background preloader

CUISINE et POLITIQUE - [Quelques émissions]

Facebook Twitter

Emissions radiophoniques en français ; récits historiques de la gastronomie et nos gouvernants et personalités. (Très intéressant). Deux RICHELIEU : l’empreinte laissée dans la gastronomie par le cardinal et le maréchal. Grâce au talent d’Alexandre Dumas père tout le monde connaît le cardinal Richelieu comme maître de l’intrigue politique.

Son Eminence le cardinal Armand Jean du Plessis duc de Richelieu, premier ministre du roi Louis XIII, invente le couteau de table avec sa pointe arrondie. Le cardinal Richelieu déteste les invités ayant une mauvaise habitude de se curer les dents avec le tranchant de leurs coûteux ou poignards. Le cardinal ordonne de rectifier le tranchant des couteaux pour que les invités n’aient plus la possibilité de le faire. La mode des couteaux à pointe arrondie ne s’enracine pas tout de suite : les uns la suivent, d’autres n’abandonnent pas leur habitude. Quoi qu’il en soit, en 1669 le roi français Louis XIV proclame hors la loi tous les couteaux aigus. Les goûts gastronomiques du cardinal Richelieu sont peu connus. Par contre, son arrière-petit-neveu le maréchal Louis François Armand du Plessis, duc de Richelieu, entre dans l’histoire comme un grand capitaine n’ayant perdu aucune bataille et aussi comme un grand gastronome. .... – quikoo2013

Les historiens apprécient le cardinal hommage comme combattant contre l’aristocratie française ayant contribué à raffermir l’absolutisme en France au XVIIe siècle.

Deux RICHELIEU : l’empreinte laissée dans la gastronomie par le cardinal et le maréchal

Or, moins nombreux sont ceux qui savent que Son Eminence le cardinal Armand Jean du Plessis duc de Richelieu, premier ministre du roi Louis XIII, invente le couteau de table avec sa pointe arrondie. Le cardinal Richelieu déteste les invités ayant une mauvaise habitude de se curer les dents avec le tranchant de leurs coûteux ou poignards. Le cardinal ordonne de rectifier le tranchant des couteaux pour que les invités n’aient plus la possibilité de le faire. La mode des couteaux à pointe arrondie ne s’enracine pas tout de suite : les uns la suivent, d’autres n’abandonnent pas leur habitude.

Le président français Emile LOUBET : le banquet le plus grandiose. Le nom du président Emile Loubet ne dit rien à quiconque n'est pas fin connaisseur de l'histoire de la France.

Le nom du président Emile Loubet ne dit rien à quiconque n'est pas fin connaisseur de l'histoire de la France. Cependant, il a dirigé la Troisième République à la charnière du 19 et 20èmes siècles : entre 1899 et 1906. ..... Le président de la République française Loubet et le président du Conseil Pierre Waldeck-Rousseau donnent un festin y ayant invité les maires de toutes les villes françaisеs. Le baquet grandiose est consacré au 108ème anniversaire de la proclamation de la République en 1792 célébré le 22 septembre. Près de 23 mille invités se réunissent au Jardin des Tuileries. .... L'émission audio en fichier mp3 - – quikoo2013

Cependant, il a dirigé la Troisième République à la charnière du 19 et 20èmes siècles : entre 1899 et 1906.

Le président français Emile LOUBET : le banquet le plus grandiose

Le président Loubet a fait un grand apport à la fondation de l'Entente ayant regroupé la France, la Grande-Bretagne et la Russie. Loubet se rend en 1902 en visite la Russie. Les marins de l'escadre militaire française ayant accompagné le président apprécient l'hospitalité russe. Pour régaler les marins français un épicier dépense 3500 roubles, une somme impressionnante à l'époque. Le Conseil municipal moscovite commande au fabriquant Ovtchinnikov un plat sur lequel il est décidé de servir à l'invité de marque français du pain et du sel symbolisant l'hospitalité. Emile Loubet ayant vécu plus de 90 ans, recordman parmi les présidents français, joue, entre autres, un rôle non négligeable dans l'histoire de la gastronomie française.

L’archiduc François-Ferdinand : des déjeuners amusants et le sandwich de Sarajevo. Ce sandwich revient, dit-on, à l’humanité à des millions de vies de ceux qui périssent pendant la guerre mondiale.

L’archiduc François-Ferdinand : des déjeuners amusants et le sandwich de Sarajevo

Or, d’aucuns estiment que le massacre mondial aurait commencé même s’il n’y avait pas d’assassinat de l’archiduc d’Autriche. L’historien yougoslave Vladimir Dedjer évoque le menu du dîner servir à François Ferdinand et à son épouse le 27 juin 1914 : un jour avant l’attentat à Sarajevo. Un potage à la Regent à base d’un bouillon de volaille avec de l’orge perlé et une gelée de groseille. On met dans la soupe des rondelles d’œufs cuits durs.

En mangeant la soupe, les invités boivent du Madère. Le diplomate et homme d’Etat autrichien Ottokar Czernin écrit dans ses mémoires que François Ferdinand « peut être très gai et a un sens d’humour exceptionnel. Nous ne savons pas ce qui est servi au déjeuner susmentionné mais on peut se faire une idée du menu d’après celui d’un déjeuner donné en 1899 par l’archiduc François Ferdinand au Palais du Belvédère à Vienne. Giacomo Casanova : le pain de prison du grand aventurier. L’aventurier et voyageur italien Casanova est connu en premier lieu grâce à ses histoires romantiques.

Cependant, Giacomo Girolamo Casanova joue un rôle important dans la vie politique de l’Europe au XVIIIe siècle. Il est tantôt aux palais des rois et des empereurs, tantôt en prison. Il visite Naples, Rome, Constantinople, Paris et Saint Pétersbourg. En 1755 Casanova revient à l’âge de trente ans à Venise où il et mis en prison pour le mensonge et le blasphème. Casanova décrit dans ses mémoires la nourriture dans la prison vénitienne. A la question du geôlier : que veut-il qu’on lui donne à manger, le détenu répond qu’il voudrait bien une soupe de riz, du bœuf cuit, un rôti, du pain, du vin et de l’eau. .... Emission audio en mp3 : - – quikoo2013

Cependant, Giacomo Girolamo Casanova joue un rôle important dans la vie politique de l’Europe au XVIIIe siècle.

Giacomo Casanova : le pain de prison du grand aventurier

Il est tantôt aux palais des rois et des empereurs, tantôt en prison. Il visite Naples, Rome, Constantinople, Paris et Saint Pétersbourg.