background preloader

Blog recits-d-yves.fr

Facebook Twitter

Ecoutez moi cette merveille de groove ! Alors là, la claque !

Ecoutez moi cette merveille de groove !

J’adore ce groove ! En plus le Monsieur nous fait le plaisir de nous décomposer le morcif. Récits d'Yves. Les dangers de l’alcool, ça date pas d’hier… suite et fin. Tout est dans le titre (le début est là).

Les dangers de l’alcool, ça date pas d’hier… suite et fin.

On continu : En attendant, il était maintenant parfaitement sobre et craignait déjà amèrement d’avoir à le regretter. “ Et bien sachez que ce triste sire me manquait à l’instant outrageusement de respect ! Vous comprendrez aisément qu’un homme de ma qualité ne puisse admettre une telle offense ! Les dangers de l’alcool, ça date pas d’hier… 1ere partie. Voici une petite nouvelle humoristique que j’ai écrite il y a de cela un certain temps déjà mais qui me plaît assez.

Les dangers de l’alcool, ça date pas d’hier… 1ere partie

Ça donne à peu près ça : Paris 17eme… siècle. Réputation : Inonder le marché ou plutôt l’embraser. Tâchons aujourd’hui de combiner le webmarketing et l’écriture.

Réputation : Inonder le marché ou plutôt l’embraser

Voici une réflexion sur la gestion de la réputation à travers une métaphore de mon cru. La mouette innocente (la Fontaine-like) 1ère partie. Une nouvelle neuve inspirée très humblement de l’immense Jean de la Fontaine.

La mouette innocente (la Fontaine-like) 1ère partie

Il y est question de dépeindre le caractère de certains ex-enfants gâtés devenus ensuite… des emmerdeurs. Était une mouette qui bien que relativement jeune encore, atteignait aujourd’hui ce que d’aucuns appellent la majorité. Superbe animal s’il en est, cette mouette, fort habile en vol comme en plongé, était tout à fait à même de satisfaire à ses besoins fondamentaux comme secondaires, tant ses capacités naturelles étaient le parfait résultats de milliers d’années d’évolution victorieuse. La mouette innocente (la Fontaine-like) deuxième partie. Voici la suite de la nouvelle entamée ici et le début (la fin ?)

La mouette innocente (la Fontaine-like) deuxième partie

De ses aventures. Comme énoncé précédemment, les réactions à son égard étaient généralement positives, et ses accès de violence se chargeaient aisément de convaincre les dissidents de la véracité de ses opinions. Fort de ces différents atouts, l’animal faisant feu de tout bois vivait une existence paisible et insouciante, rassuré qu’il était par la tournure toujours avantageuse que prenaient les évènements qui le concernaient. Cependant ses proches qui le voyaient avancer en âge, se prenaient à craindre son irresponsabilité et son manque de sagesse. Que pouvait devenir un adulte qui ne saurait obtenir lui-même de quoi se sustenter et à plus forte raison de quoi sustenter une famille ?

La mouette innocente (la Fontaine-like) troisième partie. L’oiseau n’est pas encore fait qu’on se le dise !

La mouette innocente (la Fontaine-like) troisième partie

Devant le torrent d’acclamations et de suppliques (!) Exprimées lors du précédent épisode, le revoici notre mouette (c’est un mâle), toujours frais, dispo et un peu en danger sur le bateau des pirates les plus sous-alimentés des sept mers. Nous l’avons quitté alors qu’il s’apprêtait à se faire étrangler après avoir tenté de leur soutirer leur dîner… Presque ! La mouette innocente (la Fontaine-like) quatrième partie.

Le quatrième épisode (donc juste après le 3 qui est là) de notre fresque volante sur les malencontreuses aventures d’une mouette écervelée en proie à la colère de marins affamés.

La mouette innocente (la Fontaine-like) quatrième partie

Il se vit bientôt acculé contre une chaloupe et soigneusement cerné par une demi-douzaine de marins dont les regards trahissaient maintenant une soif inextinguible de vengeance. Cependant, avant que ne lui fut tordu “malencontreusement” le cou, le destin s’il existe, décida d’intercéder en sa faveur à cet instant. Récit des goûters de l’enfance. Vous vous souvenez ?

Récit des goûters de l’enfance

Mais siiiiii, on humait l’heure imminente du goûter à des kilomètres à la ronde. L’odeur du gâteau qui sortait du four et qui n’aurait sans doute jamais la chance de refroidir. Moi c’était du kouglof. Étourdissant ! Moelleux, parfumé, délicat. Une belle plante et du suspense. Voici une nouvelle que j’ai écrite un soir après avoir déambulé un moment dans les jolies ruelles escarpées de mon ancien quartier, les pentes de la Croix Rousse à Lyon.

Une belle plante et du suspense

Les réverbères façon becs de gaz et les pavés disjoints m’avaient mis dans un état un peu particulier. Et puis je suis passé devant un bar au nom évocateur… Petit préambule : Ceci est un avertissement à ceux qui aurait par le plus pur des hasards saisi la présente en étant conformistes, ultra rationnels ou simplement dépourvu d’humour et de fantaisie (si vous cumulez le tout, c’est dehors !). Ce que vous vous apprêtez à lire tient à peu près autant du traité philosophique que moi de mon coiffeur (j’en conviens, ‘faut connaître !). Les Contes des amis d’Al 1er épisode. Je ne sais pas vous, mais moi j’ai toujours rêvé de savoir ce que pouvaient ressentir les premiers découvreurs des amériques.

Les contes des amis d’Al 2e épisode. Mes amis, revoici Al le conteur aux mille histoires. Lorsque nous l’avons laissé la dernière fois, il nous parlait de ce que son défunt ami Juan, pirate et explorateur de son état avait découvert aux confins du monde connu après une longue traversée. Lui et son équipage venait de prendre pied sur une terre inconnue après avoir essuyé une violente tempête… A ce moment, Al prit un moment, pour jauger l’attention de son public. Les contes des amis d’Al 3e épisode. Al revient ou plutôt poursuit son récit des aventures de Juan Feliz, pirate, capitaine du Damascus et découvreur d’une étrange citée suspendue abandonnée ou du moins déserte. Si vous avez raté le début de l’histoire vous pouvez vous reporter au premier et au second épisode.

L’Appel à la plume : l’Ere Victorienne. Aujourd’hui, nous nous lançons dans une rubrique un peu particulière mais que j’avais très envie de mettre en place, j’ai nommé : L’Appel à la plume. C’est mieux que le réveil au clairon, moins dure que la pelle tout court et ça va nous permettre d’échanger. Le principe est simple : - Je vais mettre en ligne un descriptif que j’espère inspirant sur une époque, un thème, un lieu, un style… - Ensuite, je vous proposerai de produire sur la thématique en question soit sous forme de texte, soit sous forme d’image, de photo, bref de ce que vous voulez du moment qu’on peut ensuite en montrer une sélection sur le site. - Et puis si vous ne vous sentez pas inspirez, vous pouvez au moins commenter ce que vous verrez et mettre des liens vers ce qui vous plait ailleurs.

En attendant, voici mon thème du jour, l’ère Victorienne. On a peur et on a envie de se faire peur. Il fait froid et humide dans les ruelles sordides des bas quartiers. Qui sera assez fort, assez pur, assez fou ? Appel à la plume 1ere participation ! Je vous en ai parlé, je vous l’ai présenté, je vous y ai invité et c’est fait !! La première participation à notre désormais bientôt légendaire Appel à la plume est en ligne ! Juliette (puisque c’est bien d’elle qu’il s’agit) nous emmène découvrir à travers son poème ce que ressentaient les femmes de l’Angleterre victorienne, dans un monde masculin, dangereux, sombre et pourtant gouverné par un Reine… Noble de corps, noble de sang, Je devrais être un idéal. Pauvre de droit, pauvre de rang, De lui je ne suis pas l’égal !

Génial.