background preloader

Axis mundi fara_da_sè

Facebook Twitter

Syllabus errorum. Inhalt[Bearbeiten] Die die angeführten Irrtümer verurteilenden Sätze wiederholen überwiegend lehramtliche Äußerungen Papst Pius' aus anderen Dokumenten. Der Syllabus ist in zehn Paragraphen aufgeteilt (in Klammern jeweils die Nummern der dazugehörigen Thesen): Beispiele von im Syllabus errorum verurteilten Thesen[Bearbeiten] 1. Es gibt kein höchstes, weisestes und über alles vorhersehendes göttliches Wesen, das von der Gesamtheit dieser Welt unterschieden wäre. Gott ist zugleich wie das Wesen der Dinge und daher Veränderungen unterworfen. 2. 3. 15. 16. 17. 18. 20. 39. 60. 61. 62. 77. 78. 79. 80.

Interpretation und Bedeutung[Bearbeiten] Der Syllabus errorum ist Gegenstand kontroverser Diskussionen, auch der heutige Richtungsstreit in der katholischen Kirche greift gelegentlich auf ihn zurück. Hinsichtlich der Interpretation ist zu beachten, dass kirchliche Lehrverurteilungen bis zu Beginn des 20. Weblinks[Bearbeiten] Syllabus errorum. Error self defense. Culte_rome domestique. Oracles chaldaïques. Rome au Louvre. Sacrifice en l'honneur de Mars marbre -Champ de Mars - vers 48 après J. -C. Cliquez sur l'image pour lire le commentaire de [Louvre.edu] "Les Romains, disait Polybe, sont plus religieux que les dieux eux-mêmes". Les anciens Romains attachaient en effet une grande importance à l'observation rigoureuse des rites : une omission, une négligence les obligeaient à recommencer toute la cérémonie. Prières, voeux et sacrifices étaient les pratiques ordinaires des fidèles. La bête proprement dépecée, les haruspices examinaient les entrailles, cependant que les chairs étaient partagées entre le prêtre, celui qui offrait le sacrifice et l'assistance.

Les sacrifices humains, très fréquents à l'origine, comme le montrent de nombreux mythes, disparurent dès l'époque royale mais ils resurgirent parfois, surtout en temps de crise : ainsi, sous la République, après la guerre de Pérouse, en 40 av.J.C., Octave aurait fait immobler plusieurs centaines de notables. Question romaine. Revue historique de droit français et étranger, 84:1, 2006, 71-85. L’élection de Pie IX, en juin 1846, est une occasion donnée à l’Italie d’évaluer la solution néo-guelfe de l’unité sous l’égide du Saint-Siège, et la question nationale italienne qui agite alors la péninsule ne laisse pas la France indifférente. De l’autre côté des Alpes, Alphonse de Lamartine, attentif depuis toujours à tout ce qui touche l’Italie et la religion, acteur de la révolution de 1848, comprend aussitôt l’importance des événements italiens pour l’équilibre européen. Il prend position contre le néo-guelfisme et jouera, pendant deux ans, un rôle déterminant dans les relations franco-italiennes.

Après avoir présenté la situation de l’Italie de 1846 à 1848 à travers le prisme de Pie IX, du mythe du « pape libéral » à celui de « pape traître », nous analysons les positions respectives de Lamartine et de la diplomatie française sur les affaires d’Italie. Correction d'erreurs. Théorie de com_(Gabor) Genius Daremberg. Les premiers témoignages relatifs au culte du Genius dans la religion romaine ne remontent pas au delà de la seconde guerre Punique ; et il n'en est point où l'on ne sente l'influence des idées helléniques sur le Daemon et bientôt celle des doctrines stoïciennes.

Il n'en est pas moins incontestable que le genius a fait partie avec les Lares, les Pénates et les Mânes des plus anciennes divinités du Latium. Souvent confondu avec ces esprits d'essence latine et romaine, il semble désigner un genre dont ils sont les espèces, la notion générale dont ils détaillent les aspects divers. Etymologiquement, les anciens ont rattaché le nom de genius à gens, geno ou gigno quelquefois, par une erreur de linguistique qui n'est pas sans intérêt pour l'explication du rôle de genius, à gero. Il est la force qui engendre au point de départ et qui conserve dans leur individualité propre jusqu'à leur destruction et l'être de l'homme et les êtres de raison que l'homme s'est forgés à sa propre image.

Bambina alla_ventura. Operette morali. Ordre et religion. La tijera censora no dio abasto durante la dictadura. Y el cine, con sus fotogramas insinuantes o provocadores, fue un gran generador de quebraderos, siendo además el principal entretenimiento que tenía la sociedad tras la Guerra Civil. Los censores se cuidaban mucho de que en las películas que se exhibían en España hubiese influencias negativas con materias como la religión, la política, el ejército, la prostitución, el divorcio o el adulterio.

El sexo llegó a convertirse en una verdadera obsesión y fue perseguido con todas las armas al alcance de los censores. Dibujantes y empresarios tenían que hacer malabares para que los carteles se asemejasen lo más posible a la realidad americana, inglesa o francesa. No siempre con mucho acierto. Bienvenido Llopis ha analizado en La censura franquista en el cartel de cine (Notorius ediciones) los 40 años de censura en España. Se subían los escotes, se tapaban las piernas y se evitaban camas.

S. montiel nature et retouchée. eVa and the_register. Ghost metal. Problèmes fantômes. Mystère / sacrifice (maçons) Le Sacrifice à la Lumière dès 5ème à 12ème degré du REAA Nous avons étudiés le sens du sacrifice et l’idée que nous nous en faisons en s’appuyant sur le REAA à la lumière des mythes du 5 au 12ème grade. Le sacrifice Deux sens Faire le sacré Offrir quelque chose qui vous manquera Se séparer du précieux pour honorer ce qui vous dépasse Le blé et l’agneau dans la bible Le sacrifice d’Abraham qui offre son fils Le doge jetant dans la mer un anneau d’or Les offrandes dans tous les temples de toutes les religions de la terre Faire le sacrifice du coupable aux mânes du mort Faire le sacrifice de sa liberté pour remplir un devoir Faire le sacrifice de l’obéissance pour progresser en risquant de se faire éliminer Au 4 le secret, l’auto détermination du devoir et son accomplissement jusqu’au sacrifice…de soi ?

Mais peut-être aussi le sacrifice est-il celui de notre temps que nous consacrons à la recherche spirituelle du sacré. Mais pourquoi sacrifie t’on ? A toi R\ (N\) Pourquoi sacrifie-t-on ? Fraternel théologue. Le Saint-Père défend dans son message de début d'année 2014 ce vieux concept, pour lui indispensable à la survie de l'humanité. Fraternité. Le mot est usé, mais le Pape y croit. Il croit que la «fraternité» est non seulement possible, mais qu'elle est plus que jamais nécessaire pour sortir l'humanité de l'ornière de la haine. Il propose donc un toilettage complet du concept de fraternité et utilise son «message» pour la célébration de la Journée mondiale pour la paix, le 1er janvier prochain - publié en décembre par tous les papes récents - pour expliquer comment le renouveau de la «fraternité humaine» peut, à ses yeux, changer le cours du monde.

«Sans voir et traiter toute personne comme une vraie sœur et un vrai frère, affirme François, il est impossible de construire une société juste et une paix solide et durable.» Cette finalité bute toutefois sur de «graves lésions des droits humains fondamentaux», notamment «le droit à la vie» et «le droit à la liberté de religion». Servir la divinité. Antiquité Dans les civilisations antiques, plaisir sexuel et sentiment religieux vont souvent de pair : les textes anciens évoquent les hiéroglyphes, des femmes aux mœurs libres œuvrant dans les temples. Une tradition condamnée par la Bible hébraïque. Quelle ne fut pas la surprise des Anglais, au XVIIIe siècle, lorsqu'ils découvrirent l'existence, dans les temples hindous de l'Inde, d'une prostitution à caractère sacré : les servantes des dieux (dévadâsî) appartenaient à un époux divin qu'elles étaient tenues de divertir par leurs talents artistiques (chants, danses) et, pour que la jouissance soit parfaite, de combler charnellement.

Mais leur divin mari étant par nature absent, c'était à ses invités qu'elles devaient offrir un avant-goût des plaisirs qui les attendaient dans l'au-delà, après la mort. Cette pratique perdura jusqu'à la fin du XIXe siècle. C'est ainsi qu'Hérodote, au Ve siècle avant notre ère, évoque dans son Enquête (I, 199), « la plus honteuse coutume des Babyloniens. Folk nomie. Le terme de folksonomie est apparu récemment sur le web pour désigner le phénomène d’indexation des documents numériques par l’usager. On rencontre également fréquemment le mot tag qui désigne en quelque sorte un mot-clé. Le terme de folknologie est aussi employé, mais plus rarement. L’usage du mot folksonomie semble donc plus opportun. L’architecte de l’information Thomas Vander Wal a forgé ce terme en combinant la taxinomie (règles de classification, taxonomy en anglais) et les usagers (folk).

Ce phénomène ne cesse de prendre de l’ampleur avec l’avènement des nouvelles technologies du web, dites « web 2.0 », qui donnent plus de possibilités d’expression à l’internaute. Les articles et les blogs sur le sujet ne cessent de croître mais l’essentiel de ce mouvement s’exprime en langue anglaise. Le phénomène est-il durable ou n’est-ce qu’un effet de mode ? Caractéristiques L’ouverture d’esprit caractérise la folksonomie, comme le web 2.0. Deux types de folksonomies Qu’est-ce qu’un tag ?

Folksonomie et web 2.0.