background preloader

NTIC

Facebook Twitter

Linux. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Linux

Linux est le nom couramment donné à tout système d'exploitation libre fonctionnant avec le noyau Linux. C'est une implémentation libre du système UNIX respectant les spécifications POSIX. Ce système est né de la rencontre entre le mouvement du logiciel libre et le modèle de développement collaboratif et décentralisé via Internet.

Son nom vient du créateur du noyau Linux, Linus Torvalds. Linux est le système le plus utilisé sur les super-ordinateurs et les smartphones. Le système avec toutes ses applications est distribué sous la forme de distributions Linux comme Slackware, Debian ou Red Hat. Histoire[modifier | modifier le code] Naissance du noyau Linux[modifier | modifier le code] En 1991, les compatibles PC dominent le marché des ordinateurs personnels et fonctionnent généralement avec les systèmes d'exploitation MS-DOS, Windows ou OS/2. Linus Torvalds fait son apprentissage avec le système d’exploitation Minix.

Oregon artist Gwenn Seemel’s bio and résumé. I am Gwenn Liberty Seemel.

Oregon artist Gwenn Seemel’s bio and résumé.

My father wanted to name me Liberty Bell Seemel—after the great Philadelphian e-flat chimer—but made the compromise when my mother pointed out that that particular ding-dong is, in fact, cracked. I was raised part-time in San Francisco and part-time in a small village in France. In Brittany, I attended the same grammar school my mother did growing up, and I learned to play a mean game of boule bretonne for an eight year old. Eventually, my family settled in the United States, in Oregon, and, these past few years, I have stayed on.

Intelligence collective

Quelques éléments de bibliographie. Crowdfunding/webfunding. LaTeX. Open source recherche. Médias NTIC. Le danger des brevets logiciels par Richard Stallman. Parmi les nombreux front où est engagé le Libre il y a celui complexe, épineux et crucial des brevets logiciels (dossier suivi notamment chez nous par l’April).

Le danger des brevets logiciels par Richard Stallman

Voici la position de Richard Stallman[1] , donnée lors d’une conférence en Nouvelle-Zélande. Le danger des brevets logiciels URL d’origine du document (GNU.org) Richard Stallman - version du 24 avril 2012 - Gnu.org - Creative Commons By-Nd(Traduction : Mathieu Adoutte en collaboration avec Framalang) Retranscription de la conférence donnée par Richard M. SF : Je m’appelle Susy Frankel, et je tiens à vous souhaiter la bienvenue, en mon nom et en celui de Meredith Kolsky Lewis, à cette conférence organisée par le Centre de droit international des affaires de Nouvelle-Zélande. C’est donc à moi que revient le plaisir de vous accueillir à cette conférence sur « Le danger des brevets logiciels ». On ne présente plus Richard Stallman. RMS : Oh, vous ne devriez pas promouvoir YouTube, ils diffusent leurs vidéos dans un format breveté.

La sérendipité: l’art de trouver ce qu’on ne cherche pas. La sérendipité ?

La sérendipité: l’art de trouver ce qu’on ne cherche pas

Mot étrange, flou, aux sonorités barbares et pourtant de plus en plus opérant pour ceux qui tentent de saisir notre époque et de mieux comprendre en particulier les pratiques sociales du web 2.0. Bien connue des Anglo-Saxons, l’expression s’impose peu à peu dans la langue française qui fait enfin sienne la définition habituellement retenue : l’art de trouver ce que l’on ne cherche pas en usant de sagacité. Dans la langue de Shakespeare, serendipity renvoie à ce "don magique de faire des découvertes heureuses". Nous pratiquons tous l’art de la sérendipité. Car nous faisons tous cette expérience d’une errance parfois productive, ouvrant sur des horizons inattendus mais prospères : incapables de dire ce que nous cherchons précisément, nous réalisons parfois avoir trouvé mieux que les choses en quête desquelles nous étions parti de manière un peu confuse.

La renommée récente du mot en France tient à sa capacité d’éclairer les pratiques numériques d’aujourd’hui.

Datajournalism

Collaborative manufacturing: All together now. NEW YORK CITY was once the capital of manufacturing in America, with more than 1m people working in the sector in 1950.

Collaborative manufacturing: All together now

Today that number has shrunk to a mere 80,000, and they are employed largely by specialist producers in areas such as furnishing, food processing and the cluster that makes up Manhattan's vibrant garment district. Yet nourished by the city's entrepreneurial spirit, a new industry is emerging. It might be called social manufacturing. One of the firms involved is Quirky, which is as trendy as its name suggests. Its new design studio in a converted warehouse near the Hudson river includes a small factory complete with a couple of 3D printers, a laser cutter, milling machines, a spray-painting booth and other bits of equipment.

With the help of a growing online community, Quirky comes up with two new consumer products a week. Quirky's most successful product so far is called Pivot Power. Can you imagine?