le code] Le titulus, était aussi un petit écriteau qui énonçait le crime de la victime durant l'antiquité. Jésus et le titulus[modifier | modifier le code] Il serait à l'origine de l'erreur de représentation de la Croix du Christ. Les grands prêtres demandèrent au Procurateur romain de rajouter Cet homme a dit « .. je suis le roi des Juifs ». Le titulus commercial[modifier | modifier le code] Tilde. Ancre dorée. Constituées à l'origine pour tenir garnison outre-mer, les troupes de marine y ont acquis une culture d'ouverture au monde. En outre, les missions lointaines ont exigé de cette arme qu'elle couvre des domaines de spécialités variés (combat de l'infanterie et des blindés, feux d'appui, communications...) dont l'exercice, aujourd'hui, se renforce d'une expérience ancienne de la professionnalisation.

Transcendant la notion de maîtrise de techniques militaires, les troupes de marine se fédèrent autour d'un symbole unique, l'ancre d'or, marque d'un style propre dont les traits essentiels sont : Unités composant les troupes de marine : Ancre (légende dorée) Combat vs prédication. Document Details : Title: L'idéologie maccabéenne Subtitle: Entre idéologie de la résistance et idéologie du martyre Author(s): BERTHELOT, Katell Journal: Revue des Études Juives Volume: 165 Issue: 1-2 Date: janvier-juin 2006 Pages: 99-122DOI: 10.2143/REJ.165.1.2013876 Abstract : Cet article explore la question des idéologies maccabéennes (dans leur diversité), ou d’une idéologie maccabéenne de la résistance qui se déclinerait sur deux modes, celui de la résistance armée et celui du martyre.

Alors que 2 Maccabées valorise la voie du martyre, 1 Maccabées défend plutôt celle de la résistance armée, et une certaine tension polémique est perceptible entre ces deux options. En s’interrogeant sur la postérité de ces deux idéologies dans le judaïsme rabbinique, on constate que l’idéologie de la résistance armée tend à disparaître après l’échec de la révolte de 132-135, tandis que l’idéologie du martyre évolue et semble bénéficier d’une légitimité nouvelle. Idéologie du martyre (Maccabées) Image et pouvoir (F. Queyzel) Bryn Mawr Classical Review 2005.08.39 François Queyrel, L'Autel de Pergame. Images et pouvoir en Grèce d'Asie. Antiqua vol. 9. Paris: Éditions A. et J.

Picard, 2005. Pp. 207; color pls. 21, figs. 159, maps 2. ISBN 2-7084-0734-1. €55.00. Reviewed by Brunilde Sismondo Ridgway, Bryn Mawr College (bridgway@brynmawr.edu)Word count: 2316 words "Is it not the fate of a work of art to retain part of the mystery that attracts us to it, thus offering us the renewed pleasure of first discovery? " This intent is reflected in the typography and the unusual layout of the pages. The enormous specialized literature on the Pergamon Altar has traditionally been dominated by German scholarship -- understandably, since the Turkish site is still being excavated by Germany and the monument itself is reconstructed in a special museum in Berlin. To my mind, an important new observation concerns the many female statues of debated identification that are usually assigned to the outer colonnade of the building. 1.

Voir osselets d'Aphrodite

Histara. Ancre (symbole) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Stèle de Licinia ΙΧΘΥΣ ΖΩΝΤΩΝ signifie poisson des vivants Paulin de Nole, invoquant son saint patron, s’écrie : « Qu’en toi soit pour mon cœur fixée l’ancre de la double vie ». De fait elle est parfois liée à deux poissons, peut-être symboles de cette double vie, comme sur l'épitaphe de la tombe de Licinia avec le mot « Ichtus » « Poisson (ou Christ) des Vivants » et deux poissons. Elle pouvait aussi symboliser les trois vertus théologales de foi, espérance et charité, comme la Croix camarguaise de nos jours. On la trouve associée au symbole de la croix (tau), du poisson (et à l’acrostiche ichtus) et bien sûr à la barque, et à la lettre E pour SPES ou à Pax tecum, Pax tibi, in pace[3]. Plus tard, Clément d'Alexandrie mentionne l'ancre comme un symbole autorisé des chrétiens, avec le poisson (ichtus). Michel Feuillet, Lexique des symboles chrétiens, Puf, Collection "Que sais-je ?

"

Voir fluctuat nec mergitur

Connecter à partitions musicales.