background preloader

Coworking

Facebook Twitter

Comment les espaces de coworking deviennent des laboratoires d’innovation pour grandes entreprises. Cette semaine, Microsoft aurait laissé filtrer l’information selon laquelle l’éditeur informatique s’apprêtait à ouvrir un espace de coworking dédié aux startups, en Région parisienne. A Londres, Google soutient le Google Coworking Campus, un immeuble de plusieurs étages comprenant une salle d’événement, une cantine et, surtout, plusieurs étages de coworking. Sur ces plateaux de bureaux ouverts, plusieurs dizaines d’individus s’affairent sur des projets différents dont le point commun est, le plus souvent, d’être lié au web. Espace de coworking, laboratoire d’un format nouveau L’intérêt des grandes entreprises pour le modèle du coworking grandit. L’attention ne se limite d’ailleurs pas aux industries de l’informatique.

L‘assureur américain StateFarm, par exemple, a ouvert son propre espace de Coworking ouvert au public dans l’Illinois. A Londres, le groupe britannique de médias Pearson est partenaire de l’espace de coworking TechHub. Labo de l’édition, Paris L’exemple de PepsiCo. La Plage Digitale, espace de coworking. La Plage Digitale, pour faciliter et accélérer le développement de nouveaux projets innovants en encourageant les échanges entre ses occupants. « La Plage est un véritable lieu d’échange d’idées ouvert et collaboratif où les projets innovants et la créativité trouveront une application concrète.

Il permettra à tous ceux qui ont une idée innovante de trouver les personnes et les outils adéquats pour la réaliser. » Lieu de l'initiative Avec 28 communes et une population de 474 000 habitants, la Communauté urbaine de Strasbourg bénéficie d’une position géographique stratégique, siège d’institutions européennes majeures. Elle se positionne clairement comme une terre d’innovation et un laboratoire européen. Cette initiative a été publiée dans le tome 8 (2012) de Paroles d'élus (voir le pdf).

Faire rimer ruralité et modernité. Coworking, télécentres, bureaux partagés : trois facettes d’une même révolution. Coworking Apparus il y a dix ans aux États-Unis, les espaces de coworking sont incontestablement le lieu de travail le plus tendance du moment. Un espace de coworking est un espace de travail partagé où l’on partage plus que l’espace : idées, projets, clients, passions, loisirs, etc. En France, ils sont déjà une quarantaine et les plus connus sont La Cantine (Paris, Rennes, Toulouse, Nantes), Soleilles Cowork, Dojocrea, etc. (1).

Télécentre Mis sur le devant de la scène par la Datar en 2005, le télécentre est le pendant "étatique" de l’espace de coworking, mais l’idée est presque la même : offrir aux habitants d’une ville un espace pour travailler à distance de leur employeur et donc avec d’autres habitants qui n’appartiennent pas à la même entreprise. Porté en France par des associations (2), le concept est déjà un franc succès aux Pays-Bas avec le réseau des Smart Work Centers et est en plein développement en Belgique (3). Partage Déspatialisation Ouverture Communauté Durabilité. Télétravail: 3 outils essentiels - Génération INC.

On a souvent l’impression qu’on a tout dit à propos du télétravail. Après tout ce qui a été publié sur le sujet, tout le monde est maintenant bien au fait des bénéfices que procure ce style de travail : Tranquilité Accès à un environnement de travail calme et à l’abri des interruptions (vous en avez marre des discussions de corridor ou des appels téléphoniques de vos voisins de cubicule?) Adieu trafic Réduction du temps consacré aux déplacements pour se rendre au bureau (bye bye chantiers de construction et stress durant les tempêtes hivernales) Équilibre travail famille Conciliation des activités professionnelles et des responsabilités familiales (parlez-en à ceux et celles qui ont des enfants ou des parents malades à la maison) Flexibilité Poursuite du travail même en cas de catastrophe (par exemple, un déversement de matières toxiques qui causerait la fermeture de votre bureau pendant des heures) Je vous présente trois outils efficaces dont je ne pourrais plus me passer : Louis.

10 workcenters incontournables en France. Entre tiers-lieux et domicile, le télétravail se développe. The Loft @ 360° "Je coworke avec un télétravailleur dans un tiers-lieu" Si j'avais voulu inventer un titre incompréhensible au plus grand nombre, je ne m'y serais pas prise autrement. Pourtant, cette phrase résolument ridicule emploie trois mots fort en vogue sur les sites qui se piquent de repérer l'impact des TIC sur nos habitudes et organisations de travail. Coworking, télétravail, tiers-lieux : de quoi parle t-on ? Le coworking : désigne le fait de travailler avec d'autres dans un même bureau. A la limite, si vous travaillez dans un bureau partagé avec un ou des collègue(s), vous coworkez. Mots dérivés : coworker (verbe, à prononcer en bon français "quoworquer") et coworker (nom, à prononcer en bon français "quoworqueur").

Le télétravail : désigne le fait de travailler à distance des locaux de son employeur, généralement en utilisant un outil informatique connecté à Internet. Mots dérivés : télétravailler (verbe), télétravailleur (nom). Le coworking n'est pas le télétravail. Pas de termes dérivés. Lenteurs, retards... et vrais obstacles Sauf que. Sources : L’anniversaire des espaces de coworking. Le mouvement de coworking a pratiquement doublé en taille chaque année depuis 2006.

Mais combien cela coûte-t-il d'ouvrir un espace de coworking ? Où les fondateurs obtiennent-ils l’argent ? Combien de fondateurs sont nécessaires pour commencer un espace de coworking ? La deuxième partie de nos séries d’études mondiales sur le coworking commence dès le tout début : l'ouverture d'un espace de coworking.

Vous trouverez un guide de toutes les autres parties de cette étude à la fin de chaque article. La plupart des espaces coworking sont nés prématurément. La plupart des espaces de coworking sont nés en Septembre, Octobre et Janvier Des espaces de coworking ouvrent tous les jours, toute l'année. Trois parents sont souvent nécessaires pour faire grandir un espace de coworking En moyenne, 2,8 personnes sont impliquées en tant que fondateurs d'un espace de coworking. Un fait intéressant est que le nombre d'opérateurs d'un espace ne semble pas augmenter avec la croissance des effectifs.

Télétravail coworking - Résultats de recherche. Manifeste de la digital workplace. Aujourd’hui, comme tous les vendredi, toujours dans le cadre de nos petits détours par le monde anglo-saxon, mise en avant d’un manifesto sur la digital workplace sous la forme d’une infographie. Bien sûr cela renvoi au célèbre cluetrain Manifesto. Voyons les principaux points abordés. Avant tout une rapide définition de la digital workplace : La digital workplace est l’éco-système de plates-formes d’entreprise et des services qui permettent aux gens de travailler, collaborer, communiquer, développer des services et des produits afin de mieux servir les clients ou le public.

Elle est multi-dimensionnelle. Et enfin le manifeste : Le travail n’est plus un lieu. Bonnes pratiques pour réussir la création d’un télécentre. Un télécentre peut être un bon outil de développement, surtout à la campagne, à la condition de répondre à certains critères. Petit essai de « bonnes pratiques » fondé sur l’observation et sur la création du réseau des télécentres de l’Orne. Toutes les recettes pour monter vous-même votre projet de télécentre-espace de coworking. Depuis la création du télécentre de Boitron et le lancement du réseau ornais de télécentres, je reçois beaucoup d’appels et de visites d’élus locaux qui envisagent eux aussi la création de l’un de ces espaces de travail. Si en ville un opérateur privé peut dégager un modèle économique pour un « tiers-lieu », à la campagne la faible densité de population implique plutôt que l’opérateur soit une collectivité locale.

Les élus sont les mieux placés pour monter ces projets car ils sont les meilleurs connaisseurs (en général) de leur territoire. En revanche, ils devront veiller à respecter quelques principes pour atteindre le succès. Du très haut débit sinon rien. Télécentres : échec, réussite ou dimension expérimentale ? Le géographe Bruno Moriset vient de publier une nouvelle note de recherche intitulée Les télécentres dans les territoires ruraux français : Essai d’évaluation. Un essai qui met en évidence les conditions du succès du développement rural à l’aide de télécentres. La note de Bruno Moriset est un complément de son précédent article sur les télécentres et le développement rural.

Il fait cette fois-ci un point précis et sévère du développement des télécentres en France après les avoir à peu près tous joints par téléphone : 10 centres ne voient jamais de télétravailleurs6 centres sont fréquentés d’une manière sporadique, avec des périodes de vacance complète durant parfois plusieurs mois, surtout en hiver8 centres reçoivent entre un et cinq télétravailleurs réguliers ou permanents1 réseau de trois centres est fréquenté par 17 utilisateurs réguliers1 centre compte 14 utilisateurs réguliers.

Un constat qui permet de tirer quelques enseignements. Et si l’on pensait télétravail ? Alors que les nouvelles technologies gomment les obstacles techniques au télétravail, et qu’une nouvelle législation encadre sa mise en place, les entreprises commencent à se laisser séduire par cette pratique qui préfigure, selon les observateurs, les nouvelles formes de travail de demain. Explications. Si l’on s’en tient aux chiffres, la France affiche depuis plusieurs années un retard significatif en matière de télétravail au regard de ses voisins. En l’occurrence, près de 17 % de la population active de l’Hexagone télétravaille (au minimum une fois par semaine), contre 30 % en moyenne en Europe et dans les pays scandinaves ou anglo-saxons. Pour autant, si le télétravail peine encore à s’affirmer dans notre paysage professionnel, l’évolution est bel est bien en marche.

Anne-Claire Dubreuil lors duTour de France du télétravail à Toulouse La dynamique de la région Midi-Pyrénées Les facteurs qui favorisent le télétravail Le télétravail bouscule les organisations. La Drôme expérimente la transformation d'EPN en télécentres. En 2011, à la demande de la sous préfecture de Die et des collectivités locales partenaires, le Pôle Numérique, installé à Valence, dans la Drôme, a accepté de prendre en charge la création, la gestion et l’animation d’un réseau de télécentres sur 6 sites dans la vallée de la Drôme. L’équipe du Pôle a souhaité appuyer l’émergence du réseau sur les Espaces Publics Internet (EPI) existants sur ce territoire. Une piste d’évolution pour ces Espaces Publics Numériques en pleine « crise existentielle » ?

Les raisons de ce choix En premier lieu, il fut guidé par la nécessité d’animer et de gérer en présentiel les espaces aménagés pour accueillir les télétravailleurs. Cela pour répondre aux attentes pratiques des utilisateurs, recueillir et échanger sur leurs demandes moins formelles et enfin être un relais efficace et participatif à l’animation globale du réseau. Dés la création du réseau des EPI 26, la question de leur développement et des moyens pour y parvenir à moyen terme se posait.

La Cantine. Mutinerie, libres ensemble - espace de coworking à Paris 19. La Pyramide de Maslow appliquée au coworking. Exercice de transposition de la pyramide des besoins humains du psychologue Abraham Maslow au monde du coworking, ou la recherche d'un modèle d'épanouissement pour les travailleurs indépendants. Vous souvenez-vous de la bonne vieille pyramide de Maslow que l’on vous a sans doute enseignée à l’école ?

Vous savez, cette pyramide des besoins humains qui permet de les classer et de les hiérarchiser d’une manière dynamique … Si l’on en croit Maslow, les besoins situés à la base de la pyramide doivent être globalement satisfaits pour rendre possible la réalisation des besoins supérieurs. Je me suis amusé à appliquer cet outil d’analyse au coworking pour voir ce que cela pouvait donner. Appliquée au coworking, l’analyse de Maslow signifierait qu’il convient d’assurer les services de base dans un premier temps pour permettre aux coworkers de progresser vers les échelons plus élevés de la pyramide.

Le coworking à la Maslow, ça donne ça : Besoins de base • Un wifi performant • Une salle de réunion. Une typologie des besoins pour les espaces de coworking. Bilan 2012 – Paris, Mutinerie. 2012 est derrière nous, l’heure du bilan pour Mutinerie. L’ouverture nous semble déjà loin, elle ne date pourtant que du 12 mars 2012. Mais que ces neuf mois furent denses ! Depuis deux ans que nous travaillons sur Mutinerie. Au fil de nos pérégrinations, nous avions beaucoup écrit sur ce que nous pouvions attendre du coworking, sur les communautés qu’il permet de faire émerger, sur la culture que nous cherchons à établir, bref sur notre vision de la chose.

Il nous tardait d’entrer dans le vif du sujet, de pouvoir soumettre nos idées – ou celles que nous avions intégrées – à l’épreuve du réel. Ce début d’année offre une bonne occasion de partager quelques enseignements. Le coworking est social Le succès d’un espace de coworking dépend avant tout de sa capacité à faire naitre, à rassembler et à faire croitre une communauté. . « Qui m’aime me suive » est la « stratégie » simple, saine et efficace que nous adoptâmes naturellement. . - Se former mutuellement. Le Coworking est local. Les lieux de travail qui ont changé l'histoire. 1/ Le Monastère. Avant le coworking, l’histoire a connu d’autres expériences de lieux de vie et de travail partagés qui me font penser de près ou de plus loin à ce que nos communautés expérimentent à travers nos espaces. Ces lieux ont été capables de changer l’histoire durablement et de manière positive. Ils ont contribué à forger à catalyser et à diffuser des valeurs et des idées neuves.

Pourquoi et comment ces lieux se sont créés et ont pu prospérer ? Comment s’organisaient ils ? L’histoire ne se répète jamais à l’identique, mais elle peut tout de même nous éclairer sur les dynamiques et l’avenir des expériences contemporaines d’espaces de travail partagés. J’ai choisi d’étudier plus précisément quatre modèles différents qui feront chacun l’objet d’un billet: Monastères à l’époque féodaleAteliers d’Artistes au XIXème sièclePhalanstère et coopératives ouvrièresKibboutz Et oui, parmi les expériences du passé dont le coworking peut s’inspirer, le monastère tient une belle place. L’esprit de la Réforme. La Boate, petite fabrique d'innovation | A Marseille, un espace dédié aux projets innovants et au co-working. Son espace connecté de 200m2 se met aussi au service de vos projets et évènements.

Soleilles Cowork | Coworking Space Paris. Arsenic Paca. Yoann Duriaux. Hébergements « au Comptoir Numérique. Quel avenir pour les EPN ? (1/3) : les usages ont changé. A l’heure où les budgets des collectivités locales se contractent, la question de la pérennité des espaces publics numériques (financés pour 65 % des structures par des collectivités territoriales) se pose. Alors que les usages ont considérablement changé depuis que ces espaces ont vu le jour, nombre d’EPN (sur quelques 4700 en France selon la carte tenue à jour par Net public) connaîtraient une baisse voire une stagnation de leur fréquentation et de leurs activités. Ces espaces numériques très hétérogènes eux-mêmes servis par des politiques publiques très fluctuantes d’un territoire l’autre peuvent aujourd’hui paraître en danger et ce d’autant qu’ils sont généralement peu soutenus par les élus qui peinent à voir les enjeux de ces lieux.

Allons-nous vers la fin des EPN ou leur transformation ? C’est la question que souhaite aborder ce dossier. La difficile mesure de la fréquentation La fréquentation des Espaces publics numériques (EPN) est-elle en baisse en France ? Les usages ont changé. Quel avenir pour les EPN ? (2/3) : devenir des structures de développement de projets. Quel avenir pour les EPN ? (3/3) : nouvelles missions. A la rencontre du 3ème type … de lieu (1/3) Les Espaces publics numériques peuvent-ils devenir des tiers-lieux ? (2/3)