background preloader

La Venus hottentote

Facebook Twitter

Portail:Histoire de l'art. [Restitution de la Vénus Hottentote à l'Afrique du Sud par la France] Saartjie Baartman. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saartjie Baartman

Pour les articles homonymes, voir Vénus. Portrait de Saartjie à côté d'une goura. Saartjie Baartman, de son vrai nom Sawtche, surnommée la « Vénus hottentote », serait née aux abords de la Gamtoos River (Cap-Oriental) aux alentours de 1789 dans l'actuelle Afrique du Sud au sein du peuple Khoïkhoï (Khoïsan), le plus ancien de la région sud de l'Afrique. Elle meurt à Paris le . Son histoire, souvent prise pour exemple, est révélatrice de la manière dont les Européens considéraient à l'époque ceux qu'ils désignaient comme appartenant à des « races inférieures[1] ». Histoire[modifier | modifier le code] Issue d'un métissage des ethnies sud-africaines Khoïkhoï du côté de son père et Bochiman du côté de sa mère, Sawtche est asservie dès sa petite enfance avec ses trois frères et deux sœurs par des fermiers Boers.

Angleterre[modifier | modifier le code] « A Pair of Broad Bottoms » (une paire de fesses étrangères), caricature de William Heath, 1810. Afrique du Sud - Le long voyage de la Vénus hottentote. La «Vénus hottentote» devrait enfin connaître une sépulture décente dans son pays natal, l’Afrique du Sud.

Afrique du Sud - Le long voyage de la Vénus hottentote

La jeune femme est morte à Paris en 1816, à l’âge de 27 ans, après y avoir été exhibée comme une bête curieuse. Aujourd’hui, elle est en Afrique du Sud le symbole de l’humiliation subie par son peuple durant la colonisation. Le parlement français a donné son feu vert jeudi au retour de sa dépouille en Afrique du Sud. On la surnomme la «Vénus hottentote». Cette jeune femme, également connue sous le nom hollandais de Saartjie Baartman, est morte à Paris en 1816 après y avoir été exhibée tel un animal de foire et objet de curiosité sexuelle. Saartjie Baartman est née en 1789, dans une Afrique du Sud sous domination boer, sur les bords de la rivière Gamtoos. Mais un long calvaire commence pour Saartjie. Au delà de son succès populaire, la jeune fille, âgée d’une vingtaine d’années, éveille l'intérêt des scientifiques. L’histoire de la Vénus Hottentote. La « Vénus hottentote », de son vrai nom Sawtche, est née en 1789.

L’histoire de la Vénus Hottentote

L’année de la Déclaration des Droits de l’Homme. Elle est fille d’un père khoisan et d’une mère bochiman. Atteinte de stéatopygie (fesses surdimensionnées) et de macronymphie (organes sexuels protubérants), Sawtche devient rapidement un objet de curiosité, mais aussi de convoitise. Rapport sur la proposition de loi " autorisant la restitution par la France de la dépouille mortelle de Saartjie Baartman, dite 'Vénus hottentote"", à l'Afrique du Sud" Document mis en distribution le 7 février 2002 Enregistré à la Présidence de l'Assemblée nationale le 30 janvier 2002.

Rapport sur la proposition de loi " autorisant la restitution par la France de la dépouille mortelle de Saartjie Baartman, dite 'Vénus hottentote"", à l'Afrique du Sud"

Vénus hottentote : une "rue Cuvier" à Paris est-elle opportune? La Vénus hottentote © DR Pourquoi poser la question de l'opportunité d'une rue Cuvier à Paris aujourd'hui?

Vénus hottentote : une "rue Cuvier" à Paris est-elle opportune?

Sans doute en raison de la force des images et, en particulier, de celles du cinéma. D'une certaine façon, la sortie du film Vénus noire d'Abdellatif Kechiche, le 27 octobre 2010, change tout. En effet, le rôle joué par Georges Cuvier (1769-1832) dans la dramatique histoire de Saartjie Baartman, femme originaire du Cap connue sous le surnom de Vénus hottentote, se retrouve mis en pleine lumière par le film.

Et un tel spectacle conduit à s'interroger sur la façon dont nous affichons aujourd'hui, dans les rues de Paris, notre mémoire de ce scientifique. Affiche du film "Vénus noire" d'Abdellatif Kechiche (2009) © MK2 A la base de ce travail, la "loi" de subordination des organes. Georges Cuvier (1769-1832) ©Radio France. Un producteur de France Culture veut débaptiser la “rue Cuvier” de Paris. C’est la dernière mode : juger le passé avec les critères du présent.

Un producteur de France Culture veut débaptiser la “rue Cuvier” de Paris

A ce compte-là, tous les socialistes des années 1900 sont condamnables car colonialistes, et bon nombre des responsables politiques français de l’histoire sont racistes, etc. Le dernier en date à en faire preuve de cet anachronisme moralisant est un producteur de France Culture, Michel Alberganti, qui voudrait que la rue Cuvier de Paris soit débaptisée, parce que, voyez-vous, M.

Cuvier était négrophobe… Michel Alberganti, journaliste, écrivain et producteur à France Culture, tient un blog sur le site de France Culture. Il y appelle de façon à peine voilée à débaptiser la rue Cuvier à Paris, sous prétexte que celui-ci était négrophobe, comme le rappelle le film Vénus Noire qui vient de sortir : “D’une certaine façon, la sortie du film Vénus noire d’Abdellatif Kechiche, le 27 octobre 2010, change tout. M. “On ne voit au contraire, dans toutes les annales du peuple hébreu, aucune action généreuse. Même si M.