background preloader

Canada

Facebook Twitter

Femmes autochtones disparues

Absolution inconditionnelle pour une femme qui se trouvait dans une maison de débauche. Le reportage de Yannick Bergeron Une femme qui se trouvait dans une maison de débauche a obtenu, mardi, une absolution inconditionnelle au palais de justice de Québec. Cette décision survient moins d'un mois après que la Cour suprême du Canada ait invalidé les dispositions du Code criminel qui encadrent la prostitution. Son avocat s'est d'ailleurs fondé sur la récente décision de la Cour suprême pour formuler sa demande d'absolution inconditionnelle. Me Michel Roberge a fait valoir que Nancy Barrette n'avait pas d'antécédents judiciaires et qu'elle se qualifiait pour obtenir un pardon de la cour. Le juge Jean Asselin a accédé à sa demande en tenant compte du récent jugement du plus haut tribunal au pays. Aucune disposition légale ne contraignait le juge à donner cette absolution, puisque la Cour suprême a accordé un an à Ottawa pour réviser le Code criminel s'il le juge nécessaire.

La Couronne affirme d'ailleurs qu'elle n'a rien changé à sa façon de plaider le dossier. Aider les travailleuses du sexe vulnérables à Edmonton | Comment encadrer la prostitution? Une travailleuse du sexe à Edmonton Photo : CBC/ Trisha Estabrooks Une employée de Project SNUG, un programme qui offre du soutien aux travailleuses du sexe pour les encourager à quitter la prostitution, affirme que les femmes sont très vulnérables dans les rues d'Edmonton.

La travailleuse sociale Kari Thomason affirme que malgré les avertissements de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), qui recherche un possible tueur en série dans la région, les prostituées continuent de travailler­. Kari Thomason s'inquiète pour leur sécurité. Au volant de sa jeep, elle sillonne les rues d'Edmonton la nuit pour offrir des couvertures, de la nourriture et du réconfort aux travailleuses du sexe. Kari Thomason parcourt les rues d'Edmonton dans le cadre de Project SNUG. Photo : CBC/ Trisha Estabrooks Mme Thomason explique que la plupart des travailleuses de la rue sont toxicomanes et n'ont pas d'autres moyens de gagner de l'argent. . « Je n'ai pas peur » « Je n'ai pas peur de ce qui va se passer. Canada: l’Église catholique verse 13 M$ pour dissimuler une affaire de pédophilie | Le blog Libre sans dieu! 13 millions de dollars canadiens.

C’est la somme que vient de payer un diocèse de Nouvelle-Écosse, au Canada, dans une entente hors cours. Tout cet argent. Pourquoi? Des prêtres pédophiles auraient sévi dans la région dans les années 50. La somme est minime quand on considère l’enjeu: mettre un frein à un recours collectif. L’affaire a trainé dans la boue non seulement le diocèse, mais la structure même de l’Église catholique qui protège les pédophiles. Like this: J'aime chargement… Canada: rebondissement dans l’affaire de prêtres pédophiles | Le blog Libre sans dieu! Comment encadrer la prostitution? Des groupes sociaux s'opposent au projet de loi sur la prostitution. Photo : PC/JONATHAN HAYWARD Les travailleuses du sexe font partie intégrante de la société et leur métier ne devrait pas être encadré par une loi qui les expose à des accusations criminelles, ont fait valoir vendredi des représentants d'organismes communautaires montréalais.

Les groupes sociaux ont décidé de remonter aux barricades à quelques jours du début des audiences au Sénat pour le projet de loi C-36, qui criminalise les clients, les proxénètes et, dans certains cas, les prostituées. « Le préambule du projet de loi nous victimise et ''remarginalise'' les travailleuses du sexe en [considérant] que la prostitution, c'est toujours de l'exploitation », a tonné Anna-Aude Caouette, porte-parole de Stella, un organisme de défense des droits des travailleuses du sexe.

Menace pour la santé et la sécurité des prostituées « Si les clients craignent une arrestation et un emprisonnement et tentent d'éviter la police, il y aura un déplacement vers des endroits moins éclairés. La criminalisation de la prostitution est inconstitutionnelle. Le reportage de Daniel Thibeault La Cour suprême du Canada invalide les dispositions du Code criminel qui encadrent la prostitution. Elle suspend cependant l'application de sa décision pour un an, afin de permettre à Ottawa de réviser le Code criminel s'il le juge nécessaire. Fort attendue, cette décision provoque des réactions tranchées. Au Canada, la prostitution est légale, mais se trouver dans une maison de débauche ou en tenir une, vivre des produits de la prostitution ou communiquer avec quelqu'un en public en vue d'un acte de prostitution, tant pour le client que la prostituée, constituent des crimes.

Dans un jugement unanime, le plus haut tribunal du pays estime que ces trois mesures sont inconstitutionnelles, car elles vont à l'encontre de l'article 7 de la Charte canadienne des droits et libertés, qui garantit le « droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de sa personne ». Terri-Jean Bedford Photo : PC/Adrian Wyld Aujourd'hui, la Cour suprême confirme ces jugements. La nouvelle loi sur la prostitution sera prête avant décembre, dit MacKay. Le ministre Peter MacKay Photo : PC/Adrian Wyld Le gouvernement fédéral présentera son nouveau projet de loi sur la prostitution avant la date limite de décembre, a indiqué samedi le ministre de la Justice, Peter MacKay. M. MacKay a affirmé qu'Ottawa avait déjà commencé à rédiger le projet de loi, mais que d'autres consultations avec la police et les gouvernements provinciaux étaient nécessaires.

À la fin de 2013, la Cour suprême du Canada a jugé que les articles de la loi interdisant de solliciter, de vivre des fruits de la prostitution et de tenir une maison de débauche sont inconstitutionnels. Elle a donné un an au gouvernement pour modifier la présente loi. Cette décision signifie que les crimes liés à la prostitution demeureront dans le Code criminel jusqu'à décembre prochain. M. La nouvelle loi continuera de protéger les femmes de la violence et des abus sexuels, a-t-il affirmé. La prostitution à l'ordre du jour des libéraux. D’abord, ce fut la marijuana; cette fois, il est question de prostitution. Les libéraux fédéraux ont fait figure de pionniers, lors de leur plus récent conseil national, devenant le premier parti fédéral à appuyer la légalisation, la réglementation et la taxation de la marijuana.

Certains militants du PLC veulent maintenant que le parti adopte la même approche libérale face aux travailleuses du sexe. Des militants de Colombie-Britannique proposent une résolution, pour le prochain congrès national du Parti libéral du Canada, qui prévoira que les travailleuses du sexe puissent légalement mener des affaires « rentables et sécuritaires », et faire en sorte de protéger employés, employeurs et clients, en plus de taxer ces services comme « n’importe quelle autre entreprise ».

Il n’est pas certain que la résolution fasse ultimement l’objet d’un vote sur le parquet du congrès, bien qu’elle sera à tout le moins débattue en atelier. La prostitution à Sherbrooke, un phénomène caché. « Jolies et coquines; se déplacent », « Notre objectif est de fournir une expérience chaleureuse et agréable, vous n'oublierez pas de sitôt. Nous assurons la confidentialité absolue à tout moment...», « Jeune et jolie; saura vous faire profiter de ses talents tout en vous amenant au septième ciel.

Une bouche sensuelle et une envie folle de sexe », les promesses des travailleuses du sexe sur Internet sont aussi variées que les escortes qu'il est possible de rencontrer. Mensurations, taille, prix, tous les détails sont disponibles en ligne pour quiconque souhaite retenir les services d'une travailleuse du sexe. Les messages sont moins explicites dans les imprimés, mais la façon de réserver tout aussi simple. Intervenante au projet Catwoman qui soutient les travailleuses du sexe à Iris Estrie, Claudia Pâquet signale que la prostitution est très variée à Sherbrooke. « Je dirais que le phénomène est caché.

. « Tous les types d'exploitation sexuelle sont présents à Sherbrooke. La prostitution d'adolescentes : un problème grandissant en Saskatchewan. Le reportage de Sandra Sirois Alors que le phénomène des jeunes fugueuses recrutées par des proxénètes défraie la chronique au Québec, il apparaît que la situation est aussi alarmante en Saskatchewan. Le directeur du centre jeunesse EGADZ de Saskatoon, Don Meikle, soutient que le problème de l'exploitation sexuelle des jeunes filles par des gangs de rue ou des groupes criminels ne va qu'en empirant dans la province. « Il y a 10 ans, si vous me disiez que le trafic humain était un problème à Saskatoon, en Saskatchewan, j'aurais ri, j'aurais pensé que c'est fou, je ne vous auraispas cru.

Mais nous commençons à voir davantage de gens qui finissent dans les réseaux de trafic humain. » — Don Meikle, EGADZ Il attribue la montée de ce phénomène à la croissance économique de la Saskatchewan au cours de la dernière décennie. Le rôle des médias sociaux Don Meikle soutient que les proxénètes ont plus de facilité à rejoindre les jeunes filles et à les manipuler grâce aux médias sociaux. Le marketing des putes. Montréal a tristement rejoint la liste des capitales mondiales du sexe. Après Paris et son Pigalle, Amsterdam et son Red Light, Rio de Janeiro ou encore Bangkok, notre chère métropole, gentille, sympathique et tellement accueillante, est finalement entrée dans les statistiques des villes sexuellement « friendly ».

Les femmes d'ici ont la réputation d'être magnifiques. Le multiculturalisme a fait son œuvre et les beautés québécoises se présentent plus exotiques que jamais. Le CLES (Centre des luttes contre l'exploitation sexuelle) a lancé des chiffres qui font sourire les clients et touristes, mais font sans doute pleurer les mères, en recensant 199 salons de massage, 65 bars de danseuses, 38 agences d'escortes, 13 sites répertoriés de prostitution de rue, 10 cinémas érotiques ou peep-show, 7 établissements de serveuses sexy et 7 clubs échangistes. Vraiment ? LIRE AUSSI: Sexe et prostitution à Montréal: une vieille histoire Mais la chose est plus perverse que cela. Plaire. Les beaux jours de la prostitution | Olivier Gamelin | Actualités. En effet, Le Nouvelliste a appris que les procureurs de la Couronne ont passé le mot d'ordre à la Sécurité publique de Trois-Rivières (SPTR) pour freiner les policiers dans leurs interventions et ne plus interpeller les travailleuses du sexe qui pratiquent sur le coin des rues.

«Tant que la loi ne sera pas clarifiée, les procureurs n'ont pas les outils nécessaires pour engager des poursuites contre les travailleuses du sexe», soutient Jean-François Aubin, conseiller municipal du district Marie-de-l'Incarnation et membre du groupe de travail sur la sécurité publique de Trois-Rivières. «L'intervention de base, par exemple arrêter une personne qui fait de la prostitution sur le bord du trottoir, est entourée par un flou et a été déclarée inconstitutionnelle.» C'est dire que les travailleuses du sexe peuvent exercer leur métier en toute quiétude, tant et aussi longtemps qu'elles ne troublent pas l'ordre public.

À la SPTR, les forces policières sont donc en plan. Projet de loi C-36. Les prostituées moins bien payées à Montréal  |  blogue Originel. Montréal, capitale du sexe | sexe montréal prostitution prostituées prostitués bars danseuses tourisme sexuel | LaPresse.ca. Montréal, plaque tournante du tourisme sexuel | Isabelle Hachey | Montréal, capitale du sexe.

Dossiers > Montréal, capitale du sexe L'industrie du sexe génère des millions de dollars à Montréal. Elle profite aux motards et aux gangs de rue, mais rarement aux femmes. Incursion dans le monde de la prostitution. » Les fondateurs de Montreal VIP rêvaient de mettre sur pied une conciergerie de luxe dans la métropole. Quatorze ans plus tard, ils louent très peu de limousines et de jets privés mais envoient des tas de filles dans les chambres d'hôtel de leurs clients américains, qui aiment terminer un week-end de débauche à Montréal par un spectacle érotique entre deux femmes, « batteries incluses ». C'est par la force des choses que Montreal VIP est devenue une entreprise spécialisée dans les enterrements de vie de garçon. « C'était la demande du marché. Ils ont joué la carte à fond.

Tournée des bars de danseuses ou sushis à déguster sur une femme nue ; les forfaits répondent à tous les goûts. « Qu'importe votre vice sexuel, Montréal vous le propose. L'offre et la demande Photo Masterfile. Pornographie juvénile: une chasse intense sur Internet | Matthieu Boivin | Justice et faits divers. À une époque pas si lointaine, les pédophiles de Québec n'étaient pas inquiétés outre mesure quand ils se livraient en privé au visionnement de vidéos ou de photos d'enfants victimes de sévices sexuels. Cette époque est révolue. En entrevue au Soleil, le capitaine du module des crimes majeurs de la police de Québec, Mario Vézina, reconnaît que, par le passé, souvent, c'est en raison d'un coup de chance que les enquêteurs étaient menés sur la trace de ces délinquants. «Avant, les dossiers de pornographie juvénile étaient détectés par accident, quand un individu envoyait son ordinateur pour un entretien chez un technicien informatique, explique l'officier.

Quand le technicien tombait sur les fichiers, il appelait la police, qui procédait à l'arrestation de l'individu.» À cette époque, la police de Québec n'arrêtait chaque année qu'une poignée de pédophiles pour possession de porno juvénile. M. Cybersurveillance Ce visionnement permet parfois de trouver des victimes. M. Pressions populaires.

Prostitution à Hochelaga: de 42 arrestations à 0. Au cours de l’année 2014, le poste de quartier (PDQ) 23, situé dans Hochelaga, n’a effectué aucune arrestation reliée à la prostitution, alors qu’en 2013, il y en a eu 42 et 72, en 2012. Les policiers de Hochelaga-Maisonneuve ont troqué la répression pour la sensibilisation et la collaboration. Une idée qui n’est pas mauvaise, mais qui ne règlerait pas le problème, estime la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLÉS). «Les arrestations n’ont jamais mis fin au problème. Lorsque les filles sortaient de prison, elles retournaient dans la rue. Un avis partagé par la CLÉS. Au cours de la dernière année, 24 des 33 PDQ de Montréal ont effectué des arrestations reliées à la prostitution, dont celui de Mercier (12) et de Dorval, l’île-Dorval et Pointe-Claire (8).

Les policiers ne sont pas restés inactifs dans ce dossier pour autant, précise Mme Roy. «Nous avons une équipe de patrouilleurs à pied qui font le suivi des cas problématiques. «Il faut agir sur la demande. PROSTITUTION INFANTILE à Montréal. Prostitution : le Canada doit adopter le modèle scandinave, selon une activiste de Calgary | Comment encadrer la prostitution? Natasha Falle veut que le Canada s'inspire des pays scandinaves pour légiférer en matière de prostitution.

Photo : CBC Une défenseuse des travailleurs du sexe de Calgary veut que le Canada punisse les clients des prostituées plutôt que celles-ci. Natasha Falle exprimait cette opinion à l'occasion d'une rencontre sur le trafic sexuel tenue jeudi soir à l'Université de Calgary. « Le modèle nordique décriminalise ceux qui vendent leur corps et criminalise les clients et les proxénètes », rappelle la fondatrice de Sextrade101, un organisme de sensibilisation à la prostitution. « Rendez responsables les hommes qui sont à l'origine du problème, les gens qui demandent ces femmes. » — Natasha Falle, fondatrice de Sextrade101 En Europe, les pays scandinaves ont été les premiers à pénaliser les clients au lieu des prostituées.

En décembre, la Cour suprême du Canada a invalidé les articles du Code criminel relatifs à la prostitution, donnant à Ottawa une année pour les réviser. Prostitution : les gouvernements ont les moyens d’agir. Prostitution - Nous ne devons pas nous contenter de la simple "réduction des méfaits" Prostitution: une majorité défavorable à la criminalisation | HUGO DE GRANDPRÉ | National. Salon de massage : un petit extra avec ça? | Comment encadrer la prostitution? The prostitution pipeline: Cut off from loved ones, women cycled from city to city — including Ottawa. Une mère en Nouvelle-Écosse dénonce la prostitution juvénile.