background preloader

Alexandre DELVALLE - ::. ARTICLES .::

Facebook Twitter

Les MANOEUVRES de l'ISLAMISATION de l'OCCIDENT. Hello Juppé : chez Ardisson, on dézingue les Frères musulmans ! Emmerdant, non ? Si Alain Juppé n’a pas regardé cette bonne séquence de « Salut les Terriens » sur la chaîne C8, le 29 octobre dernier, qu’il s’en gave, car il y entendra un autre son de cloche qu’à Bordeaux sous la férule de son mentor, le Frère musulman Tarek Oubrou, grand « bonimamenteur » hypocrite d’une des nombreuses mosquées locales.

Hello Juppé : chez Ardisson, on dézingue les Frères musulmans ! Emmerdant, non ?

Thierry Ardisson y a conduit un bon débat avec ses invités le juge anti-terroriste Marc Trévidic et Alexandre Del Valle à l’occasion de la sortie de son livre « Les vrais ennemis de l’Occident ». Des échanges sans langue de bois sur le projet totalitaire des monarchies du golfe. AlexandreDelValleMmesiAsiaBibitaitgracieparltatelleseraittrsviteassassine. Le Pakistan dénonce "l'islamophobie" supposée de l'Occident mais est l’un des pays qui persécute le plus les chrétiens et les minorités chez lui. Alexandre del Valle poursuit cette semaine son feuilleton sur les pôles de l’islamisme mondial qui œuvrent à l’islamisation de l’Europe et luttent contre l’intégration des musulmans en Occident au nom d’une vision chariatique totalitaire.

Le Pakistan dénonce "l'islamophobie" supposée de l'Occident mais est l’un des pays qui persécute le plus les chrétiens et les minorités chez lui

Le pôle islamiste "indo-pakistanais" Le Pakistan, ou "pays des purs", été créé en 1947 par et pour les musulmans du continent indien qui refusaient de vivre dans l’Inde laïque et pluraliste, majoritairement hindouiste, donc "mécréante-païenne". Avec des amis comme ceux-là.... Les pôles islamiques qui dénoncent "l'islamophobie de " l'Occident et de la France nient chez eux la liberté de conscience et persécutent les chrétiens et les apostats. Le néo-sultanat turco-ottoman à l'assaut du kémalisme et de l'Europe.

Alexandre del Valle poursuit le feuilleton consacré aux différents "pôles" de l'islamisme mondial dont l'objectif consiste à contrecarrer les forces laïques dans les pays musulmans puis à empêcher l'intégration des citoyens de confession musulmane dans les pays occidentaux, sous couvert de liberté religieuse et de pluralisme (dévoyé).

Le néo-sultanat turco-ottoman à l'assaut du kémalisme et de l'Europe

Le pôle islamiste turc est moins connu que les pôles saoudien, qatari, koweïtien, pakistanais ou frère-musulman que nous avons abordés précédemment, mais il est extrêmement actif et puissant en Europe et même en France, quoi que plus discret que les autres pôles. Comme nous l’avons expliqué dans deux essais précédents (La Turquie dans l'Europe, un Cheval de Troie islamiste ? (2003), Le dilemme turc (2005)), le pays d’Atatürk, père de la Turquie moderne et laïque, n’est plus le même depuis que le parti de la Justice et du Développement (AKP) d'Erdogan a pris le pouvoir à Ankara. Fondation pour l'islam de France : et si le vrai défi était de réussir à vivre avec le fait qu'il n'y aura pas de solution à court terme entre la République et les musulmans...

Lundi 29 août, le ministre de l'Intérieur a participé à une série de consultations auprès du CFCM pour créer une autorité représentative des musulmans de France.

Fondation pour l'islam de France : et si le vrai défi était de réussir à vivre avec le fait qu'il n'y aura pas de solution à court terme entre la République et les musulmans...

Atlantico : Absence d'un clergé musulman, défaut d'une société civile musulmane organisée... N'y a-t-il pas un aveuglement à penser pouvoir créer de toute pièce une représentativité des musulmans de France ? Alexandre Del Valle : Il est possible d'y voir un certain aveuglement, même si cela part d'une intention juste. Il y a effectivement une absence de clergé dans l'islam sunnite, qui même s'il est très codifié dans sa tradition, n'est pas organisée d'un point de vue pastoral. L'islam politique radical à l'assaut de l'Occident : vous croyez que cela a commencé le 11 septembre ? Voici pourquoi vous vous trompez… Ce dimanche marque les 15 ans des attentats du 11 septembre.

L'islam politique radical à l'assaut de l'Occident : vous croyez que cela a commencé le 11 septembre ? Voici pourquoi vous vous trompez…

Un événement au cours duquel l'opinion publique a découvert et pris la mesure du projet de l'islamisme politique. Pourtant, celui-ci remonte à la fin du XIXème siècle et constituait davantage, à ses débuts, un affrontement interne au sein du monde musulman plutôt qu'avec l'Occident. Atlantico : Auprès du grand public, le projet d'un islam politique et sa volonté d'un affrontement avec l'Occident semblent avoir été découverts avec les attentats du 11 septembre 2001. Pourtant, ce projet est bien antérieur à ces événements. A quand remonte-t-il exactement ? Alexandre del Valle : La déclinaison contemporaine de ce projet d'islam politique date au moins de la fin du XIXème siècle et de la chute de l'Empire ottoman.

Le Qatar du soft power et de l'appui aux Frères musulmans au financement du djihadisme. Après l'Arabie saoudite, le Koweït et le Maroc, l'auteur poursuit son feuilleton, "avec des amis comme ceux-là, pas besoin d'ennemis", concernant les pays qui appuient ou encadrent l'expansion de l'islam chez nous mais persécutent les convertis au christianisme chez eux...

Le Qatar du soft power et de l'appui aux Frères musulmans au financement du djihadisme

Depuis des décennies, le Qatar, à la fois allié au sein du Conseil de Coopération du Golfe et rival de Riyad dans la promotion du fanatisme islamiste, est devenu un pôle majeur de l'islamisme mondial, malgré sa petite taille mais grâce à ses énormes moyens financiers, à sa diplomatie offensive et à son soft power médiatique. Le Qatar, monarchie wahhabite comme l'Arabie saoudite, mais à l'image plus moderne, est dirigée depuis 150 ans par la dynastie des Al-Thana, forte de 3000 membres et tiraillée par d'âpres rivalités entre tendances "modernistes" pro-Occidentaux (concept relatif dans ce pays) et wahhabites ou pro-Frères musulmans.

La pénétration des démocraties occidentales. Le Koweït, plus grand financier des djihadistes anti-Occidentaux… Avec des amis comme celui-là, pas besoin d'ennemis !

Le Koweït, plus grand financier des djihadistes anti-Occidentaux…

Nous avons examiné la semaine dernière, dans notre scanner géopolitique, comment l'Occident se trompe systématiquement d'ennemis depuis la fin de la guerre froide en désignant comme tel la Russie - qui est pourtant un allié naturel géopolitique et énergétique face aux pôles totalitaires de l'islamisme, donc face nos vrais ennemis. Examinons aujourd'hui le cas d'un autre Etat Janus dont la "main droite pro-occidentale" ignore la "main gauche du financement du terroriste": le Koweït, pays pour lequel les Occidentaux (Etats-Unis en tête) se sont battus face au régime anti-islamiste de Saddam Hussein.

L'Arabie saoudite et le wahhabisme : matrices du totalitarisme islamiste. Salafisme et wahhabisme A la fois héritière des Frères musulmans et du wahhabisme saoudien, la mouvance salafiste moderne (salafiyya) a pour but de revenir aux fondements mêmes de l’islam des « pieux ancêtres » (As-Salaf ou Salafiyyoun), c’est-à-dire à la lettre même du Coran et de la Sunna.

--- L'Arabie saoudite et le wahhabisme : matrices du totalitarisme islamiste Avec des « amis » ou « alliés » comme l'Arabie saoudite wahhabite, concepteur et producteur de l'idéologie salafiste dans le monde, jusque dans nos contrées démocratiques, les Occidentaux qui ont fait primer leurs intérêts économiques sur leurs intérêts civilisationnels de survie, n'ont pas besoin d'ennemis... Retour sur la matrice du totalitarisme qui est aujourd'hui l'ennemi majeur de l'Occident et de l'ensemble du reste de l'Humanité « mécréante". ---- ---- Les Salafistes veulent rétablir le Califat (à l'instar de Da'ech qui n'a rien inventé), après avoir réislamisé et détruit les nations (« musulmanes apostates ») qui « divisent » artificiellement la Oumma islamique mondiale. Ils veulent appliquer partout la charià, une fois les sociétés du monde entier islamisées, de gré ou de force, à commencer par les pays arabo-musulmanes, y compris la péninsule arabique, “ occupée ” par des Infidèles occidentaux depuis la Guerre du Golfe. ---- --- Le centre de diffusion mondiale du salafisme est Médine, où les jeunes salafistes du monde entier viennent suivre des sessions de formation. Ce sont d'ailleurs des prédicateurs formés à Médine que nos dirigeants occidentaux ont laissé séjourner en Europe et aux Etats-Unis depuis les années 1970 pour y prêcher la haine envers la « mécréance », le repli communautariste et le refus de l'intégration des musulmans aux valeurs « impies » de nos sociétés. --- --- Aujourd'hui, la mode salafiste conçue en Arabie saoudite inonde le web, et les prédicateurs salafistes qui fanatisent les prisons et les quartiers sensibles, qui ont la nationalité du pays d'accueil, ne sont plus expulsables vers Médine, comme cela était le cas dans les années 1970-1990. Le vert de l'islamisme est durablement incrusté dans le fruit peut être trop mûr des démocraties occidentales complexées et compromises. --- – quikoo2013

La méthode salafiste repose sur deux fondements essentiels que sont le principe ultra-monothéiste du tawhid, l’unicité absolue, et de la tazkiya, la purification par l’adhésion aux ordres d’Allah (adoration, soumission à Dieu et dévotion totale).

L'Arabie saoudite et le wahhabisme : matrices du totalitarisme islamiste

Rejetant toute forme d'innovation (bidaà) et d’associationnisme (churk), la salafiyya considère que ce qui est advenu après les quatre premiers califes dits rachidoun (“ bien guidés ”), après le VIIIème siècle, est faux et blâmable (bidaà). Même si Asia Bibi était graciée par l'État, elle serait très vite assassinée. Le Chaos Syrien, printemps arabes et minorités face à l'islamisme. L'Arabie saoudite et le wahhabisme : matrices du totalitarisme islamiste.