background preloader

2. Droits et devoirs du citoyen

Facebook Twitter

Petite et grande histoire du féminisme en bande dessinée. Le dessous des cartes. Régionales 2015 : il faut rendre le vote obligatoire et vraiment reconnaître le vote blanc. Un bureau de vote à Saint Malo du Bois, le 13 décembre 2015 (S.

Régionales 2015 : il faut rendre le vote obligatoire et vraiment reconnaître le vote blanc

SALOM-GOMIS/SIPA). L’abstention a été de 50% au premier tour et de 40% au second. Comme les élections européennes et départementales avant elles, ces élections régionales ont donc été marquées non pas par une vague brune, mais avant tout par une vague blanche. Cette vague blanche ne doit surtout pas être balayée d’un revers de main, avec paresse intellectuelle et dans un sourire moqueur, comme un "parti des pêcheurs à la ligne". Il faut s’y arrêter et la regarder comme ce qu’elle est : un rejet du système. La démocratie représentative est en danger L’on refuse d’aller voter quand on considère que ça ne sert à rien, que ça ne change rien, et que la vie politique est un théâtre vain qui ne saura jamais améliorer notre propre existence.

Or, l’existence de pareilles vagues blanches pose problème pour le maintien de notre démocratie représentative. Face à ce péril civique, il faut s’interroger sur la nature même du vote. Pourquoi nous approchons de la fin de la frontière entre les sexes  EGALITE - Lors des récentes controverses autour de la notion de genre, deux positions se sont fait face.

Pourquoi nous approchons de la fin de la frontière entre les sexes 

Du côté des féministes, la volonté de lutter contre les stéréotypes qui enferment les filles et les garçons dans des rôles déterminés. Du côté opposé, la crainte de voir la complémentarité entre les sexes remise en cause et, avec elle, le modèle de la famille traditionnelle. J'ai été comme beaucoup frappée par la virulence de cette contestation et par la facilité avec laquelle elle a fait fléchir nos gouvernants sur un dispositif qui n'était que de bon sens. Avec le recul, ce que je retiens de tout cela, c'est la preuve par l'évidence de ce que quelque chose d'important est en train de se produire relativement à l'immémoriale division sexuée du genre humain.

En investissant massivement la société, dans tous les secteurs et à tous les échelons, les femmes ont mis un terme au monopole masculin du pouvoir. Il y a soixante-dix ans... les 33 premières femmes élues députées. Elles s’appelaient Mathilde Gabriel-Péri, Emilienne Galicier, Irène Laure, Germaine Peyroles ou Madeleine Braun, premières femmes de l’Histoire à monter au «perchoir».

Il y a soixante-dix ans... les 33 premières femmes élues députées

Elles étaient infirmières journalistes, sténodactylo, institutrices, secrétaires… Ou même ouvrière en chocolaterie-confiserie ! Dix-sept communistes, six socialistes, neuf membres du Mouvement républicain populaire (MRP) et une du Parti républicain de la liberté (PRL). Elles étaient 33. Il y a soixante-dix ans, le 21 octobre 1945, ces femmes étaient élues députées. Une double première : des candidates et des électrices dans un scrutin national. Quelques mois plus tôt, le 29 avril, les électrices avaient voté pour la première fois, à l’occasion des élections municipales. Une seule est encore vivante, qui va fêter ses 100 ans Une seule est encore vivante, Raymonde Nédelec, qui fêtera jeudi ses 100 ans. Laure Equy. Les femmes veulent avoir leur place en politique - right on. Je suis pour le vote obligatoire - Didier Guillaume. Alain Duhamel : "Rendre le vote obligatoire n'est pas une bonne idée" Une (rapide) histoire du droit de vote.

Webmagazine L'Hérault au jour le jour - le journal du Département. CNIDFF AfficheEvolutionDroit. Infographie - Journée des droits des femmes - Où en est l'égalité hommes-femmes ?Ask Media Le Blog – Agence Infographies. TimelineJS Embed. Historique du droit des femmes - Info femmes. L'histoire des droits de la femme. Pourquoi les Etats-Unis n'ont-ils toujours pas ratifié la Convention internationale des droits de l'enfant ? Le 20 novembre 1989 à New York, l’Assemblée Générale des Nations Unies adopte la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE).

Pourquoi les Etats-Unis n'ont-ils toujours pas ratifié la Convention internationale des droits de l'enfant ?

Vingt-cinq ans plus tard, ce jour est devenu Journée mondiale de l’enfance en France, et la CIDE a été ratifiée par 193 Etats. Deux ne l’ont pas signée, le Soudan du Sud et la Palestine, du fait de leur statut ambigu au sein de la communauté internationale. Deux autres l’ont seulement signée, sans la ratifier. C’est le cas de la Somalie, mais aussi des Etats-Unis, troisième pays le plus peuplé au monde, et première puissance mondiale.

De quoi s’interroger. Oui à la signature, non à la ratification Ce n’est pas pour rien si l’on distingue signature et ratification. “La signature est un simple engagement politique. La convention internationale des droits de l'enfant. Droits de l’enfant. La Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE) est un traité international rédigé sous l’égide de l’ONU.

Droits de l’enfant

Elle a été adoptée par les Nations Unies le 20 novembre 1989. Ce traité a pour objet de reconnaître, de respecter et de protéger les droits des enfants aux travers de droits civils, économiques, politiques, sociaux et culturels. Cette Convention concerne tous les enfants du monde jusqu’à leur 18 ans, sans aucune discrimination. 20e anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant. Connaître la Convention Internationale des Droits de l'Enfant (CIDE) Il fut un temps où l’enfant n’était visiblement pas vraiment considéré comme un enfant, où n’étaient pas reconnues les spécificités liées à son jeune âge.

Connaître la Convention Internationale des Droits de l'Enfant (CIDE)

De cette nécessité de rendre incontestable la condition particulière de l’enfance et de protéger les droits des plus jeunes, est née la Déclaration des Droits de l’Enfant (CIDE), une déclinaison des droits de l’homme tels que prévus par la déclaration universelle des droits de l’homme. Proclamée par l’ONU le 20 novembre 1989, la quasi-totalité des pays du monde l’ont signée et ratifiée. Au total, 54 articles énoncent des droits civils, sociaux, économiques, politiques et culturels prenant en compte les spécificités de l’enfance. L’ensemble des droits tournent autour de 4 principes : La non-discriminationL’intérêt supérieur de l’enfantLe droit à la vie, à la survie et au développement (droit à une identité, aux soins, à l’éducation, à être protégé…)Le respect de l’opinion de l’enfant. Pour en savoir plus : La Convention : texte adapté aux enfants.

La Convention internationale des droits de l'enfant Texte adapté aux enfants Article 1 : définition de l'enfant La convention te concerne si tu as moins de 18 ans (sauf si ton pays t'accorde la majorité plus tôt).

La Convention : texte adapté aux enfants

Article 2 : Tu as droit à la non-discrimination Tous les droits énoncés par la Convention doivent t'être accordés ainsi qu'à tous les autres enfants, filles et garçons, quelle que soit leur origine ou celle de leur parents. Les États s'engagent à ne pas violer tes droits et à les faire respecter pour tous les enfants. Article 3 : Tu as droit au bien-être 1) Toutes les décisions qui te concernent doivent tenir compte de ton intérêt. 2) L' État doit te protéger et assurer ton bien-être si tes parents ne peuvent le faire. 3) L' État est responsable des institutions (école, police, justice...) chargées de t'aider et de te protéger.

Article 6 : Tu as droit à la vie et au développement 1) Comme tout enfant, tu as droit à la vie 2) L' État doit assurer ta survie et ton développement. Convention internationale des Droits de l’Enfant (CIDE) QCM sur le droit de vote. Le droit de vote.