background preloader

Le génocide des Juifs et des tziganes

Facebook Twitter

Soir3. Les Juifs de Pologne. Une mémoire française : Les Tsiganes pendant la Seconde Guerre mondiale, 1939-1946. Les Roms en France : un aperçu historique. Des événements survenus récemment ont amené « les » Roms sur le devant de la scène médiatique. « Les » entre guillemets tant le cliché des nomades, accessoirement voleurs pour certains d’entre eux est réducteur : dans le monde, seuls 4 à 5 % des Roms sont nomades... L’actualité nous offre l’occasion de tracer, à gros traits, l’évolution de la présence rom en France depuis le XVe siècle. Suite aux incident survenus à Saint-Aignan au mois de juillet, où des actes de vandalisme ont eu lieu après la mort d’un Rom qui avait forcé un barrage de gendarmerie, le président de la République Nicolas Sarkozy a annoncé, quelques jours plus tard, la tenue d’une réunion concernant le comportement de certains d’entre eux. L’opposition et différentes associations ont dénoncé une attitude raciste visant à faire des Roms des boucs-émissaires.

De qui parle-t-on ? Tsiganes, Roms, « Gens du voyage », Manouches, Romanichels, Bohémiens, Gitans, Hongrois, et même Égyptiens ! Le terme Rom, lui, est un endonyme. Sinti and Roma - the Gypsies! Us www.HolocaustResearchProject.org. Sinti & Roma The "Gypsies" The Sinti and Roma are nomadic peoples found throughout Europe and the United States. Often both groups are referred to as Roma, collectively, they are popularly referred to as Gypsies. It is derived from "Egypt", for it is believed that when the Roma first arrived in Europe their relatively dark skins caused many Europeans to believe that they were natives of Egypt. Linguistic experts compare Gypsy languages to historical languages; they look at words borrowed from other languages and when and where those words originally existed. Three separate emigrations occurred over the course of about four hundred years, traceable today in three identifiable linguistic populations: the Eastern Gypsy (Domari) in Egypt and the Middle East, the Central Gypsy (Lomavren) in Armenia and eastern Turkey, and the Western Gypsy (Romani) (Romany refers to the people, Romani refers to the language, Rom refers to a man or the people as a whole.

Police and their dogs guarded the camp. Home — Français. Les tsiganes dans la guerre - SAMUDARIPEN, LE GÉNOCIDE TSIGANE. [Génocide] Samudaripen ou le génocide des Tsiganes – Eliot Dupasquier | Matricule 35494. L’extermination des Juifs est enseignée en cours alors que le génocide Tsigane est très peu étudié. Pourtant la population Tsigane est la troisième plus touchée : sur les 700 000 Tsiganes qui vivaient en Europe, presque 200 000 ont été exterminés pendant la Seconde Guerre Mondiale par les nazis et leurs alliés.

Le génocide des Tsiganes porte le nom de Samudaripen. Chronologie du génocide Entre 1933 et 1945, les Tsiganes étaient considérés comme « racialement inférieurs » par les nazis. Leurs conditions ont été pratiquement similaires à celles des Juifs. Les Tsiganes étaient déjà surveillés avant l’arrivée des nazis au pouvoir (1933). Les Tsiganes avaient un triangle marron sur leurs vêtements dans les camps de travail. Bilan des morts Tsiganes (estimé par Ian Hancock dans History of the Holocaust) Parmi les Tsiganes exterminés : Dans ce tableau, les Tsiganes stérilisés n’ont pas été mentionnés. Actes de commémoration > L’Allemagne de l’Ouest a reconnu le génocide Tsigane seulement en 1982. Exposition photographique sur le Samudaripen – Mem Rom Project. L’exhibition photographique itinérante SAMUDARIPEN, désignée par la Fédération Maranatha d’Associations Rroma, peut être visitée à Valence (Espagne), Cracovie (Pologne), Pescara (Italie) et Munich (Allemagne).

L’exhibition est composée par 14 panneaux monographiques sur les événements et personnages les plus importants de la tragédie qui avait tué autour de 500.000 personnes gitanes en Europe pendant la Seconde Guerre Mondiale. Il s’agit d’une initiative adressée à sensibiliser sur les conséquences de la haine et de l’exclusion, dans le cadre du projet européen MEM-ROM: Réflexion et mémoire du Samudaripen. Les images peuvent être téléchargées en haute résolution. Il faut clicker sur l’image et après clicker sur “sauver comme”. La exposición fotográfica itinerante SAMUDARIPEN, diseñada por la Federación Maranatha de Asociaciones Gitanas, podrá visitarse en Valencia (España), Cracovia (Polonia), Pescara (Italia) y Múnich (Alemania). Las imágenes pueden descargarse en alta resolución.

AUSCHWITZ_ une histoire complexe et tragique/ A tragic and complex story by David Bonnefoy. Einsatzgruppen. Les Einsatzgrüppen en Ukraine (Apocalypse seconde guerre mondiale) Mémoires des déportations 1939 - 1945. Histoire de l'Holocauste | Éducation | Musée de l'Holocauste Montréal. Ceci est un résumé du guide de référence Brève histoire de l’Holocauste. Les mots suivis d’une astérisque renvoient au glossaire du guide. Qu’est-ce que l’Holocauste? L’Holocauste (aussi appelé Shoah) est la persécution et l’assassinat systématique de 6 millions de Juifs, organisé par l’État nazi et ses collaborateurs de 1933 à 1945. En plus de commettre le génocide des Juifs, les nazis ont commis le génocide des Roms et des Sinti.

Ils ont aussi persécuté d’autres groupes tels que: les handicapés (programme T4), les homosexuels, les peuples slaves, les opposants politiques et les témoins de Jéhovah. Les communautés juives avant l’Holocauste* En 1939, les Juifs sont présents en Europe depuis plus de 2 000 ans et en Allemagne, ils représentent moins de 1% de la population totale du pays. La vie juive avant l'Holocauste (photos de l'activité Enquête dans les archives) Enfants juifs à la garderie, Paris, 1934.

Élie Dawang et ses parents à Paris, 1938. Juif d’Europe de l’Est avant l'Holocauste. Témoignage et engagement... l’Holocauste en bande dessinée. Depuis la Seconde Guerre mondiale jusqu’à nos jours, les productions plastiques qui traitent de la Shoah surprennent par leur diversité et leur originalité : roman graphique, comics de super-héros, manga, caricature, bande dessinée classique… Cette dernière fait l’objet d’une exposition Shoah en bande dessinée, tabou ou totem ?

Au Mémorial de la Shoah (jusqu’au 30 octobre 2017), qui rassemble plus de 200 planches dont énormément d’originaux et quelques œuvres numériques. Et pourtant, la bande dessinée a mis du temps pour s’emparer entièrement de la Shoah, délaissant pendant de nombreuses années le sort des Juifs en faveur d’une mise en scène de la libération des camps. "Après la guerre, il y a une médiatisation sur la libération des camps, puis une sorte de tabou. Ce n’est qu’à la fin des années 70 et des années 80 que la Shoah réapparaît en bande dessinée. " Lucie Servin, historienne et journaliste, dans Ping Pong. Enfin, en 1944, la bande dessinée française La Bête est morte !

L'histoire oubliée de l'internement des Tsiganes. Génocide et internement des Tsiganes. Le génocide des Tsiganes : une tardive reconnaissance. Home — Français. Interactive map: Nazi death camps. Dachau, the first camp. Auschwitz, where more than 1 million Jews, Roma (Gypsies), Poles, Soviet prisoners of war and others were killed. But as horrific as they were, they were only three camp complexes in a system of more than 850 ghettos, concentration camps, forced-labor camps and extermination camps that the Nazis established during the 12 years Adolf Hitler was in power.

By the end of World War II in 1945, the death camp system stretched from France and the Netherlands in the west to Estonia, Lithuania and Poland in the east. There were 20 main concentration camps, many of which had many subcamps, according to Geoffrey Megargee, the editor of the U.S. Holocaust Memorial Museum's Encyclopedia of Camps and Ghettos. Many of them combined the most dehumanizing and degrading characteristics of prison and slave labor camps.

There were also four main extermination camps -- Belzec, Chelmno, Sobibor and Treblinka -- devoted solely to killing everyone who passed through their gates. Les 100 mots de la Shoah. Tal Bruttmann, Christophe Tarricone, Les 100 Mots de la Shoah, éd. Que sais-je ? PUF, 2016, De quoi parle-t-on quand on utilise le vocabulaire de la Shoah ? Qui parle et d’où ? Les deux auteurs, Tal Bruttmann, historien, spécialiste des politiques antisémites en France durant la Seconde Guerre Mondiale ("La logique des bourreaux", "Auschwitz") et Christophe Tarricone, professeur agrégé et formateur au Mémorial de la Shoah font le pari de clarifier les usages de mots censés rendre imparfaitement compte de ce moment historique que Claude Lanzmann a qualifié d’indicible, entreprise ô combien difficile, puisque les premiers vocables ont d’abord été ceux des bourreaux, telles les nombreuses Aktion, la "Solution finale (du problème juif)"... la tristement célèbre LTI ("Lingua Tertii Imperii" ou "langue du IIIe Reich) qu’avait si bien caractérisé en son temps Viktor Klemperer.

Jusqu'au dernier : la destruction des juifs d'Europe. Ce que racontent les «rouleaux d’Auschwitz» Ce que l’on appelle les «Rouleaux d’Auschwitz» sont plusieurs documents de différentes natures, réalisés par des membres du Sonderkommando, ou unité spéciale, un groupe de prisonniers principalement juifs obligés de travailler dans les crématoriums d’Auschwitz-Birkenau.

(Les Rouleaux ont inspiré le film Le fils de Saul, Grand Prix du dernier Festival de Cannes et qui vient d’être nominé pour l’Oscar du meilleur film en langue étrangère.) Ces écrits furent enfouis dans le sol des crématoires en 1944. Entre 1945 et 1980, huit cachettes de documents de cinq auteurs identifiés ont été découvertes, la plupart du temps par hasard; peu de ceux qui en connaissaient l’existence avaient survécu. Comme le montre notre ouvrage publié récemment, Matters of Testimony: Interpreting the Scrolls of Auschwitz, les documents enterrés à Auschwitz permettent de voir sous un angle nouveau et primordial le Sonderkommando et les témoignages de la Shoah. Auschwitz-Birkenau State Memorial Museum. Bordeaux : rue par rue, la carte des enfants juifs raflés pendant la guerre. N peut désormais localiser sur internet l'endroit où habitaient en France les 11 458 enfants juifs déportés vers les camps de la mort. "La cartographie répertorie tous les enfants déportés de France", dit Serge Klarsfeld, inlassable militant de la connaissance de la Shoah, qui mène ce projet spectaculaire avec le professeur Jean-Luc Pinol de l'Ecole normale supérieure (ENS) de Lyon.

Pour certaines grandes villes, dont Bordeaux, la localisation est faite à l'adresse. Le site internet du projet permet donc à chacun d'entrer son adresse personnelle sur le site et de découvrir, souvent, que des enfants ont été arrêtés tout près, voire dans son propre immeuble. Ceux qui habitent près de la place de la Victoire, à Bordeaux, apprendront ainsi qu'au 246 rue Sainte-Catherine, habitaient 4 enfants juifs raflés et déportés : il s'agit de Rose, Renée et Henri Zellerkraut et de Riva Rudnitzki. Au 33, rue Saincric, non loin de là, habitaient Cécile et Gisèle Hausner. L'âge des enfants est précisé. Internement et génocide tsiganes: un week-end riche en évènements autour de la mémoire et des liens entre passé et présent. Les vendredi 27, samedi 28 et dimanche 29 mars 2015 seront exceptionnellement riches en évènements consacrés à la mémoire des persécutions et du génocide tsiganes à Paris, à Marseille et dans le petit écran. Avec notamment un colloque au Mémorial de la Shoah à Paris, des témoignages et des projections mais aussi des débats sur l’importance de la mémoire et du récit aux jeunes générations dans les luttes actuelles pour les droits des Roms et des gens du voyage, en France et en Europe.

LE VENDREDI 27 MARS, LA MEDIATHEQUE MATEO MAXIMOFF A PARIS accueillera à partir de 19H une soirée intitulée « TEMOIGNER, RESISTER », faisant ce lien essentiel entre le passé et le présent. Fresque au camp des Millescop. region PACA LE DIMANCHE 29 MARS, LE MEMORIAL DE LA SHOAH A PARIS consacre un après-midi de rencontres/témoignages au génocide des Sinti et Roms placés sous le signe à la fois de l’histoire et de la mémoire. Isabelle Ligner. Les Tsiganes dans l'Europe occupée : entre persécutions et génocide. Conférence-débat le Mercredi 19 octobre 2011 à 14h, au Lycée Buffon, [1] Affiche sur la conférence : Affiche conférence Tsiganes Les Tsiganes dans l’Europe occupée : entre persécutions et génocide R Gurême, J Duhem, MC Hubert, M Heddebaut Conférence de Marie Christine Hubert, Historienne et archiviste.

Présentation de documents sur la persécution et la déportation des Tsiganes du Nord-Pas de Calais et de Belgique par Monique Heddebaut, membre de la Commission historique du Nord, conseillère scientifique auprès du Musée de la Résistance de Bondues (Nord) et de Malines (Belgique). Le convoi Z du 15 janvier 1944, parti de Belgique, comptait 145 Tsiganes arrêtés dans le nord de la France. Sommaire de la Revue d’études juives du Nord : Raymond Gurême Raymond Gurême Raymond Gurême est né en 1925 à Meigneux en Seine et Marne. CR Interdit aux nomades Remonter en haut de la page. Mémoires tsiganes, l'autre génocide. Mémoires tsiganes, l’autre génocide. Mémoires Tsiganes, l’autre génocide, un film écrit par Henriette Asséo, Idit Bloch et Juliette Jourdan, réalisé par Juliette Jourdan et Idit Bloch, Kuiv Productions, 2011, 75 min. film "Mémoires tsiganes", Fata Dedic, Antoine Lagrené, Milka Goman, Willi Horwath, Ceija Stojka, André Pierdon Dans ce documentaire sur la persécution des Sinti et Roma sous le nazisme dans divers pays d’Europe occupés par les nazis, des témoins sont interviewés à partir d’une trame historique illustrée par des images d’archives.

Avec les frustrations liées à la défaite de novembre 1918, la recherche d’un bouc émissaire concerne d’abord les Tsiganes. On oublie leur enracinement et on en fait des citoyens à part, dangereux. Ce film combat l’idée d’« un peuple nomade sans patrie ». Ceija Stojka [2], autrichienne née en 1933, exprime par une peinture très colorée et violente, sa douleur de la déportation. Hugo Höllenreiner [5], de Munich, allait à l’école où il était traité de « Zigeuner ». “Les rescapés de la Shoah vivent intensément dans deux mondes”, Aharon Appelfeld. Aharon Appelfeld est reconnu comme l’un des plus grands écrivains israéliens. Nous avons rencontré l’auteur chez lui, à Jérusalem, pour l’interroger sur son rapport aux récits sur les camps nazis et sur sa vision singulière des survivants de la Shoah. « Un sorcier bienveillant. » C’est par cette formule que l’écrivain américain Philip Roth décrivait son ami Aharon Appelfeld il y a presque trente ans.

Et c’est bien un tel personnage qui nous ouvre la porte de son appartement de Rehavia, à Jérusalem, ce 2 mars 2015. Tout apaise chez le romancier né il y a 83 ans dans la même rue que Paul Ceylan, à Czernowitz (ancienne Roumanie) : sa voix lente, profonde et hypnotique, son extrême gentillesse. Mais aussi la rondeur de ses traits qui laissent deviner l’enfant qu’il était avant et pendant la Seconde Guerre mondiale. A 8 ans, le jeune Aharon est déporté avec son père dans un camp de Transnistrie. En réalité, après guerre personne ne parlait et personne ne posait de questions. C’est vrai.

Revue de Presse : Auschwitz | Aggiormento. Tal Bruttmann, Auschwitz, Paris, La Découverte, Repères, 2015, 128 p., 10€. A partir de l’ouvrage de Tal Bruttmann, Samuel Kuhn présente la particularité des témoignages des survivants de l’univers concentrationnaire qui ne peuvent dire l’indicible qu’indirectement, soit le massacre de 6 millions de Juifs, majoritairement mort à leur arrivée et à la descente du train. L’ouvrage de Bruttman est présenté de la manière suivante : «Le texte, serré, est accompagné de 4 tableaux, 5 cartes et 22 encadrés. La cartographie est, à elle seule, une histoire d’Auschwitz qui permet de saisir aussi bien l’évolution des espaces des multiples camps qui composent l’ensemble, que de mesurer la complexité des politiques qui y furent à l’œuvre.

Les tableaux donnent à voir en un coup d’œil les bilans chiffrés issus de décennies de travail par les historiens. «Auschwitz est […] un lieu atypique, le seul de tous les centres de mise à mort, où fut opérée la « sélection » (p.48-49). WordPress: J'aime chargement… Auschwitz. Shoah 1985 Part 2 - Full War Movies. Nuit et brouillard Soldier 2012 Full Movie Part 1/16. L'internement des Tsiganes en France (1940-1946) Commémorations: N'oublions pas les victimes tsiganes et homosexuelles du nazisme.

27 janvier 1945 : Auschwitz libéré, mais pas tous ses prisonniers. Le jour où les alliés découvrent les camps. Auschwitz : le plus grand centre de mise à mort. Avant la libération d'Auschwitz, l'horreur de la Shoah filmée par les Soviétiques, des images inédites à découvrir au Mémorial de la Shoah. Soixante-dix ans après l'horreur d'Auschwitz, « plus jamais ça » Collection Sur les lieux : Auschwitz-Birkenau, conserver les camps de la mort. Les deux albums d'Auschwitz. Se souvenir d’Auschwitz, sur France Info. Sonderkommando Auschwitz-Birkenau. Auschwitz-Birkenau Virtual Tour - Auschwitz-Birkenau - Wirtualne zwiedzanie.

TE extermination. La Shoah. 3H4 (3) : Le génocide juif et tzigane. La Seconde Guerre mondiale - La solution finale. Untitled Document. Ressources et informations sur les témoignages en français. Plans d'Auschwitz solution finale himmler. Auschwitz : les profondeurs de l'abîme. Shoah. Onac. Mémoire Juive et Education. Le camp de Bergen-Belsen où Anne Frank trouva la mort.

Histoire des Juifs.com - Le protocole de la conférence de Wannsee - Document.