background preloader

Allégorie

Facebook Twitter

C'est Vasari qui a donné à ce tableau son titre, le Printemps, vers 1550, mais son thème est aussi la ville de Florence.

On y trouve six figures féminines encadrées par deux hommes. De droite à gauche, on peut voir Zéphyr, Dieu du vent, qui souffle une brise humide et chaude sur une nymphe de la terre, troublée, en robe blanche avec des fleurs qui lui sortent de la bouche (il s'agit d'une poursuite amoureuse, une jeune fille séduisante, à demi dévêtue, fuyant devant un Dieu). Cette nymphe, qui est aussi Flore dans sa jeunesse, dont on dit qu'elle changeait en fleurs tout ce qu'elle touchait, frôle le personnage suivant qui est, selon les interprétations, la déesse du Printemps, Flore ou Florence en majesté [car ce tableau est aussi une apologie de la ville de Florence], ou encore la Vierge Marie, avec son auréole de fleurs. Elle seule marche en direction du spectateur (peut-être ouvre-t-elle la voie à Vénus qui la suit). L'eau 1595. Allegorie de l astronomie. Allegorie de la justice. Desubleo Allégorie de la musique.

Justice et paix. L'histoire 1892.