background preloader

Consequences

Facebook Twitter

Réchauffement climatique et écosystèmes. Le réchauffement climatique provoquera des modifications des écosystèmes, et aura des conséquences sur la survie des espèces animales et végétales de la planète. Les espèces animales et végétales se sont adaptées à leur climat local ; certaines espèces peuvent supporter des petites variations de température, mais encaisser un changement climatique global, brutal et durable est beaucoup plus improbable. Si l'habitat favorable à l'épanouissement d'une espèce évolue doucement, l'espèce aura la faculté de s'adapter.

En revanche, le déplacement trop brusque d'une "aire favorable" à une espèce ne lui laisse pas le temps de migrer et de se reproduire. Un changement climatique déstabilise forcément l'équilibre d'un écosystème. La biodiversité peut s'appauvrir, voire disparaître dans le pire des cas. Extinction d’espèces animales et végétales. L’extinction est la disparition totale d’une espèce animale ou végétale, qui survient lorsque le dernier spécimen de l'espèce disparaît.

Extinction d’espèces animales et végétales

L’extinction est d’ores et déjà confirmée lorsque l’espèce n’a plus la possibilité de se reproduire. Le rythme de disparition des espèces est aujourd’hui et pour les prochaines décennies 1 000 fois supérieur par rapport au rythme naturel. Cette accélération est due principalement à la pollution et la destruction des habitats naturels ; le réchauffement climatique, l’introduction d’espèces exogènes, la surpêche et la surchasse. Le commerce de produits illicites à base de plantes rares ou de peaux est également responsable de l’extinction des espèces. Selon la dernière liste rouge de l’IUCN en 2008, 12% des espèces d’oiseaux, 23% des mammifères, 32% des amphibiens, 42% des tortues sont menacés d'extinction : 16 928 espèces au total sont menacées sur 44 838 espèces recensées.

Fonte des glaciers et de la banquise. La réduction de la superficie des glaciers, la fonte de la calotte glaciaire, le recul de la banquise et la disparition des icebergs est la conséquence la plus visible du réchauffement climatique.

Fonte des glaciers et de la banquise

Le volume de glace perdu depuis 1992 a été en moyenne de 83 milliards de tonnes par an. La hausse des températures, qui oscillera entre 1°C et 5°C à l'horizon 2050 selon les prévisions du GIEC, n'est pas répartie uniformément sur toute la planète. En Sibérie notamment, l'augmentation des températures a déjà atteint 3°C depuis 1950. Une prise de vue réalisée en 2006 par l'Agence Spatiale Européenne montre que le Nord de la Sibérie est libéré des glaces sur une surface qui représente deux fois la superficie de la France.

La banquise arctique a atteint des records de fonte des glaces selon le Centre National de Données sur la neige et la glace (NSIDC) : elle a fondu de 49 % en 2012, soit 3,3 millions de kilomètres carrés. Rappel : Conséquences du réchauffement climatique et développement durable. Le réchauffement climatique a de multiples conséquences environnementales, sanitaires et économiques : Les modélisations du Groupe d'experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat (GIEC) sur les conséquences du réchauffement climatique rencontrent un consensus scientifique, avec des prévisions qui s'aggravent au fil du temps (courant 20ème et 21ème siècle).

Conséquences du réchauffement climatique et développement durable

Le 21ème siècle compte 13 des 14 années les plus chaudes jamais observées depuis les premiers relevés météorologiques en 1850. Les perspectives d'augmentation des températures varient entre 0,3°C et 4,8°C d'ici la fin du siècle, l'augmentation n'étant pas répartie uniformément sur la planète : au Pôle Nord, les températures moyennes des dix dernières années ont augmenté 2 fois plus vite qu’au niveau mondial. Les Nations Unies estiment que 9 catastrophes sur 10 sont maintenant liées au climat et au cours des 20 prochaines années elles ne feront que croître en nombre et intensité.