background preloader

Liberté d'expression

Facebook Twitter

Liberté d'expression, éducation aux médias et à l'information à la lumière du cours de Lettres. Pouvez-vous nous expliquer comment vous faites vivre cette éducation aux médias et à l’information en tant qu’enseignant de Lettres à l’échelle d’une séance ? D’une séquence ? D’un projet ? Le projet "classe médias" au collège Pablo Picasso a vu le jour à la rentrée 2014.

L'objectif de ce projet est de rassembler les élèves et l'équipe pédagogique de la classe autour d'un fil conducteur : la veille et le décryptage médiatiques. Certains échanges en classe ont mis au jour le crédit accordé à de nombreuses publications sur la toile, en particulier les publications complotistes. A moins que le professeur connaisse parfaitement le dossier en question (ce qui est très rarement le cas !) , il ne s'agit pas de débattre du bien-fondé et de la véracité de ces théories, mais plutôt de permettre aux élèves d'affûter leur esprit critique et de prendre du recul par rapport à ce qu'ils entendent, lisent et voient. La séquence s'intitule "Comme par hasard... " et s'articule autour de deux objectifs :

Du Charivari à Charlie Hebdo, l’histoire mouvementée du dessin de presse | la revue des médias. Tollé sur les réseaux sociaux, excuses du Monde, démission de Xavier Gorce… En deux jours, un dessin sur l’inceste qui, en d’autres temps, serait passé inaperçu, est devenu « l’affaire Gorce », posant à nouveau la lancinante question : peut-on rire de tout ? Dans les années 1960-1970, les dessinateurs de Hara Kiri et de Charlie Hebdo répondaient en se moquant de tout et de tout le monde, les morts, les infirmes, les grabataires, les cancéreux, faisaient méthodiquement exploser les tabous, sans se demander si cela blessait quiconque.

Pourtant, en 2021, et malgré les odes à la liberté d’expression et les #JeSuisCharlie répétés en boucle, la réponse n’est toujours pas tranchée. Au fond, le cas Gorce renvoie à la nature même de la caricature et aux barrières — juridiques, morales, sociales —qui se sont dressées devant elle au cours de son histoire. Une machine à désacraliser La caricature est très ancienne. Une du Charivari du 27 février 1834, qui annonce un procès contre le journal. Liberté d'expression : trois vidéos pour comprendre. La liberté d’expression, qu’est-ce que cela veut dire ?

Voici trois vidéos pour que le débat sur ce qui peut être dit ou pas se situe sur des bases claires. Cet article fait suite au terrible assassinat d’un professeur d’histoire-géographie par un jeune homme de 18 ans, ce vendredi. L’enseignant du collègue Bois d’Aulne à Conflans-Sainte-Honorine avait montré à ses élèves les caricatures du prophète Mahomet lors d’un cours sur la liberté d’expression. Voici trois vidéos, qui chacune avec un angle différent, expliquent ce que signifie la liberté d’expression et pourquoi il est important de la défendre quand elle est menacée. Tu peux aussi lire notre article : « liberté d’expression et réseaux sociaux : ce que je peux dire ou pas« . Rappel : La liberté d’expression est une liberté fondamentale. 1 jour, 1 question Médiatropismes Les Clés des médias. Préparer la journée hommage du 2 novembre -

Suite à l’événement tragique que nous avons vécu le 16 octobre dernier et qui a coûté la vie à un enseignant, l’émotion et l’incompréhension ont été vives. Des questions restent en suspens et pourtant chacun s’efforcera de trouver les mots justes pour accompagner les élèves. L’hommage prévu pour le retour en classe lundi 2 novembre se déclinera en un moment de recueillement, d’accueil de la parole et d’échanges autour des principes républicains. De quelle manière aborder ces faits violents avec des enfants d’école primaire ? Quelles ressources sont à la disposition des enseignants pour enseigner ? L’équipe d’EMC, partageons !

Rentrée 02 novembre 2020. Que s'est-il passé le 16 octobre 2020 ? Quiz sur les Valeurs de la République ? Ses élèves parlent de lui... A quoi ça sert la caricature ? C'est quoi la liberté d'expression ? La laïcité, de quoi on parle ? Que s'est-il passé le 16 octobre 2020 ? C'est quoi la liberté d'expression ? Quiz sur les Valeurs de le Ré - vidéo-quiz - Les valeurs de la RépubliqueLes quiz de l'ina - Cycle...Ina.fr - video-quiz - Les valeurs de la République A quoi ça sert la caricature ? La laïcité, de quoi on parle ? Dessins de presse et liberté d'expression : sélection de ressources - CLEMI. Liberté d'expression | Documentation. La liberté d'expression est consacrée parmi les "droits naturels et imprescriptibles de l'homme" dans la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, plus précisément dans son article 11 : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi ».

Derrière cet article se retrouvent tous les enjeux liés à la liberté d'expression : depuis ce texte fondateur, nos sociétés ont eu à arbitrer entre la nécessité que cette liberté s'exprime pour chacun et en toutes circonstances pour garantir le pluralisme sans lequel elle n'existe pas et la question des limites à lui donner pour éviter des dérives violentes, sectaires et finalement liberticides. Caricatures : des clés pour les parents et enseignants. Savez-vous que le mot « caricature » vient du gaulois carrus, char, mot qui a donné en latin populaire le verbe caricare, charger, exagérer ? La Bibliothèque nationale de France éclaire cette étymologie dans une Rapide histoire de la caricature mise ligne cette semaine avec une série de ressources documentaires autour de ce sujet d’actualité. → À LIRE. Hommage à Samuel Paty : les profs d’histoire face à l’Histoire Ces liens illustrés par de nombreuses estampes et dessins de presse sont destinés en priorité aux professeurs de l’Éducation nationale invités par le ministère à prévoir « un temps pédagogique en novembre autour des valeurs de la République et de l’école » après l’assassinat de Samuel Paty, décapité pour avoir montré des caricatures du prophète Mohammed dans un cours sur la liberté d’expression.

Cependant, ils intéresseront aussi un plus large public, parents désireux de compléter leur information sur ce sujet sensible, passionnés d’histoire, étudiants curieux… → DEBAT. Un bal tragique : le jour où « Charlie Hebdo » est né. À quoi Georges Bernier peut-il bien penser en ce matin du mardi 10 novembre 1970, quand il se rend rue de Flandre ? À quoi peut bien penser cet homme de 40 ans, dont la vie épaisse l’a mené de son village d’Aubréville, dans la Meuse, aux rizières d’Indochine, où il s’engagea à la fin des années 1940, répondant à l’appel d’une armée française en manque de soldats pour défendre cette vieille colonie d’Extrême-Orient ? Peut-il un instant s’imaginer que, dans les heures et les jours à venir, un bal tragique bouleversera son histoire personnelle, mais aussi l’histoire de la presse française et finalement l’histoire de France tout court ?

Peut-il envisager que la mort d’un vieux général entraînera la naissance d’un nouveau journal, « Charlie Hebdo » ? En ce matin du 10 novembre 1970, Georges Bernier pense plutôt, encore et toujours, à « Hara-Kiri », ce mensuel « bête et méchant », qu’il cofonda il y a dix ans avec Cavanna. . « Bête et méchant », comme la civilisation moderne.