background preloader

La TERREUR

Facebook Twitter

Lettres inédites de la marquise de Créqui à Sénac de Meilhan : 1782-1789 / mises en ordre et annotées, par M. Edouard Fournier ; précédées d'une introduction, par M. Sainte-Beuve,... Thermidor : Paris en 1794. Marie-Thérèse et dame Rose / Ch. d'Héricault. Souvenirs de la marquise de Créquy de 1710 à 1803. T. 8. Aller au contenu.

Souvenirs de la marquise de Créquy de 1710 à 1803. T. 8

Histoire : La face cachée, montrueuse, de la révolution française. - Êtes-vous démocrate?

Histoire : La face cachée, montrueuse, de la révolution française. -

Moi aussi! Encore faut-il savoir ce que nous mettons chacun sous ce mot. Faute de définitions claires au début d'une conversation celle-ci ne peut tourner, très vite, qu'à une pure battologie, ou si vous préférez à une épouvantable cacophonie. Le philosophe Eric Weil, grand monsieur de la pensée, d'origine allemande, mais....juif, il dut quitter son pays dès les années 30, et fit sa carrière en France, professeur à l'université de Lille. C'est dans son profond traité de Philosophie politique ( Vrin ) qu'il écrit ce qui suit au sujet du mot qui nous préoccupe : “Le terme de démocratie est d'un emploi tellement difficile qu'il vaudrait presque mieux renoncer à son emploi. J'adhère à cette déclaration, et tout particulièrement sur les dernières lignes. Les pays communistes d'Europe se dénommaient « démocraties populaires ». Première leçon : faisons attention au sens des mots.

Mais êtes-vous républicain? Mais il y a tant de « républiques »! Le Scrutateur. Le Tribunal révolutionnaire de Paris : origine, évolution, principaux procès et ses victimes dans le clergé / par A.-C. Sabatié,... Liste des victimes du Tribunal révolutionnaire à Paris. Gueniffey : « Robespierre incarne de façon chimiquement pure l'idée de la table rase » - LAFAUTEAROUSSEAU. Par Guillaume Perrault Nous l'avons déjà évoqué, dans Lafautearousseau : Danielle Simonnet, coordinatrice du Parti de gauche, a récemment formulé le vœu qu'une rue de Paris porte le nom de Maximilien de Robespierre.

Gueniffey : « Robespierre incarne de façon chimiquement pure l'idée de la table rase » - LAFAUTEAROUSSEAU

Mais qui était-il ? Dans un intéressant entretien donné à Figarovox [20.06], l'historien Patrice Gueniffey souligne, notamment, la responsabilité que le révolutionnaire porte dans la Terreur. LFAR. Du système de dépopulation ou La vie et les crimes de Carrier : son procès, et celui du Comité révolutionnaire de Nantes... ([Reprod.]) / par Gracchus Babeuf. Terreur (Révolution française) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Terreur (Révolution française)

Pour les articles homonymes, voir Terreur. Estampe de la Guillotine, « Et la garde qui veille aux Barrières du Louvre n'en défend pas les rois... », durant la Terreur. La Terreur atteignit son paroxysme à Paris et en province entre l’été 1793 et l'été 1794. Le Comité de salut public, divisé sur la répression, créa, au printemps 1794, un « bureau de police » pour contrôler les dérives du Comité de sûreté générale que contrôlent son président Alexis Vadier, André Amar et Grégoire Jagot, eux-mêmes sous le contrôle de trois membres éminents du Comité de salut public : Bertrand Barère de Vieuzac – ami intime de Vadier –, Nicolas Billaud-Varenne et Jean-Marie Collot d’Herbois. Le Comité de sûreté générale est une police judiciaire, fonctionnant en liaison avec le Tribunal révolutionnaire. Sans-culottes Représentation populaire (1789).

Le 28 mars, l’appareil législatif contre les émigrés rentrés fut revu et durci (Loi des témoins).

HISTOIRE de la TERREUR

1793 la Vendée et la Terreur. Les Martyrs de la Révolution dans le diocèse de Séez. Notice complète.

Les Martyrs de la Révolution dans le diocèse de Séez.

Les crimes des Jacobins à Lyon, depuis 1792, jusqu'au 9 thermidor, an 2 ([Reprod.]) / par le cit. Maurille,... Aller au contenu.

Les crimes des Jacobins à Lyon, depuis 1792, jusqu'au 9 thermidor, an 2 ([Reprod.]) / par le cit. Maurille,...

T1/2 - La France sous la Terreur : étude historique / par Ernest Merson... Le théâtre sous la Terreur (Théâtre de la peur), 1793-1794... / par Paul d'Estrée... Le salon de Talma sous la Terreur. Titre : Revue d'art dramatique / dir.

Le salon de Talma sous la Terreur.

Edmond Stoullig Éditeur : A. Dupret (Paris) Éditeur : [s.n.] Lettres d'amour inédites de Talma à la princesse Pauline Bonaparte... / Hector Fleischmann et Pierre Bart. Titre : Lettres d'amour inédites de Talma à la princesse Pauline Bonaparte... / Hector Fleischmann et Pierre Bart Auteur : Talma, François-Joseph (1763-1826) Éditeur : E.

Lettres d'amour inédites de Talma à la princesse Pauline Bonaparte... / Hector Fleischmann et Pierre Bart

Fasquelle (Paris) Date d'édition : 1911. Les filles publiques sous la Terreur : d'après les rapports de la police secrète, des documents nouveaux et des pièces inédites tirées des Archives nationales / Hector Fleischmann. Les femmes enceintes devant le tribunal révolutionnaire : d'après des documents inédits / Dr Max Billard. Aller au contenu.

Les femmes enceintes devant le tribunal révolutionnaire : d'après des documents inédits / Dr Max Billard

Henri Guillemin - Robespierre et la révolution Française. Guillemin et la révolution française. Henri Guillemin explique Robespierre et la révolution française 1789. Upload Loading...

Henri Guillemin explique Robespierre et la révolution française 1789

Working... jullian david ► Play all. Robespierre et la révolution française (1/2) - Henri Guillemin explique. Robespierre et la révolution française (2/2) Henri Guillemin explique. Maximilien Robespierre (1758-1794) par Henri Guillemin - 2/3. Danton et la révolution française - Henri Guillemin.

Robespierre, Danton, Tolstoï - Henri Guillemin. 4T.- Les martyrs de la foi pendant la Révolution française, ou Martyrologe des pontifes, prêtres, religieux, religieuses, laïcs de l'un et l'autre sexe qui périrent alors pour la foi. Soeur Charlotte de la Résurrection : notice sur Anne-Marie-Madeleine Thouret, l'une des seize carmélites de Compiègne envoyées à l'échafaud par le Tribunal révolutionnaire de Paris, le 17 juillet 1794 / par l'abbé H. Blond,...