background preloader

L'Etat

Facebook Twitter

Ni ni

Le gouvernement. Europe, citoyenneté européenne. Défense nationale. Service public et privatisations. Outre-mer. La Polis et sa police. Le vote. Impôts. Lutte contre le djihadisme. Les députés. La séparation des pouvoirs. Les affaires. L'Etat et les lobbies.

État, propagande et "post-vérité"

L'Etat et la presse. Impérialismes. Laïcité. Anti-immigration. Palestine-Israël. Chefs d'Etat. Isolationnisme. Protectionnisme. Barack Obama met fin au régime spécial d’immigration pour les Cubains. L’abrogation de ce dispositif répond à une demande de La Havane.

Barack Obama met fin au régime spécial d’immigration pour les Cubains

Désormais, les Cubains qui tentent d’entrer illégalement aux Etats-Unis seront expulsés. A huit jours de la fin de son mandat, jeudi 12 janvier, le président américain Barack Obama a annoncé la fin d’un dispositif en place depuis des décennies, accordant un permis de séjour aux immigrants clandestins cubains arrivés sur le territoire américain. Deux ans après le début du rapprochement entre Washington et La Havane, l’abrogation de ce régime spécial, avec effet immédiat, répond à une demande de longue date du régime communiste, qui y voyait une incitation à l’exil de ses ressortissants.

Cette décision est un moyen pour le président démocrate de cimenter un peu plus un rapprochement sur lequel son successeur républicain Donald Trump s’est montré réservé. Lire aussi : Etats-Unis : le rapprochement avec Cuba menacé Fin du régime de faveur La Havane acceptera les Cubains expulsés La menace de Donald Trump.

Espionnage, cyberattaques, ingérances électorales

Dictature, régime autoritaire. Colonialisme, colonisations, décolonisation. Paix? Sécurité et liberté. « La Sociale » : la Sécu auscultée sans modération. Gilles Perret retrace l’histoire de l’institution, née après la Libération et attaquée désormais de toutes parts.

« La Sociale » : la Sécu auscultée sans modération

Guerres et génocides

A Libreville : « Tant qu’on ne voit pas de corps, on ne peut rien dire » Où est Gildas ?

A Libreville : « Tant qu’on ne voit pas de corps, on ne peut rien dire »

Un nouveau document libyen mentionne le financement de la campagne Sarkozy de 2007. Selon une information du site d’information Mediapart, la justice, qui enquête sur un possible financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy pour la présidentielle de 2007, a obtenu le carnet d’un ancien dignitaire du régime de Mouammar Kadhafi, dans lequel est consignée une série de versements au profit de l’ancien chef de l’Etat.

Un nouveau document libyen mentionne le financement de la campagne Sarkozy de 2007

Au total, ce sont 6,5 millions d’euros qui lui auraient été versés en pleine campagne électorale. Une source judiciaire confirme au Monde l’existence de ce carnet, qui est bien en train d’être étudié par la justice. Mediapart rapporte qu’il appartient à Choukri Ghanem, chef du gouvernement (2003-2006) et ministre du pétrole (2006-2011) de la Libye ayant fait défection en 2011. Mediapart cite notamment une réunion datée du 29 avril 2007 lors de laquelle Bachir Saleh, le directeur de cabinet du « Guide » libyen et patron de l’un des fonds souverains du pays, le Libyan Africa Portfolio (LAP), dit avoir transféré 1,5 million d’euros à Nicolas Sarkozy.

Shimon Pérès, l’ancien président et premier ministre israélien, est mort. L’état du Prix Nobel de la paix s’était aggravé mardi, deux semaines après un accident vasculaire cérébral.

Shimon Pérès, l’ancien président et premier ministre israélien, est mort

Il avait 93 ans. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Gilles Paris (.) De tous les responsables de son pays, il était à la fois le plus ancien et le moins israélien. Longtemps mal-aimé parmi les siens, toujours prêts à moquer son inaptitude persistante au suffrage universel, et pourtant sans conteste meilleur commis voyageur d’Israël. Hospitalisé pour « une infection pulmonaire », Jacques Chirac est « conscient » L’ancien président Jacques Chirac, qui aura 84 ans en novembre et a été plusieurs fois hospitalisé depuis son départ de l’Elysée en 2007, a été admis dimanche à La Pitié-Salpêtrière pour une infection pulmonaire.

Hospitalisé pour « une infection pulmonaire », Jacques Chirac est « conscient »

L’ex-chef de l’Etat « a été hospitalisé ce matin à la Pitié-Salpêtrière pour le traitement d’une infection pulmonaire », selon l’époux de sa fille Claude Chirac, Frédéric Salat-Baroux, précisant qu’il resterait hospitalisé « dans les prochains jours ». Son retour du Maroc, où il séjournait avec son épouse Bernadette, a été anticipé de 24 heures sur avis des médecins, selon un proche. Départs en série dans les ministères et à l’Elysée. A quelques mois des élections présidentielle et législatives, les vannes des cabinets ministériels et de l’Elysée sont grandes ouvertes.

Départs en série dans les ministères et à l’Elysée

Dans le sens du départ. Courage, fuyons avant une déroute annoncée. Certes, la période préélectorale est toujours propice à des reclassements – ou à des promotions pour services rendus – avant une éventuelle alternance. Néanmoins, les départs enregistrés au cours de l’été excèdent amplement les habituelles reconversions. Terrorisme, laïcité, Etat de droit… Ce qu’il faut retenir du discours de François Hollande. Entrer dans la campagne présidentielle, sans se déclarer explicitement.

Terrorisme, laïcité, Etat de droit… Ce qu’il faut retenir du discours de François Hollande

A l’occasion d’un discours sur « la démocratie face au terrorisme », qu’il prononçait jeudi 8 septembre, François Hollande a tenté d’esquisser les contours et le contenu d’une nouvelle candidature en 2017. Suivez aussi le direct politique. Les attaques de la droite contre la Constitution, un « signe d’impuissance » pour les juristes. Le code de la route, qui sauve des vies, agace l’automobiliste trop pressé ; l’Etat de droit, qui garantit nos libertés, insupporte le politique lancé à vive allure dans une campagne sécuritaire.

Les attaques de la droite contre la Constitution, un « signe d’impuissance » pour les juristes

A l’approche de la primaire de la droite pour l’élection présidentielle, qui se tient dans un contexte marqué par la menace terroriste et de sempiternelles querelles sur « l’identité » en général et la place de l’islam en particulier, il est manifestement difficile, pour certains, de consentir à s’arrêter au feu rouge. Loi fondamentale, fondement de notre Etat de droit, la Constitution en prend pour son grade. L’affaire n’est pas nouvelle, qui renvoie, in fine, aux batailles de légitimité entre politiques et juges. Mais cet été, elle a pris une tonalité particulière. A droite, où l’on se dit encore volontiers héritier du gaullisme, on en a entendu des vertes et des pas mûres sur le grand œuvre du général. Brésil : la présidente Dilma Rousseff destituée. Michel Temer, son vice-président, est devenu officiellement le nouveau chef d’Etat brésilien immédiatement après le scrutin.

Brésil : la présidente Dilma Rousseff destituée

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Claire Gatinois (Sao Paulo, correspondante) La dramatisation de sa chute, la dénonciation d’un « coup d’Etat » menaçant la jeune démocratie brésilienne, son passé de guérillera, ses souffrances et sa résistance à la torture sous la dictature militaire (1964-1985) ne lui auront pas assuré la mansuétude de ses juges. Après des heures de débats marqués par les invectives et les larmes, les sénateurs ont, mercredi 31 août, décidé de la destitution de la présidente Dilma Rousseff par 61 voix contre 20, soit bien plus que les deux tiers nécessaires à son départ définitif.

Un vote conforme au souhait formé, en avril, par 60 % de Brésiliens. Au Brésil, Dilma Rousseff, présumée destituée. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Claire Gatinois (Sao Paulo, correspondante) Isolée, presque abandonnée, Dilma Rousseff vit des jours paisibles et ennuyeux dans sa résidence, le palais de l’Alvorada, à Brasilia. Tandis que s’est ouvert, jeudi 25 août, son procès en destitution au Sénat, la présidente brésilienne, éloignée du pouvoir depuis le 12 mai, est donnée morte politiquement. Elle est plongée par anticipation dans les oubliettes politiques. En plein Jeux olympiques (JO), le 16 août, son « message au Sénat et au peuple brésilien » était passé inaperçu.

Inaudible et inutile. Fethullah Gülen : « Si les accusations sont établies, je m’engage à retourner en Turquie » LE MONDE | • Mis à jour le | Par Fethullah Gülen (intellectuel, prédicateur et fondateur du mouvement Gülen (Hizmet)) Par Fethullah Gülen, prédicateur et fondateur du mouvement turc Hizmet. Bernard Cazeneuve : « L’état d’urgence ne peut pas être un état permanent » LE MONDE | • Mis à jour le | Par Nicolas Chapuis, Julia Pascual et Soren Seelow Mis en cause par la droite et l’extrême droite pour sa gestion de la menace terroriste, Bernard Cazeneuve, le ministre de l’intérieur, répond dans une interview au Monde, et s’en prend à ceux qui, en proposant des « lois d’exception », veulent « s’affranchir de l’Etat de droit ».

La droite a immédiatement mis en cause le gouvernement après l’attentat de Nice, survenu le 14 juillet. Y a-t-il eu une faille dans la sécurité ou au niveau des services de renseignement ? A Nice, la polémique a commencé dans les minutes qui ont suivi la commission de l’abject attentat. Des élus ont proféré des accusations et mis en cause les services de l’Etat. Pierre Rosanvallon : « Créer un sentiment de démocratie permanente, de démocratie continue » Titulaire de la chaire d’histoire moderne et contemporaine du politique au Collège de France, Pierre Rosanvallon est l’auteur de nombreux ouvrages consacrés à la démocratie. Il a récemment publié Le Bon Gouvernement (Seuil, 2015). Quel diagnostic faites-vous de l’état de notre démocratie ? On assiste aujourd’hui à deux phénomènes contraires : un profond désenchantement, d’une part, et l’expérimentation de nouvelles formes d’interventions citoyennes, d’autre part.

Le positif se mêle donc au négatif, ces expérimentations ayant précisément pour objet de répondre aux dysfonctionnements de notre démocratie. Coup d’Etat en Turquie : Barack Obama appelle à soutenir le président Erdogan. Le Monde.fr avec AFP et AP | • Mis à jour le Le président des Etats-Unis, Barack Obama, a exhorté toutes les parties en Turquie à soutenir le gouvernement turc « démocratiquement élu » du président Recep Tayyip Erdogan, après la tentative de coup d’Etat lancée par une portion de l’armée, vendredi 15 juillet.

M. Obama a aussi appelé – après une conversation avec son secrétaire d’Etat John Kerry –, à « faire preuve de retenue et éviter violence ou bain de sang » en Turquie, où des policiers ont été tués et où des soldats ont tiré sur la foule à Istanbul. La situation en Turquie est suivie avec beaucoup d’attention au plan international. « Notre identité républicaine repose sur la laïcité », par Jean-Louis Bianco. Par Jean-Louis Bianco Dans le contexte des attentats qui ont frappé la France, fait à la fois d’émotion et d’inquiétude, il est plus nécessaire que jamais de garder la tête froide et de ne pas céder aux surenchères. Certains n’ont pourtant de cesse de convoquer les instincts et d’alimenter les haines.

Comme [la présidente du Front national] Marine Le Pen qui cherche à se démarquer du racisme de son père tout en stigmatisant les mêmes populations, ils légitiment systématiquement leur discours par l’emploi d’un seul mot : « laïcité ». François Hollande souhaite garantir l’anonymat des policiers. A Magnanville, la peur et la colère des policiers. Ce que l’on sait du meurtre d’un couple de policiers dans les Yvelines. Le Monde.fr avec AFP | • Mis à jour le | Par Elise Vincent, Julia Pascual et Le Monde.fr. Les policiers dans la rue contre la « haine » et pour plus de fermeté. La Tunisie s’interroge sur la mue du parti islamiste Ennahda. Mutation doctrinale ? Ravalement de façade ? En Autriche, l’extrême droite du FPÖ proche du pouvoir. Heinz-Christian Strache, le chef du Parti libéral d’Autriche (FPÖ) en est persuadé : son pays se trouve « face à une nouvelle ère politique » avec la possible victoire de Norbert Hofer à l’élection présidentielle du dimanche 22 mai.

Pour la première fois, un pays membre de l’Union européenne aurait un chef de l’Etat issu de l’extrême droite. Rached Ghannouchi : « Il n’y a plus de justification à l’islam politique en Tunisie » Loi travail : plusieurs opposants interdits de manifester. Une dizaine de militants du collectif Antifasciste Paris-Banlieue (AFA) et du Mouvement interluttes indépendant (MILI) engagés dans les défilés contre la loi travail se sont vus notifier une interdiction de manifester avant la prochaine journée d’action du 17 mai. La chute de la présidente Dilma Rousseff laisse le Brésil sonné. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Claire Gatinois (Brasilia, envoyée spéciale) Michel Temer se plaignait de n’être qu’un « vice-président décoratif », il est maintenant chef de l’Etat par intérim.

Après la motion de censure, le PS au bord de la rupture. Loi travail : comment l’exécutif a choisi de la faire passer au forceps. Hongrie : Viktor Orban, architecte de la démocratie non libérale en Europe. Sadiq Khan, le « vivre-ensemble » à la mairie de Londres. Myriam El Khomri, vent debout. 1er-Mai : une mobilisation affaiblie, des tensions à Paris. Vers la fin du clivage gauche-droite ? La sélection TV du « Monde » Le revenu universel, généalogie d’une utopie. La folie présidentielle continue de faire des émules. Attentats de Bruxelles : le gouvernement belge sous pression. Loi travail, Nuit debout, 2017... Ce qu’il faut retenir de Hollande à « Dialogues citoyens »

En Turquie, Erdogan, du bon élève au maître-chanteur. En Hongrie, l’objectif « zéro réfugié » de Viktor Orban.