background preloader

Consommation

Facebook Twitter

[Publi] M6 Publicité présente les résultats de son étude Tendances :" Consommation, Comportement, Télévision : quelles sont les tendances émergentes de 2014 ? " Cette étude, réalisée par les équipes marketing du Groupe M6 (programmes, veille internationale...), en partenariat avec le cabinet Peclers Paris, est un outil de décryptage et de prospective des nouvelles tendances de société.

[Publi] M6 Publicité présente les résultats de son étude Tendances :" Consommation, Comportement, Télévision : quelles sont les tendances émergentes de 2014 ? "

Le Groupe M6 se nourrit de cette expertise pour proposer des programmes qui répondent, toujours plus aux attentes des téléspectateurs. Chaque année, cette étude interne est partagée avec nos annonceurs, en recherche constante d'inspiration, d'idées créatives et d'exemples pour les nourrir dans leur réflexion marketing. 2014 confirme la volonté de renouveau et de reconstruction amorcée en 2013 et va plus loin en questionnant tout ce que nous connaissons. Faire ses courses. L'alimentation, une consommation pas comme les autres. La cuisine contemporaine a vécu une révolution agroalimentaire, liée à l’exportation mondiale des produits et à leur industrialisation.

L'alimentation, une consommation pas comme les autres

Mais elle connaît aussi en réaction une forte valorisation d’une cuisine domestique, conviviale et diversifiée. La plus grande partie des produits que nous mangeons aujourd’hui nous arrive transformée par l’industrie. Ceux qui viennent encore directement de l’agriculture sont eux aussi de plus en plus emballés, conditionnés, préparés. Dans les années 1980, l’agroalimentaire est devenu – et demeure – le premier secteur industriel français (1).

Au terme de cette révolution, l’alimentation est devenue une industrie et un marché de consommation de masse, les mangeurs sont devenus des consommateurs. Dans les années 1950, la France est encore un pays essentiellement rural : un bon quart de la population active vit de l’agriculture. Comment se diffusent les modes. Longtemps dictée par les élites, se diffusant en direction des milieux plus modestes, la mode est devenue un phénomène imprévisible, venu aussi bien de la culture de la rue que des choix de chacun.

Comment se diffusent les modes

Chaque année, des tonnes de vêtements circulent de par le monde. Des marchés africains s’étendant sur de gigantesques superficies aux boutiques luxueuses des quartiers les plus branchés de New York, Londres, Tôkyô ou Paris, l’appétit de nos contemporains pour l’habillement et les accessoires dont chacun choisit de se parer est insatiable. L’industrie de la mode représente 6 % de la consommation mondiale, tous secteurs confondus, devant celle de l’automobile (4 %) et des équipements et services de télécommunication (3 %) (1).

Les marques sont des reliques modernes» La valeur économique d’une marque découle aujourd’hui des affects qu’elle suscite auprès des consommateurs, affects qui sont scrutés et gérés par les départements marketing.

Les marques sont des reliques modernes»

Les marques, avance le sociologue Adam Arvidsson, sont aujourd’hui l’équivalent d’objets religieux. Leur valeur découle essentiellement de leur « capital éthique », c’est-à-dire des affects qu’elles suscitent auprès des consommateurs. Et le but des spécialistes du marketing consiste à entretenir et gérer des communautés affectives autour des marques et de l’expérience de vie qu’elles suggèrent.

La consommation : penseurs et courants. À part quelques auteurs classiques – de Marx à Baudrillard –, la consommation est longtemps restée ignorée des sciences humaines.

La consommation : penseurs et courants

Depuis une trentaine d’années, les études se sont diversifiées. Mode, luxe, tourisme, alimentation, consommation culturelle…, de nombreux thèmes ont été développés dans les différentes disciplines : histoire, psychologie, sociologie, économie, sémiologie, anthropologie… Aujourd’hui, le champ des « consumers studies » offre toute une variété d’études spécialisées. Les penseurs ♦ Marx et le fétichisme de la marchandise. Vices et vertus de la société de consommation.

Depuis son origine, la consommation a été l’objet de critiques récurrentes, tantôt associée à un gaspillage coupable, tantôt considérée comme aliénante.

Vices et vertus de la société de consommation

Le consomm'acteur d'hier à aujourd'hui. Des premières ligues du XIXe siècle aux acteurs du commerce équitable d’aujourd’hui, les consommateurs ont toujours été appelés à se mobiliser, avec pour ligne d’horizon la figure du consommateur citoyen. « Devenez consomm’acteurs !

Le consomm'acteur d'hier à aujourd'hui

», « La consomm’action a le vent en poupe ! », titrent actuellement magazines, sites Internet et guides d’achat. À en croire ces publications, deux figures que l’on oppose souvent seraient sur le point de se réconcilier : le consommateur et le citoyen. La consommation à l'heure du tournant écologique. Les modes de consommation des Français se sont transformés au cours des trente dernières années.

La consommation à l'heure du tournant écologique

Cependant, de nouvelles exigences environnementales sont à prendre en compte. L’évolution du pouvoir d’achat est devenue en quelque temps l’un des sujets de préoccupation majeurs des Français. La crise financière internationale n’a certes rien fait pour les rassurer : elle devrait engendrer en 2010 une décroissance de la consommation, événement exceptionnel qui ne s’est produit qu’une seule fois au cours du dernier demi-siècle, en 1993. Combiné à la lutte contre le réchauffement climatique, le choc pourrait se révéler d’une importance comparable à celui qui, dans la seconde moitié des années 1970, a marqué la fin des trente glorieuses. Cela fait cependant un certain temps que la consommation tourne au ralenti. Consommer en temps de crise. Low cost, achats d’occasion ou groupés, location, troc… Les consommateurs développent de nouvelles stratégies auxquelles les industriels cherchent à s’adapter.

Consommer en temps de crise

Ce faisant, une modification durable des modes de consommation s’opère. Baisse du pouvoir d’achat, crainte du chômage, incertitudes quant à l’avenir… Les Français n’ont d’autre choix que de s’adapter. Différentes « solutions » s’offrent – ou s’imposent – à eux : consommer moins, moins cher, « mettre la main à la pâte » ou encore partager. En temps de crise, dépenser moins se révèle un impératif pour beaucoup ; l’augmentation des dépenses dites « contraintes » ou « préengagées » limite les marges de manœuvre. Vintage : c'était mieux avant.