background preloader

+ ° analyse du processus de croyance

Facebook Twitter

Rites de purification

Mythes du miroir. Dans le fantastique. + ° voir l'omega minus de gell-mann au caltech. Apollo und Hyacinthus. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Distribution[modifier | modifier le code] Argument[modifier | modifier le code] Acte I[modifier | modifier le code] L’intermède commence par un bref récitatif. Oebalus et son fils, Hyacinthe, sont en train de préparer une offrande au dieu Apollon.

Zéphyr, qui n’aime pas Apollon, prétend que les sacrifices devraient être aussi faits à d’autres dieux. Acte II[modifier | modifier le code] Oebalus et Mélia expriment leur bonheur devant leur bonne fortune. « Notre maison sera celle des dieux », dit Oebalus. Acte III[modifier | modifier le code] Oebalus trouve son fils encore en vie, « sur les rives de l’Eurotas ». Liens externes[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code] ↑ Le titre allemand Apollo und Hyacinthus lui sera substitué après 1799.

Bastien und Bastienne. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pièce d’inspiration populaire alternant chants et passages parlés, cette pastorale relate les amours tumultueuses d'une bergère, Bastienne, d'un berger, Bastien, entremêlées des fourberies du devin du village, Colas. Création[modifier | modifier le code] Séduit par la charmante histoire d’amour de l’intermède Le Devin du village de Jean-Jacques Rousseau (dont il venait de voir une représentation au Burgtheater de Vienne), Mozart l’adapta pour l’opéra et composa Bastien und Bastienne comme une pièce bucolique dans le goût champêtre de l’époque, en réponse à une commande du docteur Franz Anton Mesmer, grand amateur de musique et riche mécène, qui la destine à son théâtre privé. Bastien und Bastienne y sera effectivement créé le 1er octobre 1768. Genèse[modifier | modifier le code] Cette popularité lui valut de donner lieu à plusieurs variantes.

C’est cette version qui fut programmée au Burgtheater de Vienne en 1755. Castalie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Castalie ou Castalia (en grec Κασταλία) est, dans la mythologie grecque, une naïade crénée, fille du dieu-fleuve Achéloos. Poursuivie par le dieu Apollon, elle préféra se jeter dans une fontaine que de céder à ses avances[1]. La fontaine de Castalie se trouve à Delphes, au pied du Mont Parnasse. Castalie était capable de donner l'inspiration poétique à celui qui buvait de ses eaux ou écoutait son murmure tranquille.

L'eau sacrée servait aussi à la purification rituelle des temples de Delphes. Apollon consacra la fontaine de Castalie aux Muses (Castaliae Musae). L'écrivain allemand Hermann Hesse s'est inspiré du nom de Castalie pour désigner la province pédagogique fictive qu'il décrit dans son Opus magnum de 1943, Le Jeu des perles de verre. Notes et références[modifier | modifier le code] Voir aussi[modifier | modifier le code] Fontaine de Castalie Lien externe[modifier | modifier le code] Cazotte : Olivier : Aventure du Pèlerin (commentaire) Le sommaire ACCÉDER à ce doc I) Un texte captivant A. Une intrigue bien mise en placeB. Un rythme envoûtantC. Négligence du cadre spatio-temporel II) Un texte moralisateur A. Conclusion Résumé du document Cet extrait d'Aventure du Pèlerin est particulièrement captivant tout d'abord de par l'intrigue mise en place par Cazotte dès les premières lignes de ce passage, par le rythme envoûtant déterminé par l'auteur mais aussi par le cadre que ce dernier a décidé, d'une certaine façon, de négliger.

C'est avant tout le suspens intégré qui accroche le lecteur, en effet ce dernier se retrouve quelque peu assujetti à adopter une attitude expectative dans les premières lignes du texte. Extraits [ . . . ] [ . . . ] [...] Guerre des Bouffons. Sept mois après la publication de la Lettre sur Omphale de Grimm, en février 1752 —dernier sursaut littéraire dela Querelle des Lullistes et des Ramistes, l'installation de la Troupe des Italiens à Paris est prétexte à une violente polémique, cette fois entre les partisans de la musique italienne et de la musique française. Le 1er août 1752, la troupe italienne des Bouffons donne son premier spectacle : la Serva padrona (la Servante maîtresse) de Giovanni Battista Pergolesi (1710-2206). Cet opéra a été joué à Paris 6 ans auparavant sans avoir particulièrement marqué les esprits.

Mais quelques mois avant la reprise de 1752, Rousseau a fortement vanté cette pièce dans un pamphlet (quelques mois après, il en fait imprimer le texte intègre). Premier de 12 spectacles que les Italiens donneront à Paris, la Serva Padrona est devenue une œuvre presque mythique, sans pourtant être exemplaire. Et encore (p. 3): le 21 février c'est Diderot qui publie Le Petit Prophète ( Bibliographie historique. Herman Hesse.

La finta semplice. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La finta semplice, K. 51 (46a) (La Fausse Ingénue) est un opéra-bouffe en trois actes composé en 1769 par Wolfgang Amadeus Mozart, sur un livret en italien de Marto Coltellini adapté de Carlo Goldoni). La création eut lieu au Palais de l'Archevêque de Salzbourg le 1er mai 1769. Mozart écrivit la musique en suivant les codes de la comédie utilisés par Philippe Néricault Destouches dans La Fausse Agnès ou Le Poète campagnard (1734). Distribution[modifier | modifier le code] Argument[modifier | modifier le code] Acte I[modifier | modifier le code] Fracasso et Simone sont allés rendre visite à deux frères bien nantis mais excentriques, Don Cassandro et Don Polidoro, dans leur maison.

Acte II[modifier | modifier le code] Simone et Ninetta attendent pendant que les autres dînent. Acte III[modifier | modifier le code] Il ne faut pas longtemps pour que tout soit réglé dans cet acte, le plus court de l’opéra. Numéros musicaux[modifier | modifier le code] Le Devin du village. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’œuvre[modifier | modifier le code] Le Devin du village est le premier opéra dont les paroles et la musique soient du même auteur[1]. Cette œuvre illustre également les nombreuses contradictions qui parsèment la vie et l’œuvre intellectuelle d’un homme qui écrira, peu de temps après, dans sa Lettre sur la musique française, qu’« il n’y a ni mesure ni mélodie dans la musique française, parce que la langue n’en est pas susceptible ; que le chant français n’est qu’un aboiement continuel, insupportable à toute oreille non prévenue ; que l’harmonie en est brute, sans expression et sentant uniquement son remplissage d’écolier ; que les airs français se sont point des airs ; que le récitatif français n’est point du récitatif.

D’où je conclus, que les Français n’ont point de musique et n’en peuvent avoir ; ou que si jamais ils en ont une, ce sera tant pis pour eux ». Personnages[modifier | modifier le code] Résumé[modifier | modifier le code] Le Diable amoureux de Jacques Cazotte. Mémoire sur la découverte du magnétisme animal. Par M. MESMER, Docteur en Médecine de la Faculté de Vienne. Et se trouve Chez P. Fr Didot le jeune, Libraire imprimeur de MONSIEUR, quai des Augustins.

La découverte si long-temps désirée, d’un principe agissant sur les nerfs, doit intéresser tous les hommes ; elle a le double objet d’ajouter à leurs connoissances & de les rendres plus heureux, en leur offrant un moyen de guérir des maladies qui jusqu’à présent ont été traitées avec peu de succès. L’avantage & la singularité de ce systême déterminèrent ; il y a quelques années, l’empressement du Public à saisir avidement les premières espérances que j’en donnai ; c’est en les dénaturant, que l’envie, la présomption & l’incrédulité sont parvenues en peu de temps à les placer au rang des illusions, & à les faires tomber dans l’oubli. Je me suis vraiment efforcé de les faire revivre par la multiplicité des faits ; les préjugés ont prévalu, & la vérité a été sacrifiée. L’Homme est naturellement Observateur. ROULET TEXT. TRAITÉS FRANÇAIS SUR LA MUSIQUE School of Music Indiana University Bloomington, IN 47405 (phone: [812] 855-6889; Internet: pslemon@indiana.edu) Data entry: Peter Slemon with OCR Checked by: Rika Asai Approved by: Peter Slemon Fn and Ft: ROULET TEXT Author: Rousseau, Jean-Jacques Title: Lettre sur la musique française Source: Oeuvres complètes de J.

J. Rousseau, mises dans un nouvel ordre, avec des notes historiques et des éclaircissements, 26 vols., ed. V. D. Musset-Pathay (Paris: P. La querelle excitée l'année dernière à l'Opéra n'ayant abouti qu'à des injures, dites, d'un côté, avec beaucoup d'esprit, et de l'autre avec beaucoup d'animosité, je n'y voulus prendre aucune part; car cette espèce de guerre ne me convenait en aucun sens, et je sentais bien que ce n'était pas le temps de ne dire que des raisons. Sunt verba et voces, praetereaque nihil. Vous souvenez-vous, monsieur, de l'histoire de cet enfant de Silésie dont parle Monsieur de Fontenelle, et qui était né avec une dent d'or? The 8 Circuit Model. The_suns_love. Tree of Life. Werke - Hermann Hesse - Künstler - Galerie Ludorff.