background preloader

Pour en finir avec le Tourimse !

Facebook Twitter

Le tourisme est devenu un truc de gros cons narcissiques. Il y a quelques années, je suis tombé sur un couple de Canadiens en Patagonie.

Le tourisme est devenu un truc de gros cons narcissiques

Chaque étape de leur voyage avait été ponctuée d'un heureux hasard. Ils étaient arrivés au parc national Los Glaciares au moment où un pont de glace se formait sur le glacier Perito Moreno, un événement qui ne se produit qu'une fois tous les dix ans. Sur la péninsule Valdès, ils ont vu un cortège de baleines s'échouer de lui-même pour chasser des bébés otaries – deux semaines auparavant, j'y étais resté pendant six heures sans rien apercevoir d'autre qu'une nageoire.

Quand je leur ai demandé de résumer leur expérience, leur réponse s'est faite plutôt brève : Monde. Link. Le tourisme a-t-il tué l’esprit du voyage? J’ai rencontré il y a quelques jours le sociologue Rodolphe Christin, pour une interview.

Le tourisme a-t-il tué l’esprit du voyage?

Il est l’auteur de Manuel de l’antitourisme, aux éditions Yago. Un petit livre “poil à gratter”, dans lequel il nous invite à redonner du sens à nos voyages. Touriste ou voyageur ? Mon papier est paru ce samedi dans Ouest-France. Veille - Réseau de veille en tourisme » Réseau de veille en tourisme. Rachid Amirou, le gourou méconnu de Michel Houellebecq.

Centre de Recherche sur la Littérature de Voyages. L’imaginaire touristique / Revue Espaces et sociétés. Rachid Amirou : L’imaginaire touristique (CNRS Editions) / Revue Espaces et sociétés N° 148-149 Dossier l’espace des classes moyennes (Erès) Rachid Amirou : L’imaginaire touristique (CNRS Editions) C’est un livre qui est devenu, depuis sa première publication en 1995, un classique de la sociologie du tourisme, un champ de recherche qui s’est développé depuis lors mais où il faisait à l’époque figure de pionnier.

L’imaginaire touristique / Revue Espaces et sociétés

Pourquoi voyageons-nous ? Jean-Didier Urbain Le touriste n’est pas cet individu un peu rustre et moutonnier que l’on dépeint si souvent.

Pourquoi voyageons-nous ?

C’est un voyageur complexe qui transporte avec lui ses désirs et ses rêves. Ses façons de voyager en disent long sur notre société et notre époque. Sociologie Du VoyageRoad Calls. Je viens de tomber sur un article écrit par un confrère blogueur.

Sociologie Du VoyageRoad Calls

Cet article me fait instantanément me dire : les voyageurs modernes sont des trouillards. Des flippés. J’explique pourquoi je dis ça dans les lignes qui viennent, mais avant je vous situe le contexte. Dans son article, l’auteur revient sur les stats des voyageurs qui partent autour du monde. Mots clés sociologie voyage. Rachid AMIROU, Imaginaire touristique et sociabilités du voyage. Épistémologie des études touristiques. Edited by Lucie K.

Épistémologie des études touristiques

Morisset Publication Year: 2012 Cet ouvrage met en question les enjeux épistémologiques du tourisme. Ne concevant pas le travail sur le tourisme et le travail dans le tourisme en vases clos, les auteurs présentent l’objet touristique à partir de divers champs disciplinaires, que ce soit la géographie, la science politique, l’ethnologie, la sociologie, l’économie ou le droit.

Published by: Presses de l'Université du Québec. 038317fo. Imaginaire tour sociabilites. Sociologie du tourisme - Saskia COUSIN, Bertrand RÉAU. Qu’est-ce que le tourisme ?

Sociologie du tourisme - Saskia COUSIN, Bertrand RÉAU

Né au XVIIe siècle avec le Grand Tour aristocratique, ce phénomène touche aujourd’hui toutes les sociétés. Plébiscité comme un outil de développement économique, dénoncé comme un nouveau colonialisme, il est au cœur des débats sur la mondialisation de la culture. Alors que près de 40 % des Français ne partent pas en vacances, les mobilités de loisirs sont aussi un révélateur des inégalités. Comment penser ensemble les dimensions sociales, culturelles et politiques de ce « fait social total » ?

Croisant les apports de la sociologie et de l’anthropologie, cet ouvrage analyse les pratiques et les motivations des touristes. Saskia Cousin, anthropologue, est maîtresse de conférences à l’université François-Rabelais (IUT de Tours), chercheuse au Laboratoire d’anthropologie des institutions et des organisations sociales (IIAC-CNRS/EHESS) et chercheuse associée du CITERES (Tours). What is tourism? Saskia Cousin, Bertrand Réau, Sociologie du tourisme. 1Le premier ouvrage de la collection Repères consacré au tourisme s'intitule Sociologie du tourisme et témoigne de l'émergence d'un regard sociologique sur un objet qui était, « jusqu'au début des années 2000, le monopole quasi-exclusif des géographes et des économistes » (p.4).

Saskia Cousin, Bertrand Réau, Sociologie du tourisme

Les auteurs ont participé de près au développement de ce domaine de recherche : Saskia Cousin, anthropologue et maîtresse de conférences à l'IUT de Tours, a consacré sa thèse aux « usages et enjeux des politiques de tourisme culturel », Bertrand Réau, sociologue et maître de conférences à l'Université Paris I, a soutenu une thèse sur « l'univers des villages de vacances » ; ils organisent en outre à l'EHESS le séminaire « Tourisme, recherche, institutions, pratiques ». TOURF415 ConclusionsPP. Silence424. Livre: Fin(?) et confins du tourisme, Interroger le statut et les pratiques de la récréation contemporaine, Philippe Bourdeau, Hugues François, Liliane Perrin-Bensahel, L'Harmattan, Les idées et les théories à l'épreuve des faits, 9782336291147 - Librairi.

Livre: L'usure du monde / critique de la déraison touristique, Rodolphe Christin, Echappee, Pour en finir avec, 9782915830866 - Librairie Livres en Nord. La puissance d’enchantement de l’industrie touristique repose sur sa capacité à faire oublier son caractère précisément industriel, par conséquent soumis aux règles d’un productivisme et d’un consumérisme sans frontières.

Livre: L'usure du monde / critique de la déraison touristique, Rodolphe Christin, Echappee, Pour en finir avec, 9782915830866 - Librairie Livres en Nord

Afin d’étendre le marché, la massification du désir touristique s’appuie sur la diffusion d’un puissant imaginaire dans lequel la mobilité est devenue le modèle comportemental dominant. On a vendu partout l’« évasion » et créé des infrastructures dédiées à cet effet, sans voir que ce processus de commercialisation détruisait la dimension symbolique du voyage. Au service de la consommation du monde, le tourisme suppose, non seulement une sensibilité particulière, mais aussi une réalité organisée autour de lieux modélisés selon des principes gestionnaires. Du base-jump à la randonue, des transgressions récréatives en montagne. Philippe Bourdeau – 6/05/2015. 5e café géo Annecy-Chambéry, 3e à Chambéry.

Du base-jump à la randonue, des transgressions récréatives en montagne.

Philippe Bourdeau est professeur de géographie à l’Institut de Géographie Alpine de Grenoble. Il travaille sur les activités récréatives en contexte de montagne, notamment le métier de guide. Plus largement, il s’intéresse au hors-quotidien, au rapport des individus et des sociétés à l’ailleurs … et dans ce cadre, aux « dissidences récréatives ». Philippe Bourdeau et Florian Lebreton : Les dissidences récréatives en nature : entre jeu et transgression. Exploration liminologique. Philippe Bourdeau et Florian Lebreton Photo 1 : Détournement d’une signalétique « anti-plongeons », passerelle sur le Rhône à Vienne (Isère, France).

Source : Philippe Bourdeau 2010. Questions, précautions et réflexions introductives[1]. Quand le tourisme entre aussi en transition… Co-organisée par la MSH-Alpes et le Labex Item, cette rencontre spéciale "Avenue centrale" a été placée sous le thème des Imaginaires et pratiques touristiques et sera composée de deux temps : la conférence de Philippe Bourdeau puis la présentation par Anne-Marie Granet-Abisset, Professeure d'histoire contemporaine (Université Grenoble Alpes-Grenoble 2) de la borne interactive "Montagnes magiques : 100 ans de tourisme alpin". Cette fresque conçue et développée par l'INA et le Labex ITEM, propose une sélection d’archives de l’Ina, du Musée dauphinois et de la Cinémathèque des Pays de Savoie et de l'Ain sur le développement du tourisme alpin depuis plus d’un siècle. Des chercheurs en sciences humaines et sociales réunis par le Labex ITEM contextualisent ces images et décryptent le regard porté par les médias sur les évolutions de ce territoire.

Philippe Bourdeau est professeur de géographie culturelle à l’Institut de Géographie Alpine (Université Grenoble-Alpes-Savoie). Fin (?) Oisiveté bien encadrée, par Philippe Bourdeau & Rodolphe Christin (Le Monde diplomatique, juillet 2012) Faut-il s’en étonner ? La récréation — c’est-à-dire à la fois le tourisme, le voyage et les loisirs — fait l’objet de représentations largement positives. Pourtant, dès le début de la massification des usages récréatifs du temps libre, dans les années 1960, le sociologue Joffre Dumazedier s’inquiétait du détournement de leur potentiel d’émancipation ; il les voyait devenir un « nouvel opium du peuple ».

En présentant en 1970 une réédition du Droit à la paresse, de Paul Lafargue, l’historien Maurice Dommanget observait de son côté que, peu à peu, les citoyens se désintéressaient de la vie sociale et politique pour investir leur énergie dans l’« obsession des loisirs annuels ». Au risque même d’accepter pour cela un renforcement de leur aliénation par le travail… C’est la connotation positive attribuée à la différence qui fonde l’attraction pour l’ailleurs récréatif. Le tourisme : émancipation ou contrôle social ?, de Philippe Bourdeau. Si le titre pose la question de manière aussi abrupte, c’est que nous souhaitons bousculer le consensus dont bénéficie le tourisme, non seulement parmi l’opinion publique et les professionnels du secteur, mais aussi chez ceux qui semblent a priori les mieux placés pour résister aux diverses mystifications de la communication touristique.

Chercheurs, militants et esprits critiques ne sont eux-mêmes pas insensibles aux sirènes du tourisme ! Le tourisme, partie prenante de l’industrie du divertissement, ne contribue-t-il pas à nous faire accepter le monde tel qu’il va ? L’imaginaire touristique dessine un univers séduisant, à tel point qu’il généraliserait la croyance dans une utopie enfin réalisée. Croquant. Si le titre pose la question de manière aussi abrupte, c’est que nous souhaitons bousculer le consensus dont bénéficie le tourisme, non seulement parmi l’opinion publique et les professionnels du secteur, mais aussi chez ceux qui semblent a priori les mieux placés pour résister aux diverses mystifications de la communication touristique. Spéculation sur les déchets : la face cachée du tourisme de masse.

Une odeur irrespirable, qui vous prend à la gorge. Des montagnes de déchets à perte de vue, d’où s’échappent des fumées de gaz toxique liés à la décomposition. Le vol de centaines de mouettes à la recherche de nourriture entrecoupe celui des sacs plastiques, à quelques mètres seulement de la mer...