background preloader

Naître autrefois

Facebook Twitter

Société d'Histoire de la Naissance - Histoire de la naissance en Occident (XVIIe - XXe siècles) C’est d’abord aux XVIIe et XVIIIe siècles, l’apparition d’abord timide, puis décidée, des hommes accoucheurs.

Société d'Histoire de la Naissance - Histoire de la naissance en Occident (XVIIe - XXe siècles)

Au XIXe siècle, les développements de l’obstétrique, de l’anesthésie et de l’hygiène changent les conditions d’accueil dans les hôpitaux et conduisent au XXe siècle au basculement définitif de la majorité des accouchements du domicile vers le milieu hospitalier, qui aboutit à une médicalisation totale de la naissance. La naissance traditionnelle jusqu’au XVIIIe siècle Pendant des siècles, les naissances ont lieu à la maison dans un espace quotidien : événement hors du commun malgré sa fréquence, l’accouchement, tout comme la mort, se passe là où vit au jour le jour et depuis des années, une lignée familiale, dont le destin s’identifie à une maison, à un village, dont on fait partie et d’où l’on ne bouge guère.

Encadré 1 Modèle de serment, proposé par l’Eglise en 1786 pour les sages-femmes formées à l’Hôtel Dieu de Paris : Encadré 2 La médicalisation de la naissance au XIXe siècle. Naître en France du XVII au XXème siècles. Histoire de la naissance du XVIIe au XXe siècle. Histoire de l'avortement. L’avortement est de tous les temps de l’histoire : très pratiqué dans l’Antiquité (il est utilisé conjointement avec l’abandon, comme méthode de régulation des naissances), il n’a sans doute pas régressé pendant le Moyen Âge chrétien et les siècles classiques, même si l’ampleur de sa pratique est difficile à évaluer, car il est le plus souvent secret et clandestin.

histoire de l'avortement

A la différence de l’infanticide, il laisse peu de traces, sauf quand la femme en meurt ou quand il est réprimé. L’histoire de l’avortement évolue au cours des temps, au rythme des mutations sociales et mentales, et en lien avec les possibilités techniques et scientifiques de chaque époque. Incertitudes sur les débuts de grossesse jusqu’au XVIIIe siècle Caractériser un avortement dans les premières semaines d’une grossesse a longtemps été impossible, car la plupart des femmes d’autrefois ignorent quand elles sont devenues enceintes.

Un avortement au XVIIIe siècle : le temps du secret.

Obstétrique

Sur la naissance.

à prendre avec quelques pincettes, mais intéressant – pixis

1684 - 1789 - Sages-femmes et curés en Saintonge, Aunis et Angoumois. Qu’un ecclésiastique dispense des cours d’obstétrique à des accoucheuses et les soumettent à une sorte d’examen de moralité, assorti de la vérification de leurs compétences d’ailleurs très aléatoires, peut de nos jours paraître surprenant. Mais au XVIIe siècle les autorités civiles et religieuses étaient confrontées à un double problème : la mortalité infantile et celle des femmes en couches. Naissance autrefois à la maison. Un landau d’avant 1940 Photo Herbreteau M.

naissance autrefois à la maison

“Lorsque l’enfant paraît le cercle de famille applaudit à grands cris”... Victor Hugo L’annonce de l’arrivée d’un enfant dans une famille était une joie et les grandes familles étaient nombreuses au moins jusqu’à la moitié du siècle dernier (1950). La future maman confectionnait elle-même des petites chemises en batiste de fil, ou tricotait des brassières, des petits chaussons, des petits vêtements. Quand les premières douleurs s’annonçaient, un homme de la maison partait chercher la sage-femme ou au besoin le docteur, (il n’y avait ni téléphone ni auto, mais parfois une voiture à cheval). Le bébé se faisait souvent attendre et lorsqu’il se montrait, au prix de grandes douleurs pour la maman, la sage-femme annonçait le sexe, puis procédait à la toilette du nouveau- né, sans cesser toutefois de surveiller la maman, par crainte de possibles hémorragies, ou autres complications.

Parents et amis venaient admirer le nouveau-né et “arroser la naissance”. Histoire naissance de Renaissance à 1914. Venir au monde dans la France d'autrefois.