Prothèses PIP: L'argent caché de Jean-Claude Mas Prothèses PIP: L'argent caché de Jean-Claude Mas Où est passé l'argent de Jean-Claude Mas? Depuis le 6 mars et la mise en détention préventive du fondateur des prothèses PIP, pour avoir refusé de payer une caution de 100.000 euros, la question taraude les enquêteurs. Ces derniers auraient d'ailleurs retrouvé la trace d'un chèque de 124.800 euros, adressé à Jean-Claude Mas en septembre 2010 et versé sur un compte au Costa Rica, rapporte Le Parisien ce mardi.
Les évangéliques s'élèvent contre le manque de lieux de culte La Fédération protestante de France a déploré ce lundi le manque de lieux de culte évangélique, au lendemain de la mort d'une fillette de 6 ans dans l'effondrement du plancher d'un local abritant une église à Stains, en Seine-Saint-Denis. «Ce dramatique accident met en lumière la situation précaire dans laquelle se trouvent de nombreuses communautés protestantes évangéliques pour célébrer leur culte», écrit dans un communiqué la Fédération protestante de France. «Souvent issues de l'immigration, ces Églises ne trouvent pas le soutien dont elles ont besoin». Les évangéliques s'élèvent contre le manque de lieux de culte
La police enquête sur une série de meurtres dans l'Essonne après la mort, jeudi à Grigny, d'une femme abattue de plusieurs balles dans la tête par un tireur qui a pris la fuite sur un deux-roues, a déclaré ce vendredi le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant. Il s'agit, selon plusieurs médias, du quatrième crime commis en moins de cinq mois, dans des circonstances similaires, dans ce département de la banlieue parisienne. Et la même arme a été utilisée à chaque fois, selon une information du Figaro, confirmée par le ministère de l'Intérieur. Essonne: La même arme utilisée pour les quatre meurtres Essonne: La même arme utilisée pour les quatre meurtres
Depuis quelques années, le pavé de la diversité est tombé dans la mare du débat public. Du coup, après les tentatives malheureuses d'une visibilité des minorités au sein des gouvernements Fillon, le Parti socialiste s'est enfin réveillé de son sommeil idéologique pour concéder une place aux "sujets" issus de la diversité pour les législatives de 2012. Il met en avant le concept de "diversité choisie" qui n'est pas sans nous rappeler celui de l'"immigration choisie" de l'UMP. Fatima Ogbi, fonctionnaire territorial, militante au PS depuis plus de dix ans, adjointe au maire de Grigny (Essonne), avait décidé de porter sa candidature dans la 10e circonscription de l'Essonne avec le soutien du député (PS) Julien Dray. A la même période, Malek Boutih, après sa cuisante défaite aux élections législatives de 2007 en Charente, s'est lui aussi porté candidat alors que trois autres circonscriptions lui avaient été proposées par le bureau national. La diversité est malmenée au PS La diversité est malmenée au PS
La Cour de cassation pourrait annuler toute la procédure judiciaire dans le naufrage du pétrolier Erika en 1999, si elle suit, le 24 mai, l'avis de son avocat général, révélé vendredi 6 avril par Libération et Ouest-France. Une annonce qui a suscité la colère des élus de tous bords sur les côtes bretonnes souillées par la marée noire géante, ainsi que l'étonnement des juristes. Pour Philippe Delebecque, professeur de droit maritime à l'université Paris I Panthéon-Sorbonne et président de la chambre arbitrale maritime de Paris, cet avis, qui repose sur une interprétation restrictive des textes juridiques serait, s'il était suivi, un "véritable coup de tonnerre" pour le droit maritime et environnemental. Affaire Erika Affaire Erika
«Erika» : la justice veut passer l’éponge «Erika» : la justice veut passer l’éponge Le procès de l’une des plus importantes catastrophes écologiques qu’ait connu la France va-t-il définitivement sombrer, poussé au naufrage par l’Etat lui-même ? Le 24 mai, la Cour de cassation, la plus haute juridiction française, doit se prononcer dans le dossier de l’Erika, le pétrolier affrété par Total et dont le naufrage, en décembre 1999, avait provoqué l’une des pires marées noires ayant souillé le littoral français. L’avis de l’avocat général et le rapport préparatoire au débat contradictoire devant la cour, que Libération s’est procurés, aboutissent aux mêmes conclusions stupéfiantes : la cassation totale, sans renvoi, de l’arrêt attaqué, c’est-à-dire l’annulation pure et simple du procès en appel qui avait vu la condamnation pénale de Total. Jusqu’ici, la catastrophe environnementale a donné lieu à deux procès-fleuves, en première instance en 2007 et en appel en 2009.
Marche de l'acier, Florange Marche de l'acier, Florange Partis le 28 mars de Lorraine, les métallos de l'aciérie ArcelorMittal de Florange, en Moselle, sont arrivés vendredi 6 avril sous la tour Eiffel après avoir parcouru plus de 300 kilomètres. Les 17 marcheurs, syndiqués ou non, ont terminé symboliquement leur périple au pied de la "Dame de Fer", construite en acier lorrain. "Les gars, c'est à qui ça ?", ont-ils lancé en montrant la tour Eiffel.
Accident centrale de Penly (seine-maritime) Accident centrale de Penly (seine-maritime) Mis en service en 1992, le réacteur à eau pressurisé de Penly (Seine-Maritime) a rencontré jeudi 5 avril une défaillance sur l'une des pompes de son système de refroidissement. Incendie, fuite d'eau radioactive, arrêt du réacteur… Voici ce que l'on sait de cet enchaînement d'incidents, qui pour autant n'a pas débouché sur une catastrophe. 12 h 20 : Une alarme incendie retentit dans la centrale après un dégagement de fumée. Deux départs de feu viennent d'être constatés à l'intérieur du bâtiment du réacteur.
La fuite sur un joint du circuit de refroidissement du réacteur n°2 de la centrale nucléaire de Penly, en Seine-Maritime, est colmatée depuis 4 heures ce vendredi matin, a indiqué EDF dans un communiqué, précisant que l'incident n'avait eu «aucune conséquence sur l'environnement». «Cet incident n'a eu aucune conséquence sur l'environnement» a également affirmé l'ASN dans un communiqué publié dans la nuit. «Depuis 4 heures ce matin, il n'y a plus de fuite au niveau du joint de cette pompe», a expliqué EDF. «Ce retour à la normale sur le circuit de refroidissement a permis de lever le plan de mobilisation interne à 5h15 ce matin», a poursuivi le groupe. «Dans la nuit du 5 au 6 avril, les équipes de la centrale de Penly ont réussi à maîtriser la fuite d'eau sur le joint de la pompe du circuit primaire de refroidissement du réacteur en faisant baisser la pression et la température de ce circuit», a-t-il précisé. «Plus de fuite d'eau» à la centrale nucléaire de Penly selon EDF «Plus de fuite d'eau» à la centrale nucléaire de Penly selon EDF
Penly: La fuite d'eau maîtrisée, le réacteur maintenu l'arrêt Penly: La fuite d'eau maîtrisée, le réacteur maintenu l'arrêt La fuite d'eau sur le joint de la pompe du circuit primaire de refroidissement d'un réacteur de la centrale nucléaire d'EDF à Penly (Seine-Maritime) a bien été maîtrisée dans la nuit de jeudi à vendredi, mais le réacteur est maintenu à l'arrêt dans l'attente d'une expertise, annonce ce vendredi l'Agence de sûreté nucléaire (ASN), qui procède à une inspection du site. L'incident, classé provisoirement au niveau 1 sur une échelle qui en compte sept, n'a pas perturbé le refroidissement du réacteur et n'a eu aucune conséquence sur l'environnement, précise l'ASN dans un communiqué, confirmant le diagnostic du groupe d'électricité. Il n'y a plus de fuite depuis 4h et le plan de mobilisation interne a été levé à 5h15, a indiqué EDF.
L'affaire ne date pas d'hier, et le litige portait à l'origine sur un service depuis disparu : MegaUpload. Mais la procédure s'est poursuivie, et l'autorité de la concurrence a rendu, ce mardi, son avis dans le contentieux opposant Orange au fournisseur de bande passante Cogent, à l'époque prestataire de MegaUpload et MegaVideo. En janvier 2011, des clients Orange se plaignent d'un accès ralenti aux services de MegaUpload et MegaVideo. Cogent, qui diffuse les contenus de ces sites, accuse alors Orange de fournir un accès volontairement dégradé à ses utilisateurs, et de ne pas avoir réalisé les investissements nécessaires pour fournir la qualité de service promise à ses abonnés ; Cogent incitait alors les clients d'Orange à se retourner contre leur FAI. De son côté, Orange niait toute dégradation volontaire, et estimait que c'était au contraire la qualité des infrastructures de Cogent qui était en cause. Megaupload/Orange
La France a obtenu de ses partenaires du Conseil de sécurité un "accord de principe" pour une déclaration sur le Mali et espère que ce texte sera adopté mardi 4 avril dans la soirée ou mercredi, a indiqué l'ambassadeur français à l'ONU Gérard Araud. Selon un diplomate, ce projet de "déclaration présidentielle" condamne le coup d'Etat à Bamako et l'offensive des rebelles dans le Nord, exige "le retour à l'ordre constitutionnel", c'est-à-dire le rétablissement du gouvernement démocratiquement élu et du président Amadou Toumani Touré, et soutient les efforts de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) pour sortir de la crise. Dans un entretien à l'AFP, le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, a expliqué que la France entendait mobiliser contre le "péril islamiste" au Sahel et contre Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), à la fois au niveau régional et au Conseil de sécurité de l'ONU. Mali: Paris veut mobiliser contre le "péril islamiste"
Maurice Lévy publicis Maurice Lévy (MEIGNEUX/SIPA) Du même auteur Le cas Maurice Lévy n’en finit plus de s’aggraver. La semaine dernière, latribune.fr indiquait que le patron de Publicis allait empocher cette année un bonus gargantuesque de 16 millions d’euros. Aujourd’hui, Marianne révèle que, depuis le 1er janvier dernier, le même exerce sa fonction de président de directoire de Publicis tout en faisant valoir ses droits à la retraite.
Le directeur de Sciences Po, Richard Descoings, retrouv mort dans sa chambre d'h tel New York DECES - Il avait 53 ans et dirigeait le prestigieux établissement de la rue Saint-Guillaume depuis 1996... Le directeur de l'Institut d'études politiques (IEP) de Paris, Richard Descoings, est décédé, mardi à New York. Hervé Crès, directeur adjoint de Sciences Po Paris, l'a annoncé mercredi. Il n'a pas précisé les circonstances du décès. Une enquête ouverte
Le Monde.fr avec AFP et Reuters | • Mis à jour le L'autopsie du corps du directeur de Sciences Po Paris Richard Descoings n'a pas été concluante et de nouveaux tests sont nécessaires, a annoncé mercredi 4 avril une porte-parole des services du médecin légiste de New York. "Nous avons fait une autopsie aujourd'hui, mais elle n'est pas concluante, et nous devons faire d'autres tests toxicologiques et de tissus", a précisé cette porte-parole, Ellen Borakove, en précisant que les résultats de ces examens ne seraient pas connus avant "dix ou quinze jours". "L'enquête se poursuit", a pour sa part déclaré un porte-parole de la police de New York. autopsie richard descoings (directeur-de-sciences-po-paris)
Maurice Levy, l'empereur des bonus
Livres: hausse de la TVA
La DGSE fête ses trente ans
Le trafic aérien perturbé par une grève des contrôleurs
Beaucoup de jeunes imams sont les vrais promoteurs d'un islam francais
L'Islam de France, ce chantier inachevé