background preloader

Veille Documentaire CFF DOC

Facebook Twitter

Texte d'Epicure: le bonheur comment l'atteindre. Le plaisir n'est pas le bonheur.

Texte d'Epicure: le bonheur comment l'atteindre

Le bonheur n'est pas une simple suite ni addition de plaisirs. Pour être heureux, il faut préférer certains plaisirs à d'autres. A cette fin, il importe de distinguer entre les désir vains et les désirs naturels, entre ceux qui sont nécessaires et ceux qui ne le sont pas. La hiérarchisation des désirs et des plaisirs constitue ainsi la véritable clé du bonheur "Il faut .[..]comprendre que parmi les désirs, les uns sont naturels et les autres vains, et que parmi les désirs naturels, les uns sont nécessaires, et les autres seulement naturels.

Enfin, parmi les désirs nécessaires, les uns sont nécessaires au bonheur, les autres à la tranquillité du corps, et les autres à la vie elle-même. Ecclésiaste - chapitre 2. 1 J'ai dit en mon coeur : Allons !

Ecclésiaste - chapitre 2

Je t'éprouverai par la joie, et tu goûteras le bonheur. Et voici, c'est encore là une vanité. 2 J'ai dit du rire : Insensé ! Et de la joie : A quoi sert-elle? Le bonheur consiste-t-il à faire tout ce qui nous fait plaisir ? 491 d sq. : Calliclès : Mais que veux-tu dire avec ton "se commander soi-même"?

Le bonheur consiste-t-il à faire tout ce qui nous fait plaisir ?

Socrate : Oh, rien de compliqué, tu sais, la même chose que tout le monde : cela veut dire être raisonnable, se dominer, commander aux plaisirs et aux passions qui résident en soi-même. Calliclès : Ah! Tu es vraiment charmant! Ceux que tu appelles hommes raisonnables, ce sont des abrutis! Socrate : Qu'est-ce qui te prends? Texte de Sénèque - Terminale Philosophie. Introduction Dans ce texte, Sénèque entend montrer que la vertu est le bien suprême et souverain ; par conséquent, elle vaut par elle-même et doit être recherchée pour elle-même, et non pour le plaisir qui peut bien l'accompagner.

Texte de Sénèque - Terminale Philosophie

Il faut donc différencier vertu et plaisir : c'est ce que va faire l'auteur dans la première partie du texte. Il ne s'agit pas de dire que la vertu est déplaisante, mais bien qu'elle ne tire pas sa valeur d'un plaisir qui n'est finalement au pire que son « accessoire », au mieux son acolyte, et certainement pas sa « raison d'être ». Les coquelicots rendent peut-être le champ plus agréable à regarder ; peut-être profitent-ils des labours pour s'épanouir – mais enfin, ce n'est pas pour faciliter leur floraison que le semeur a travaillé. Le bonheur chez Épicure. Philosophe grec, 341-270 né à Samos.

Le bonheur chez Épicure

Malade toute sa vie, faisant l’expérience de l’exil et de la pauvreté dans sa jeunesse, ses premières années ont pu être éprouvantes. Personnalité très charismatique, il fonde à 35 ans une école à Athènes : « le jardin » où il enseignera jusqu’à sa mort, entouré de disciples et d’amis. On connaît surtout Épicure par l’adjectif tiré de sa doctrine : l’épicurisme. Le bonheur. Les enjeux de la notion – une première définition Le bonheur est souvent conçu comme étant une fin ultime de la vie humaine (c’est ce qu’on appelle eudémonisme).

Le bonheur

Il se distingue des fins partielles, c’est-à-dire des fins qui à leur tour deviennent des moyens en vue de fins plus élevées (par exemple la richesse). Le bonheur est la fin la plus haute, une fin que l’on recherche pour elle-même, une fin en soi. Cependant, une fois cela reconnu, nous n’avons encore rien affirmé de la nature du bonheur.