background preloader

Criminalisation / décriminalisation

Facebook Twitter

Loi sur la criminalisation des clients C-36

Absolution inconditionnelle pour une femme qui se trouvait dans une maison de débauche. Le reportage de Yannick Bergeron Une femme qui se trouvait dans une maison de débauche a obtenu, mardi, une absolution inconditionnelle au palais de justice de Québec.

Absolution inconditionnelle pour une femme qui se trouvait dans une maison de débauche

Avons-nous l’argent nécessaire pour légaliser la prostitution? Dossier Prostitution et Sexualité, MTS-Sida La Commission du conseil municipal sur le développement culturel et la qualité du milieu de vie a déposé son rapport au conseil municipal de Montréal le 26 novembre dernier.

Avons-nous l’argent nécessaire pour légaliser la prostitution?

Des féministes veulent la décriminalisation complète de la prostitution. L'Alliance féministe solidaire pour les droits des travailleurs du sexe (AFS), association québécoise lancée vendredi, juge que tous les aspects de la prostitution devraient être décriminalisés.

Des féministes veulent la décriminalisation complète de la prostitution

Selon l'AFS, le problème principal serait ainsi réglé, à savoir les conditions de travail dangereuses du milieu. L'AFS a rallié 350 personnes et organismes en deux semaines de lobbyisme. « En tant que féministes, nous avons souhaité faire entendre un nouvel acteur social dans l'espace public », affirme Frances Shaver, professeure au département de sociologie et d'anthropologie de l'Université Concordia, et l'une des porte-parole de l'alliance. « Le problème est quand ces personnes qui ont choisi d'être là n'ont pas la possibilité de travailler en sécurité. » — Frances Shaver, professeure au département de sociologie et d'anthropologie de l'Université Concordia, et l'une des porte-parole de l'alliance Pas de sollicitation permise.

La décriminalisation de la prostitution n’est pas une solution à la violence envers les femmes. Le débat est lancé à savoir si le gouvernement canadien devrait décriminaliser la prostitution et ce, en raison du jugement récent de la cour supérieure de l’Ontario établissant comme inconstitutionnelles trois des quatre articles du code criminel relatifs à la prostitution, soit l’article 212 (l’interdiction de vivre des fruits de la prostitution, ce qui inclut le proxénétisme), l’article 210 (l’interdiction de tenir ou de fréquenter une maison de débauche) et l’article 213 (l’interdiction de communiquer à des fins de prostitution).

La décriminalisation de la prostitution n’est pas une solution à la violence envers les femmes

Deux positions principales s’affrontent, soit celle en faveur d’une décriminalisation complète de la prostitution, telle la position des groupes « pro-travail du sexe », et celle de ses opposants, tels les groupes abolitionnistes dont fait partie la CLAP. Soyons clairs, les deux clans s’entendent sur quelques points. L’économie de la prostitution. Le sexe fait évidemment vendre.

L’économie de la prostitution

Les économistes Steven D. Levitt et Stephen J. Dubner le savent et ont ainsi consacré le premier chapître de Superfreakonomics, suite du best seller Freakonomics, à une analyse économique du plus vieux métier du monde. (D’ailleurs, il est à espérer que deux fois plus d’internautes liront ce billet, comparativement aux précédents… Et peu importe si cette synthèse confirme l’idée un peu stupide que les liber-aux sont cousins des liber-tins). La dernière tentative du genre que j’avais pu lire se trouvait dans le très provocant Défendre les indéfendables du truculent Walter Block. Superfreakonomics pousse plus avant l’analyse : c’est dans un style empirique propre aux Public choicers que Levitt et Dubner se sont prêtés à l’exercice, à la fois avec la méthode et la légèreté nécessaires à ce sujet grave.

Jugement - cours supérieure de l'Ontario

Les beaux jours de la prostitution. Les bons sentiments. Mais décriminaliser la prostitution est plus complexe que de permettre aux homosexuels de se marier ou de cesser de poursuivre les médecins qui pratiquent des avortements.

Les bons sentiments

Dans sa revue exhaustive des expériences à l'étranger, la juge Susan Himel montre bien que, partout où l'on a légalisé ou décriminalisé le commerce sexuel, on l'a encadré très sérieusement. Les prostituées, premières victimes de la nouvelle loi  La prostitution est une activité dérangeante pour la pensée commune.

Les prostituées, premières victimes de la nouvelle loi 

Or il existe au moins trois types de prostitution féminine. La principale est une prostitution subie par la coercition violente de réseaux maffieux, elle relève de la police. La deuxième est celle résultant d'une nécessité économique personnelle ou familiale car bien souvent les prostituées sont aussi des épouses et des mères, elle relève de la survie. Mary-Lou et Bernadette. Mais je n'ai pas le choix.

Mary-Lou et Bernadette

Dans le camp d'en face, mes amis disent des niaiseries grosses comme ça. Les filles de Stella, par exemple. Sont sûrement bien gentilles, mais qu'est-ce qu'elles peuvent être putes dans leur argumentation! Elles rêvent d'un métier pratiqué librement et en toute sécurité dans des bordels légaux, par des travailleuses et travailleurs du sexe autonomes qui pourraient exercer leur libre arbitre n'importe quand: celle-là, justement, nous quitte aujourd'hui; elle se marie samedi. Mes craintes face aux pressions pour dissimuler la prostitution derrière des portes closes. Rebecca Mott écrit : Je suis une femme ayant quitté la prostitution et une survivante d’agressions sexuelles dans l’enfance.

Mes craintes face aux pressions pour dissimuler la prostitution derrière des portes closes

À partir de l’âge de 14 ans, je suis entrée et sortie de l’industrie du sexe jusqu’à 27 ans. J’en suis profondément traumatisée ; j’en garde une mémoire fragmentée et un corps marqué de souvenirs douloureux. Je suis écrivaine et je rédige un blog où j’explore ce que c’est que de vivre avec un syndrome post-traumatique extrême, en plus d’écrire en vue d’abolir l’industrie du sexe. Ce message est profondément personnel, et du fait d’être personnel, il est très politique. Ma politique d’abolitionniste de l’industrie du sexe est vécue dans la douleur, la terreur, le sang et les tripes, et le désespoir complet où m’a laissée la prostitution derrière des portes closes. Plus je m’éloigne de ces expériences personnelles, plus j’apprends qu’elles ne m’étaient pas particulières, qu’elles n’étaient même pas si exceptionnelles. Pernicieuse décriminalisation. Le jugement de la Cour suprême dans la cause Bedford a marqué la fin du processus législatif, mais le début d’une transformation politique et sociétale en nous invitant à revoir nos lois et nos idées sur la prostitution.

Pernicieuse décriminalisation

Comme le soulignait Najat Vallaud Belkacem à l’Assemblée nationale française : « Le sujet avec la prostitution, ce n’est pas la sexualité. » Qu’elle se déroule d’une façon ou d’une autre, qu’elle soit libérée ou pudibonde. Nous ne sommes pas là pour faire la police des moeurs. Mais nous sommes là pour donner corps à nos principes les plus essentiels.

Des arguments dangereux. Prostitution : des escortes témoignent. Salons de massage: Montréal «a atteint les limites» de ses pouvoirs. La filière Ottawa-Winnipeg Le Comité interministériel sur l'exploitation sexuelle mandaté par Québec avait cité les salons de massage érotique des grandes villes comme faisant partie des principaux endroits où les jeunes Québécoises se retrouvaient. Ce n'est plus le cas, assure Anie Samson, la métropole ayant considérablement resserré sa surveillance de ces établissements. « Quand on parle de mineures, de traite de femmes, de proxénétisme, c'est tolérance zéro. À Montréal, le problème n'est pas là. Le problème, c'est que les gangs prennent les jeunes et les envoient à l'extérieur. La filière, c'est Ottawa et Winnipeg.

Situation en main Sans avoir réussi à éliminer les salons de massage érotique, Montréal assure avoir repris le contrôle. « Il y en a eu beaucoup il y a quelques années, mais ça a freiné. Pouvoirs réclamés Montréal a beau arriver à fermer certains salons, ils réussissent souvent à rouvrir peu de temps après dans le quartier voisin. Un seul outil Retirer les permis. Un rapport du Réseau juridique exhorte à décriminaliser la prostitution au Canada.