background preloader

Culture digitale

Facebook Twitter

Les meilleurs moments pour publier sur les médias sociaux. Si vous nous suivez depuis un moment, vous avez sûrement déjà lu notre article sur l'indice d'engagement des utilisateurs sur les médias sociaux.

Les meilleurs moments pour publier sur les médias sociaux

Un bon timing est crucial pour répandre votre message auprès du maximum de gens. Cette infographie indique quel est le meilleur moment pour publier sur Facebook, Twitter, Linkedln, Google+ et Pinterest. Quelques mots sur le timing des publications sur les médias sociaux Remarque préalable importante : ce genre d’analyse est généralement basée sur un vaste ensemble de données. Des centaines voire des centaines de milliers de pièces de données sont analysées pour fournir une moyenne. Ainsi, lorsque vous lisez l’infographie présente, sachez que vous avez peut-être une audience différente. De même, cette infographie ne fait pas référence à un fuseau horaire en particulier, mais je considèrerais qu’il s’agit de l’heure normale de l’Est. Apprenez à connaitre votre audience. Facebook : Meilleur timing 13h – 16hPire timing 20h – 08h. Le business digital vu par 58 experts.

Le management 2.0 ne fonctionne pas … sans confiance. Il y a quelques temps de cela, j’ai appris un terme : le “greenwashing”, ou comment apporter une couche écologique ou verte à tout concept, produit ou service.

Le management 2.0 ne fonctionne pas … sans confiance

Le terme anglais est évocateur. On passe un concept à la machine à laver ‘verte’ et on obtient un nouveau concept beaucoup plus noble : voiture, usine, production … tout devient vert. Fort de cet apprentissage, je réalisais quelques temps plus tard qu’il existait d’autres types de “Adjectif-A-La-Mode”-Washing. Par exemple : le Durable-Washing. Tout était devenu durable : Le Développement, la Ville, le Management, les Entreprises et enfin, les Collectivités. Ces derniers temps, nouveau constat de ma part : il existe désormais le 2.0-washing.

Tout est devenu 2.0. Quel type de management dois-je donc choisir ? Les entreprises se sont numérisées sans vraiment se transformer. Après presque un demi-siècle de progrès dans les technologies numériques, encouragés par des années de gains exponentiels constants dérivés de puissants facteurs de croissance numérique tels que la loi de Moore et la loi de Gilder, les entreprises se trouvent encore à la croisée des chemins s'agissant d'appliquer ces technologies à leurs activités.

Les entreprises se sont numérisées sans vraiment se transformer

Malgré les décennies passées à automatiser en grande partie les processus existants au lieu de repenser fondamentalement leurs activités en des termes numériques, nos entreprises sont aujourd'hui confrontées à une horde de natifs du numérique, en plus d'un déferlement grandissant de startups de l'économie collaborative, qui menacent non seulement de les perturber, mais aussi de les éliminer carrément. Obligation d'acquérir un niveau de pertinence numérique ou disparaître ? Pour explorer ce sujet, et l'intersection de l'entreprise et de l'informatique en général, je me suis rendu début mars au CeBIT 2014 de Hanovre, en Allemagne.

L'expérience utilisateur, le deuxième effet Wahou - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. La liste des 217 bonnes pratiques Qualité Web. Culture Digital. January 6th, 2011 by Laurent Francois Citoyens !

Culture Digital

Ca y est : la curation, notion poussée en France par Pearltrees; est désormais entrée dans les moeurs comme application-type de nouveaux usages du web social. Première question : y a-t-il des consommateurs finaux de curation ? La réponse est normande : à la fois oui et non. Dès-lors, quels sont les différents types de “curation” ? L’archivage “classique” : un peu comme les 1ers blogs lancés au début des années 90, il s’agit de trouver sur un même article les liens pertinents avec un sujet ou avec une semaine.

Plus intéressant : quels seront les types futurs de curation ? Une anticipation des chemins de pensée ? L’enjeu étant désormais complexe : continuer à devenir “mainstream” afin de faire partager l’accès au savoir. J’aime bien faire l’analogie avec le conservateur de musée, avec cet extrait d’un entretien avec Daniel Roger : “Le conservateur de musée est l’intermédiaire entre le public et les œuvres.