Licence (plan, décret)

Facebook Twitter

Www.pde.fr/uploads/dossiers/Formations/rapport Licence Dizambourg 2008.pdf. Remise du rapport Dizambourg à Valérie Pécresse. Bernard Dizambourg, président du comité de suivi Licence et Licence Pro a remis à Valérie Pécresse, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, son rapport sur « les modalités de contrôle des connaissances en Licence et la lisibilité des intitulés de formation ».

Remise du rapport Dizambourg à Valérie Pécresse

La ministre a annoncé que, dans le cadre de la mise en œuvre du plan « Réussir en licence », ces recommandations seront appliquées dès la rentrée prochaine pour rendre l'évaluation des étudiants plus fiable et plus équitable. Les propositions s'articulent autour de deux grands axes : Généraliser le contrôle continu en 1ère année Ce rapport préconise de généraliser le contrôle continu en 1ère année, qui constitue un outil d'auto-évaluation pour les étudiants et de suivi personnalisé en cours d'année par les équipes pédagogiques, afin de permettre aux étudiants de mesurer leur progression, et de rattraper d'éventuelles contre-performances. La session de septembre sera supprimée. Net-doc-91. L'université de Strasbourg adopte le contrôle continu intégral pour ses étudiants de licence.

Actu | Formations Jessica Mastroyannacos | Publié le Selon la vice-présidente chargée de la formation initiale et continue de l’université de Strasbourg, Frédérique Granet : « ce projet est étudié depuis 2 ans à Strasbourg mais ce modèle d’évaluation est en place à l’université d’Avignon pour la 3ème année ».

L'université de Strasbourg adopte le contrôle continu intégral pour ses étudiants de licence

Après avoir observé les rythmes universitaires, l’université a considéré comme paradoxal de positionner d’abord dans le calendrier le nombre de semaines nécessaires aux examens et d’en déduire le temps pour l’enseignement. Avec la mise en place de ce nouveau modèle d’évaluation, les étudiants pourront mesurer leur progression et le taux d’abandon devrait diminuer, espère l’université, les étudiants se décourageant moins après une note faible mais susceptible d’être compensée lors d’une autre évaluation. Polémique sur la licence, accusée d'être bradée. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Nathalie Brafman Pour améliorer artificiellement les taux de réussite à l'université, le gouvernement a-t-il discrètement accepté de baisser le niveau d'exigence en licence ?

Polémique sur la licence, accusée d'être bradée

Le nouveau système de notation des étudiants en licence, mis en place à la rentrée 2011 et dont l'impact commence à être perceptible, est en effet débattu au sein de la communauté universitaire. Ses défenseurs y voient un moyen efficace de lutter contre l'échec à l'université. Faut-il sauver le premier cycle universitaire. La semaine dernière, Emmanuel Zemmour, président de l’Unef, a publié dans Le Monde une tribune titrée « La réforme de l’enseignement supérieur est devant nous, pas derrière » (lire ici).

Faut-il sauver le premier cycle universitaire

Il s’agit d’un texte assez bien équilibré, l’auteur ne se prive pas d’égratigner le bilan du quinquennat en matière d’ESR mais reconnaît néanmoins que « l’agitation tout azimut du gouvernement a permis de remettre les universités au centre de l’enseignement supérieur, au détriment des grandes écoles ». Pour ma part, je pense qu’il s’était offert en 2007 une formidable occasion mais le conservatisme anti-révolutionnaire des nonistes universitaires a empêché toute évolution significative.

CEREQ : Étudier en licence : parcours et insertion. Actes du colloque "Une ambition: la licence" La licence universitaire doit-elle mener à l'emploi ? Les blogueurs EducPros prennent position. Sur le blog de Michel Lussault "Il est bien un postulat en deux temps qui paraît aujourd’hui peu contestable, une sorte de vérité absolue : il faut professionnaliser les études supérieures ; la fragilité des filières universitaires classiques tient à leur trop faible professionnalisation", écrit le président du PRES lyonnais.

La licence universitaire doit-elle mener à l'emploi ? Les blogueurs EducPros prennent position

"J’ai moi même pratiqué quelque temps la méthode Coué qui consistait à voir dans la professionnalisation l’instrument magique qui permettrait de régler la plupart des problèmes. " Lire sa série de billets consacré à la professionnalisation. Nouvelle licence : les grands principes énoncés. « Faire de la licence un diplôme national de référence pour les étudiants comme pour les employeurs. » Tel est l’objectif affiché pour la nouvelle licence présentée par Valérie Pécresse, le 22 juin 2011.

Nouvelle licence : les grands principes énoncés

Si les contenus et parcours de chaque licence peuvent différer d’un établissement à l’autre (l’autonomie étant ainsi respectée), il s’agit de garantir à tous les étudiants une qualité et un niveau minimal de connaissances. Le projet de nouvel arrêté licence, qui se substituera à celui de 2002, sera présenté en comité licence le 30 juin 2011, puis débattu au CNESER en juillet 2011.

La mise en place progressive de la nouvelle licence devrait démarrer à la rentrée 2012. Socle minimum de 1.500 heures et personnalisation des parcours. Détail d'un texte. Les plus démunis, premiers éjectés des études supérieures. En France, les plus démunis restent les premières victimes d’un enseignement supérieur toujours très sélectif.

Les plus démunis, premiers éjectés des études supérieures

C’est l’une des conclusions d’une étude publiée la semaine dernière par le ministère et qui rend compte du devenir scolaire, un an plus tard, des bacheliers de 2008. Sur les 85 % qui ont poursuivi leurs études, un premier tiers avait choisi la fac (licence ou médecine), un autre tiers une filière technologique courte (IUT, STS), le reste se répartissant entre les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) et, surtout, les écoles post-bac (commerce, ingénieurs, paramédicales et sociales...). Résultat ? Un an plus tard, seuls 64 % d’entre eux sont parvenus à passer en seconde année.