background preloader

Content - Valeurs

Facebook Twitter

Marketing, stratégique, strategie, mise en marché, entrepreneur, entrepreneuriat. « La stratégie est un ensemble d’actions coordonnée s, de manœuvres en vue d’une victoire » -Le Petit Robert La victoire dans le monde des affaires peut prendre plusieurs formes. Vivre de son entreprise est une victoire en soi, mais les entrepreneurs ont souvent des objectifs plus ambitieux. La « victoire » en affaires c’est d’être le leader sur son marché, c’est de réaliser suffisamment de profit pour plaire aux actionnaires ou d’avoir une croissance soutenue. C’est aussi d’occuper une position que l’on peut défendre efficacement contre la concurrence et posséder un arsenal de réserve, des produits innovants en développement, qui prendront d’assaut le marché sous peu. La stratégie marketing est un aspect central d’une bonne stratégie d’affaires. Avant d’entamer la lutte, votre connaissance de la cible et du « champ de bataille » doit être telle que votre positionnement sur le terrain sera supérieur pour permettre une victoire sans combattre.

En ce sens, l’exemple de l’iPad est frappant. Four Types of Co-Creation. Source: Five_Guiding_Principles of Co-Creation) 4 types of co-creation Club of experts. The ‘‘Club of Experts” style of co-creation is best suitable for very specific, time-pressured challenges that demand expertise and breakthrough ideas. Contributors meet certain specific participation criteria and are generally found through an active selection process. Quality of input and chemistry between participants are key to success. ‘No-box’ thinkers are the ones you want to have in any project. Example: Nokia organises ‘lead user’ and ‘expert’ co-creation sessions to develop visionary new products and services.

Crowd of People Also known as “Crowdsourcing”, this form is all about the Rule of Big Numbers: anyone can join. Crowdsourcing ‘unleashes the power of the masses’, but often takes longer - and you’re not sure that the best people will (want to) contribute. Nokia: Frontrunner when it comes to using lead users, experts and beta testers Coalition of Parties Community of kindred spirits. La conso sans consumérisme : 365 jours sans rien acheter ! La coopération en 28 mots clés by Philippe Drouillon on Prezi. Et si vous developpiez vos projets autour d’un Commun ? | Eccone.

Le 18 novembre, à Lille, s’est déroulée la journée phare des Roumics 2014 sur le sujet des biens communs autour de conférences, ateliers et divers temps d’échanges. 4 questions ont dirigé la rédaction de cet article pour y apporter des réponses : Bien commun ou Commun ou Commun libre, de quoi parlons-nous réellement ? Pourquoi les personnes contribuent à un Commun ? Des idées de modèles économiques et financiers pour supporter le développement d’un Commun et ses contributeurs ?

Comment commencer son projet comme un bien commun ? Co-fondateur et contributeur sur Eccone, il m’était impossible de passer à côté des Roumics et vous faire un compte rendu. La conférence du matin s’est déroulée avec la présence de Bernard Stiegler, Michel Briand et Michel Bauwens, trois personnalités contribuant par leurs actions et engagement au développement de Communs. Si vous cherchez un compte rendu exhaustif de cette journée et plus particulièrement la conférence du matin, veuillez prendre le chemin du pad.

Against Sharing. Kazi drives a Toyota Prius for Uber in Los Angeles. He hates it. He barely makes minimum wage, and his back hurts after long shifts. But every time a passenger asks what it’s like working for Uber, he lies: “It’s like owning my own business; I love it.” Kazi lies because his job depends on it. Gabriele Lopez, an LA Uber driver, also lies. In fact, if you ask Uber drivers off the clock what they think of the company, it often gets ugly fast. In LA, San Francisco, Seattle, and New York, tension between drivers and management has bubbled over in recent months. Uber drivers in LA, the largest ride-sharing market in the country, held dozens of protests over the summer to oppose rate cuts.

“We want the company to understand that we are not just ants,” Joseph DeWolf, a member of CADA’s leadership council, told me at the Teamsters Union hall in El Monte, California. It won’t be easy. From the very beginning, Uber attracted drivers with a bait-and-switch. L'illéctronisme, un effet secondaire de la modernité ? Frédéric BARDEAU - WikiStage YESS. Why do I share my ideas. So, I am about to publish Brilliant Idea #100, but why do I share my ideas?. What do I hope to achieve by sharing my ideas? Why would I publish any more ideas? Here are 5 reasons why I (and you) should share your ideas. 1. All things are difficult before they become easy (Thomas Fuller). Sharing ideas is difficult. 2. 3. 4. 5. I know I said 5 reasons, but there is a 6th, and that’s that ideas are fun and energising.

Nikola Tesla: Great Minds from SciShow. The Power of Introverts, Animated. Catalis, cet incubateur qui veut donner un coup de pouce à l'innovation sociale. Après deux années de réflexion, et s’engouffrant dans la brèche ouverte par la Loi Hamon sur l’Economie Sociale et Solidaire ainsi que les fonds européens spécifiques, la région Midi-Pyrénées, forte de longues années d’intervention dans ce domaine a lancé le 13 mai dernier un incubateur dédié à l’innovation sociale, dont elle souhaite faire un axe fort de sa politique de développement économique. Encore faut-il s’entendre sur la définition d’une notion particulièrement floue. Celle retenue dans la cadre de la Loi Hamon s’applique: «L’innovation sociale consiste à élaborer des réponses nouvelles à des besoins sociaux nouveaux ou mal satisfaits dans les conditions actuelles du marché et des politiques sociales, en impliquant la participation et la coopération des acteurs concernés, notamment des utilisateurs et des usagers» Une initiative régionale dotée au démarrage d’un budget de 80 K€ dont ¼ à destination des porteurs de projets. ariège actualités et économie.

ICDD - Accueil. Rajagopal P.V. "En 2020, un million de personnes en marche" S'il te plaît, dessine-moi un business model. Que vous soyez une startup ou une entreprise établie, vous vous êtes sûrement déjà posé la question de votre business model. Est-il vraiment performant ? Durable ? Fragile ? Vous voudriez bien l’analyser, le tester et le comparer, mais ne savez pas comment faire. Le livre Business Model Generation , le best seller d’Alexandre Osterwalder et Yves Pigneur , représente une bonne base pour débuter.

Ce n’est pas la seule méthode ni la plus élaborée, mais elle permet de se familiariser avec les principaux concepts et de s’amuser rapidement. Qu’est-ce qu’un business model et pourquoi cela devrait vous intéresser ? Steve Blank, auteur et professeur, le définit ainsi : “Un business model décrit la manière dont votre organisation crée, délivre et recueille la valeur. Quelles sont les composantes d’un business model ? On représente ainsi les 9 composantes de la “matrice” (canvas) du business model : businessmodelgeneration.com / adaptation 15marches Dessinez votre business model 4/La relation-client.

‘Our job is not just to feed people, but to make them feel there is hope’ I run a food bank, in the Vale of Glamorgan, in Wales. Christmas is our busiest time – people in financial crisis struggle even more at this time, and every time we open, we hear heartbreaking stories, real despair. People on zero-hour contracts, who have to choose between bills and food. There’s talk of an economic recovery, but I don’t think the poorest people in the community are seeing that. Last Saturday, I delivered a parcel to someone who hadn’t eaten anything other than three pieces of bread in three days. I got involved in 2007. I was in a local supermarket just before Christmas, when my husband raced past me going in the other direction up the aisle.

When we met back at home that evening, he told me he had been shopping for a young man he was working with – he’s a social worker – who wasn’t going to have anything for Christmas. So I started the Big Wrap with my church, providing presents for children from newborns to 19-year-olds. For me, it’s been life-changing. L'économie circulaire expliquée en 1'30 et en animation. La pédagogie de la Coopération. En 2006, Isabelle Peloux, professeure des écoles, fonde une école différente, au coeur du centre agroécologique des Amanins, dans la Drôme. Elle y développe une pédagogie fondée sur un apprentissage actif, sur la coopération entre les élèves ainsi que sur un enseignement d'éducation à la paix avec soi-même et avec les autres. Elle expose son expérience de terrain, complétée d'exemples concrets. Isabelle Peloux G. Méric © Radio France avec Isabelle Peloux, Professeur des écoles dans la Drôme, qui propose une réflexion sur cette Pédagogie de la Coopération à partir de son livre L'école du colibri (Actes Sud - Collection "Domaine du possible" 8 oct. 2014). - Céline Alvarez, quant à elle, a dirigé pendant 3 ans une expérimentation pédagogique au sein de l'Education Nationale en classe maternelle dans une école publique ZEP de Gennevilliers (92). - et Stéphanie Fontdecaba est enseignante en classe maternelle-CP à Paziols dans l'Aude.

Céline Alvarez et Isabelle Peloux G. From the Knowledge Economy to the Human Economy. Over the course of the 20th century, the mature economies of the world evolved from being industrial economies to knowledge economies. Now we are at another watershed moment, transitioning to human economies—and the shift has profound implications for management. What do I mean by the human economy? Economies get labeled according to the work people predominately do in them. The industrial economy replaced the agrarian economy when people left farms for factories; then the knowledge economy pulled them from factories to office buildings. When that happened, the way workers added value changed, too.

Instead of leveraging their brawn, companies capitalized on their brains. No longer hired hands, they were hired heads. In the human economy, the most valuable workers will be hired hearts. As an example of a company successfully offering humanity, consider this story. A company, for instance, may launch a well-intentioned initiative to flatten its hierarchy. Direct results always come first. À Lille, les parents se penchent sur le berceau de la première crèche coopérative - Lille et ses environs. Après 18 mois de gestation, une crèche d’un genre nouveau ouvre en février aux portes d’Euratechnologies. Une structure coopérative, associant parents et personnels à son projet, de la conception à la mise en œuvre. « On arrive au moment où on a envie de construire ensemble. » Jeudi soir, maison de quartier des Bois-Blancs.

Des parents, des habitants, des associatifs écoutent Sabine Lavoipierre présenter le fruit d’un an et demi de travail : un multi-accueil (crèche + halte-garderie) de 24 places, réparties entre habitants et salariés d’Euratechnologies. « Ce n’est pas évident de créer le lien avec Euratechnologies, souvent les gens se croisent mais ne se mélangent pas », constate Sabine Lavoipierre, gérante pour trois ans de la structure. Et quel meilleur vecteur de brassage que les enfants ? Mais le projet, frappé au coin de l’économie sociale et solidaire, ne fait pas que prôner la mise en commun. Il se l’applique à lui-même. Pourquoi le logiciel libre est plus important que jamais, par Richard Stallman. Richard Stallman a publié un article important dans le magazine Wired à l’occasion des 30 ans du projet GNU. Article que nous avons traduit collaborativement avec la relecture attentive du groupe de travail « trad-gnu » de l’April et l’accord final de Richard himself.

Pour l’anecdote Stallman commence désormais toujours ses emails ainsi : « À l’attention des agents de la NSA ou du FBI qui liraient ce courriel : veuillez envisager l’idée que la défense de la constitution des États-Unis contre tous ses ennemis, étrangers ou nationaux, nécessite que vous suiviez l’exemple de Snowden. » (cf ce tweet) Pourquoi le logiciel libre est plus important que jamais Why Free Software Is More Important Now Than Ever Before Richard Stallman - 28 septembre 2013 - Wired (Opinion)(Traduction Framalang : Asta, ckiw, Penguin, Amine Brikci-N, lgodard, Feadurn, Thérèse, aKa, Paul, Scailyna, Armos, genma, Figue + anonymes)Licence : CC By-Nd - Version de la traduction : 5 octobre 2013. 2014 Startup School. Perler Francais un avantage à l'avenir.

Les-sept-habitudes-des-gens-qui-reussissent_1620050.html#qOHcGIiXkLFO7JKv. Certains principes de vie nourrissent le succès, selon Stephen R.Covey, ex conseiller du président Clinton, auteur de "Les sept habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu'ils entreprennent" (1). Nicolas Dugay, préparateur mental et directeur associé du cabinet CAA en propose une déclinaison (parmi d'autres) en sept conseils pratiques. Attention, c'est de leur application conjointe et répétée que viendront les résultats bénéfiques. Habitude n°1: proposer une idée neuve par jour Soyez proactif plutôt que d'être seulement réactif à l'environnement.

Il s'agit de dépasser vos préoccupations autocentrées et de vous focaliser sur votre entourage, vos "cercles d'influence", ce sur quoi vous avez prise. Allez systématiquement au-delà des missions stricto sensu de votre poste en proposant une idée neuve par jour ou par semaine, à vos clients, à votre équipe, à vos pairs... C'est ainsi que fonctionne Xavier Niel, qui a souvent un coup d'avance sur le marché.

Habitude n°2: penser à rebours. Co-création, co-innovation, co-management... Et si la relance de notre économie reposait sur les start-up ? Mouvement des pigeons en réaction aux mesures du gouvernement, rapport Gallois pour relancer la compétitivité et l'emploi, apport du crédit impôt recherche de 20 milliards, questionnement sur la robotisation des entreprises françaises, constat de la difficulté à conserver nos brevets... Chaque jour apporte son lot de constats, d'interrogations, de mesures, d'analyses et de commentaires pour relancer l'économie. Pour ma part, il est un autre mouvement qui doit être initié par les grandes entreprises traditionnelles, elles mêmes devant savoir tirer les leçons d'agilité reçues des « pure players » du web qui ont fondé une partie de leur développement sur l'apport d'acteurs externes à leur entreprise : les start-up.

Tout se passe aujourd'hui comme si ces « pure players » du web avaient le monopole de l'innovation ; question de culture, question de taille, question de rythme aussi. La performance est de plus en plus liée à l'agilité et à l'image de l'entreprise. The dangerous American myth of corporate spirituality. Recently, Microsoft CEO Satya Nadella gave some shocking advice to a young businesswoman who was concerned that her male peers were passing her up for promotions: Don’t question the systemic sexism of corporate America, just trust in “good karma” to get you ahead. While his attitude made waves in the blogosphere, in fact it accurately represents a form of spirituality that is becoming popular in the West.

You know what I’m talking about. When I go to yoga, I’m often surrounded by wealthy white women who can afford expensive classes and Lululemon threads. When I scroll through my Facebook feed, I see exclamations of bourgeois spirituality (“Staying at the Waldorf tonight! #gratitude #blessed #100happydays #livelife”). Moreover, my actor friends seem to use karma and positivity as tools to help them achieve commercial success. We might call this a belief in spiritual meritocracy. It’s times like these when I am reminded of Slavoj Zizek’s summary dismissal of “Western Buddhism.” Sortir de notre zone de confort et voir nos ailes se déployer! Steve Jobs' Vision of the World. Qu'est-ce que l'entrepreneuriat social ? Agé 9 ans, ce garçon espagnol devient le plus jeune lauréat du Wildlife Photographer of the Year. Soeur emmanuelle yalla. Wildpoldsried, la petite ville allemande qui produit un surplus d'énergie de 500 %