background preloader

Être un allié

Facebook Twitter

Revenez sur chEEk ! Un samedi, vers 18 heures. Dans le sous-sol d’un bar parisien réservé pour l’occasion, une petite dizaine de personnes se réunit. Des femmes, en grande majorité: ici tout le monde ou presque s’est rencontré sur Twitter, en évoluant dans les mêmes cercles féministes. On va parler d’oppression, du patriarcat, des hommes.

De la violence des hommes, surtout. Ce soir, nous ne sommes que deux représentants de la gent masculine et j’ai, pour ma part, décidé de me taire. Safe space et mansplaining Autour de moi, il y a des femmes, des femmes racisées, un homosexuel. Par mon histoire et ma situation, j’ai plus de chances que les autres de blesser l’assemblée, car je ne suis pas directement concerné par les problématiques abordées. Lorsque je m’installe face à mon verre, je n’ai que deux mots en tête: safe space et mansplaining, des concepts croisés au fil de mes lectures féministes. Le mansplaining, mot-valise créé en mêlant man (homme) et explaining (expliquer), cache encore autre chose.

5 Tips For Being An Ally. Comment devenir un-e bon-ne allié-e ? – – Feminazgul en colère – La dernière fois nous avons vu l’importance de laisser la parole aux concerné-e-s (si vous n’avez pas lu l’article, faites-le avant de passer à celui-là, ça sera forcément plus clair après > Les concerné-e-s). A présent je vais aborder la question des allié-e-s. Un-e allié-e est une personne non concernée, donc qui ne subit pas l’oppression* dont il est question, qui veut tout de même s’engager dans la lutte contre cette oppression et la combattre aux côtés des concerné-e-s.

Par exemple moi, je vous le rappelle, blanche et hétéro, de par ma volonté de faire reculer et disparaitre le racisme, l’homophobie, la lesbophobie, ainsi que toute autre oppression, et surtout de par mes actes, je peux espérer être une alliée pour ces combats. Cependant comme je ne suis pas concernée par ces discriminations, je dois suivre certaines règles, afin de ne pas prendre le pas sur les actions et les réflexions des premier-e-s concerné-e-s. Se revendiquer allié-e ne suffit pas à l’être. Ressources : WordPress: 11 conseils pour être un.e bon.ne allié.e. Quand on présente l’association Lallab, c’est « drôle » mais on ne reçoit pas du tout les mêmes retours ! « On », c’est Sarah, musulmane, et Justine, athée, toutes deux cofondatrices de Lallab, réalisatrices de la série documentaire Women SenseTour in Muslim Countries et féministes ! C’est simple, lorsque c’est Justine qui présente l’association, on lui dit généralement que « c’est génial ce qu’elle fait », que c’est même « très altruiste de sa part d’aider les femmes musulmanes ».

Alors que lorsque c’est Sarah, on lui rétorque plutôt que « c’est quand même un projet super communautaire, il faudrait aussi parler des discriminations vécues par d’autres femmes ». Certain.e.s rajoutent même qu’elle est « trop concernée par le sujet, trop passionnée » et qu’elle « n’a pas le recul nécessaire pour être très objective ». Clairement, dans notre société, la parole d’une femme blanche et athée a plus de poids que celle d’une femme musulmane, même pour parler de son propre vécu. Être un allié | Ca commence avec toi. Les féministes ont réussi à exposer le fait que notre société accorde du pouvoir et un statut élevé à la masculinité par rapport à la féminité, de telle sorte qu’il est avantageux d’être un homme.

Les hommes bénéficient collectivement de privilèges sociaux (des droits invisibles, non mérités et dont ils ne sont pas conscients), que cela soit dans leurs rapports quotidiens ou au sein de la société. Ces avantages sont souvent perçus comme étant « naturels ». Bien que d’autres aspects de l’identité d’un homme puissent mitiger son statut social relatif, cet aspect de son identité lui confère des avantages et il peut profiter de débouchés simplement en vertu de son sexe biologique. (Pour en savoir plus sur le pouvoir et l’identité, cliquez sur « Pouvoir et identité ».) Pour réduire la vulnérabilité des autres, le premier pas consiste à reconnaître que les hommes adultes ont des privilèges sociaux par rapport à d’autres groupes.