background preloader

Coût du travail

Facebook Twitter

Où en est la compétitivité-coût du travail en France ? - Le graphique. Dessine-moi l'éco : le bulletin de salaire. SMIC. Instauré en France en 1970, le Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance (SMIC) correspond au salaire horaire minimum légal.

SMIC

Après une revalorisation de 0,8 % au 1er janvier 2015, il s'élève à 9,61 euros, soit 1 457,52 euros bruts mensuels pour 151,67 heures travaillées et concerne environ 1,7 million de salariés. Coût du travail : « il faut maîtriser les évolutions de salaires » Le Monde.fr | • Mis à jour le | Propos recueillis par Anne Eveno En France, le coût de l'heure de travail s'est établi à 35,7 euros en 2013, en hausse de 0,3 % sur un an, selon les calculs du Centre d'observation économique et de recherches pour l'expansion de l'économie et le développement des entreprises (COE-Rexecode), proche du Medef.

Coût du travail : « il faut maîtriser les évolutions de salaires »

Dans le même temps, la progression a été de 1,6 % en Allemagne, où le coût horaire (qui prend en compte le salaire et les charges) atteint 32,9 euros. L'écart de compétitivité entre les deux principales économies de la zone euro s'est donc réduit. Denis Ferrand, directeur général de COE-Rexecode, commente cette évolution et ce qu'elle traduit. L'allègement de charges patronales sur les bas et moyens salaires. Dernière mise à jour le 27 mai 2015 Synthèse Les salaires versés inférieurs à 1,6 fois le SMIC ouvrent droit à une réduction des cotisations patronales (réduction dite « Fillon ») dues au titre des assurances sociales (maladie, maternité, invalidité, vieillesse, décès) et des allocations familiales.

L'allègement de charges patronales sur les bas et moyens salaires

Pour les rémunérations versées depuis le 1er janvier 2015, cette réduction concerne également la contribution au Fonds national d’aide au logement (FNAL), la contribution solidarité autonomie (CSA) et les cotisations patronales AT/MP (accidents du travail/maladies professionnelles). Allégements de charges: Hollande parle-t-il de 30 ou de 50 milliards ? Lors de sa conférence de presse, le président de la République a promis mardi 14 janvier 2014 de mettre fin " d'ici 2017 " aux cotisations familiales pour les entreprises et les travailleurs indépendants.

Allégements de charges: Hollande parle-t-il de 30 ou de 50 milliards ?

" Je fixe un nouvel objectif, c'est que d'ici 2017, pour les entreprises et pour les travailleurs indépendants, ce soit la fin des cotisations familiales. Cela représente 30 milliards d'euros de charges ", a affirmé François Hollande. Le chef de l'État a précisé qu'il s'agissait là de poursuivre le programme engagé en novembre dernier avec le Crédit Impôt Compétitivité Emploi (CICE).

Celui-ci s'applique en 2014 à hauteur de 12 milliards d'euros soit 4 % d'allégement de la masse salariale et devrait atteindre 20 milliards d'euros à partir de 2015, soit 6 % d'allégement de cette même masse salariale. Un bonus de 10 milliards 50 milliards à trouver d'ici 2017 Mais reste à savoir comment cette réforme sera financée. Revenus-Salaires - Une nouvelle évaluation des effets des allégements de charges sociales sur les bas salaires. Bruno Crépon et Rozenn Desplatz Instaurés à partir de 1993, les dispositifs d'allégements de charges sur les bas salaires ont connu un développement important en 1995 et 1996, au point de devenir aujourd'hui un instrument central de la politique pour l'emploi.

Revenus-Salaires - Une nouvelle évaluation des effets des allégements de charges sociales sur les bas salaires

Leur impact sur l'économie a fait jusqu'ici l'objet d'évaluations ex ante, au moyen de modèles macroéconomiques traditionnels. À partir de données d'entreprises, et pour la première fois, une évaluation ex post de l'effet des allégements de charges sur l'emploi est proposée, notamment des extensions importantes apportées au dispositif initial en 1995 et en 1996. La faute au coût du travail ? Le chômage de masse et le manque de compétitivité français seraient dus à un coût du travail trop élevé dans l'Hexagone.

La faute au coût du travail ?

Faux, répond Jérôme Gautié. Le coût du travail est-il trop élevé ? Trop élevé par rapport à quoi ? Evidemment, si l'on compare la France et la Chine, le coût du travail hexagonal est bien plus élevé. Mais il ne faut pas oublier que la productivité du travail est beaucoup plus importante à Paris qu'à Beijing. Certes, mais cela n'empêche pas les entreprises de délocaliser en Chine… C'est vrai, mais la plupart des activités qui ont pu être délocalisées en Chine l'ont déjà été. A qui la responsabilité ? En France, les salaires ont progressé un peu plus vite que la productivité, mais dans des proportions raisonnables. Ce sont donc les Allemands qui devraient faire les ajustements nécessaires ?

Que dire du coût du travail en France par rapport à l’Allemagne? Les sources mobilisables à des fins de comparaison internationale sur le coût du travail sont diverses et ne conduisent pas exactement aux mêmes conclusions.

Que dire du coût du travail en France par rapport à l’Allemagne?

Le coût du travail a sans ambiguïté évolué plus vite en France qu’en Allemagne au cours des années 2000, mais après une période où la dynamique était inversée. Sur les vingt dernières années, l’Allemagne a connu une évolution atypique des coûts salariaux alors que l’évolution en France a été proche de celle du reste de la zone euro. Jusque 1996 la réunification avait tiré à la hausse les salaires. Depuis, face à cette dérive des coûts et aux fortes hausses du chômage, plusieurs phases de modération salariale (1996-1997 puis 2003-2007) ont au contraire mené à une évolution moins dynamique en Allemagne qu’en France. Ainsi, les coûts salariaux horaires du secteur manufacturier en Allemagne semblaient en 2008 proches des coûts français. Comparer des coûts salariaux : comment et pourquoi ?

Tableau 1 : Comparaison des sources disponibles.