background preloader

Chefs d'Etat

Facebook Twitter

Tromp. Président Trump, semaine 12 : le réalignement permanent. Il est encore trop tôt pour enterrer le tribun populiste et ethno-nationaliste qui avait fait se pâmer la droite de la droite américaine, mais déjà un Trump n° 2 perce sous le Trump n° 1.

Président Trump, semaine 12 : le réalignement permanent

C’était prévisible, l’imprévisibilité devient système à la Maison Blanche. Le changement de pied se généralise, y compris dans les détails. Jeudi, Donald Trump recevait les pompiers qui étaient intervenus en mars lors de l’effondrement d’un pont, à Atlanta en Géorgie. Un exercice de routine qui a donné l’occasion au président de présenter à ses visiteurs la poignée de journalistes autorisés à assister à la rencontre comme des gens « très célèbres » et « honorables ».

Certes pas autant que les soldats du feu, mais honorables tout de même. Après des débuts difficiles, ou bien à cause de débuts difficiles, le réalignement est devenu permanent. Le Washington Post s’en est félicité dans un éditorial et a presque félicité M. Ton du patron coupeur de tête. Maroc : le roi nomme un gouvernement de technocrates qui marginalise les islamistes. Après le limogeage surprise du premier ministre Abdelilah Benkirane, son successeur, l’islamiste Saad-Eddine Al-Othmani, a plié face aux exigences des proches du palais.

Maroc : le roi nomme un gouvernement de technocrates qui marginalise les islamistes

Le roi du Maroc a nommé, jeudi 5 avril, les membres du nouveau gouvernement issu des législatives du 7 octobre 2016. Dans la salle du trône du palais royal de Rabat, Mohammed VI a reçu les ministres et secrétaires d’Etat mais seuls les novices ont prêté serment devant lui. Le nouveau gouvernement compte 39 membres : vingt ministres, six ministres délégués et treize secrétaires d’Etat.

La communauté internationale s’inquiète du « coup d’Etat » de Maduro au Venezuela. La condamnation est unanime.

La communauté internationale s’inquiète du « coup d’Etat » de Maduro au Venezuela

Seule la Bolivie du président Evo Morales a défendu le chef d’Etat vénézuélien, qui a nié vendredi toute « rupture de l’ordre constitutionnel ». Le Monde.fr avec AFP et Reuters | • Mis à jour le Une pluie de critiques internationales s’est abattue sur le président Nicolas Maduro, accusé de coup d’Etat au Venezuela après la décision du Tribunal suprême de justice (TSJ) – ou Cour suprême –, de s’accaparer la prérogative du Parlement d’édicter des lois. Président Trump, semaine 9 : stupeur et détachement. Le président a commenté son échec de réforme de l’Obamacare comme s’il n’était pas le sien.

Président Trump, semaine 9 : stupeur et détachement

La veille, un entretien accordé au « Time » avait déjà distillé cette impression de mise à distance permanente. La défaite attire peu. Ils n’étaient que trois dans le bureau Ovale, vendredi 24 mars, après l’enterrement d’une réforme de santé promise depuis sept ans, tuée par les divisions internes républicaines. On avait connu les lieux plus fréquentés, les premières semaines, lorsqu’on allait voir ce qu’on allait voir. L’entourage des conseillers formait alors régulièrement un arc-de-cercle autour du président, assis derrière le Resolute desk, cadeau mobilier de la reine Victoria, et Donald Trump apposait sa signature au bas d’un document. Les hommes neufs de Vladimir Poutine.

En vue de l’élection présidentielle de 2018, le président russe se débarrasse de sa vieille garde, pour placer une équipe plus jeune qui « ne tutoie pas le chef ».

Les hommes neufs de Vladimir Poutine

Un renouvellement qui accentue la personnalisation du régime. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Isabelle Mandraud (Moscou, correspondante) La garde prétorienne de Vladimir Poutine a changé. Président Trump, semaine 8 : l’hommage à (Donald) Jackson. Le président numéro 45 souhaite visiblement être comparé à Andrew Jackson (numéro 7), son lointain prédécesseur.

Président Trump, semaine 8 : l’hommage à (Donald) Jackson

Mais cet exercice est toujours à double tranchant. Les grands hommes, une fois devenus un morceau d’histoire, sont très accommodants. Et soudain, la feuille d’imposition de Trump est apparue à la télévision. Les médias sont, depuis 2016, à la recherche de ces feuilles d’impôts, afin de déterminer les sources de revenus du président et d’éventuels conflits d’intérêts.

Et soudain, la feuille d’imposition de Trump est apparue à la télévision

LE MONDE | • Mis à jour le | Par service international Le formulaire « 1040 » est brandi par la journaliste Rachel Maddow et il crève l’écran de la chaîne de télévision MSNBC… Le candidat Donald Trump avait refusé de rendre publiques ses déclarations de revenus prétextant les contrôles fiscaux dont il fait l’objet depuis des années. Président Trump, semaine 7 : immodestie et modestie.

Le président américain s’attribue la bonne santé de l’économie des Etats-Unis mais évite pour l’instant d’endosser le projet controversé de réforme du système de santé.

Président Trump, semaine 7 : immodestie et modestie

Tout change à Washington. Prenez par exemple les chiffres du département du travail. A la tête de la Birmanie depuis un an, Aung San Suu Kyi déçoit ses anciens partisans. Outre son silence sur la répression de la minorité rohingya, l’ancienne dissidente ne semble avoir aucun projet économique pour améliorer le développement de son pays.

A la tête de la Birmanie depuis un an, Aung San Suu Kyi déçoit ses anciens partisans

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Bruno Philip (Rangoun (Birmanie), envoyé spécial) « En Birmanie, observe un expert étranger basé à Rangoun, il y a deux pouvoirs : d’un côté, le gouvernement d’Aung San Suu Kyi, et de l’autre, l’armée. Tous deux fonctionnent de manière indépendante et ne se demandent pas leurs avis sur la conduite des affaires du pays. » La remarque illustre assez bien la situation du Myanmar, nom officiel de la Birmanie, depuis les élections législatives de novembre 2015, qui ont porté au pouvoir un gouvernement issu de la Ligue nationale pour la démocratie (NLD), le parti de l’ancienne dissidente. Dans la tête d’Angela Merkel.

Chronique imaginaire de Sylvie Kauffmann, éditorialiste au « Monde ».

Dans la tête d’Angela Merkel

A bord de l’avion qui l’emmène aux Etats-Unis, la chancelière allemande rumine ses pensées sur Donald Trump, qu’elle doit rencontrer le 14 mars à la Maison Blanche. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Sylvie Kauffmann (éditorialiste) Mardi 14 mars, la chancelière allemande, Angela Merkel, entreprend l’un des voyages les plus délicats de sa carrière : elle se rend à Washington pour y rencontrer le nouveau président américain, Donald Trump, en pleine crise de la relation transatlantique.

Cette chronique l’imagine se préparant mentalement, à bord de l’Airbus A-340 gouvernemental Konrad-Adenauer, au-dessus de l’Atlantique. « Mais que vais-je faire dans cette galère ? La présidente Park Geun-hye destituée, la Corée du Sud se prépare à une nouvelle élection. La Cour constitutionnelle du pays a entériné, vendredi, la décision prise en décembre par le Parlement de limoger la présidente, impliquée dans un scandale de corruption. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Philippe Mesmer (Tokyo, correspondance) Les grandes manœuvres ont commencé pour préparer la succession de la présidente sud-coréenne Park Geun-hye, dont la destitution a été officialisée vendredi 10 mars par la Cour constitutionnelle. Président Trump, semaine 6 : éclipse et réapparition. Mardi, devant le Congrès, le chef de l’Etat américain a pour la première fois adopté un ton présidentiel. Samedi, il a à nouveau craqué sur Twitter. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Gilles Paris (Washington, correspondant) Les Américains ont pu observer une éclipse de Donald Trump, mardi 28 février, en début de soirée.

L’événement a duré un peu plus d’une heure et a eu pour cadre le Congrès. Le président avait été invité à s’y exprimer devant les deux chambres réunies en session extraordinaire. Fidèle au texte qui apparaissait sur les deux écrans translucides disposés de part et d’autre de son pupitre, M. Les critiques ordinairement les plus acerbes du président n’ont pas même jugé contestable la manière avec laquelle M. Aux Philippines, la guerre sans foi ni loi de Duterte contre la drogue. En six mois, près de 6 000 personnes ont été tuées. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Harold Thibault Le 16 novembre au soir, Rey Carlo Isles, tout juste rentré chez lui après avoir acheté les médicaments que lui avait demandés sa mère, est ressorti faire un tour. Avant de se coucher, il aimait marcher un peu le long de l’avenue de l’Epiphanie-des-Saints, une grande artère de Manille, la capitale des Philippines. Carlo fumait un peu d’herbe mais pas de « shabu », la méthamphétamine qui, aux yeux du président Rodrigo Duterte, ronge la société.

Et en aucun cas il ne vendait de drogue, à en croire sa famille. Entre l’installation de M. Face au Congrès, Donald Trump soigne son ton présidentiel sans renier son cap. Loin de la tonalité de son discours d’investiture, le 45e président des Etats-Unis a livré, mardi 28 février, sa première allocution devant les élus du pays. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Gilles Paris (Washington, correspondant) Il n’a pas été question de « carnage » américain comme lors de la prestation de serment, le 20 janvier, ponctuée par son poing brandi.

Pas question non plus des accusations contre les « médias bidon » martelées pendant sa conférence de presse du 16 février. François Hollande, le président subliminal. En renonçant à se porter candidat, François Hollande est devenu presque invisible. Il multiplie pourtant les déplacements, tentant de laisser une trace avant de quitter le pouvoir. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Michel Noblecourt Il a fallu une accolade avec son ancien ministre Emmanuel Macron, mercredi 22 février au dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), pour que son image fasse une fugitive réapparition à la télévision. Depuis que, le 1er décembre 2016, François Hollande a décidé de ne pas briguer un nouveau mandat, il a quasiment disparu des écrans. Invisible, inaudible, il est devenu un président subliminal. Commémorations, inaugurations, colloques, sorties culturelles, remises de décorations – sans oublier des sauts de puce à l’étranger et des entretiens avec des chefs d’Etat –, François Hollande fait preuve d’un activisme frénétique.

Activisme très politique. Robert Littell : « Confrontés au torrent d’insultes de Trump, les espions ont riposté » Président Trump, semaine 4 : la Maison Blanche, nid d’emplois. Le poste stratégique de conseiller à la sécurité n’est toujours pas pourvu. Après le limogeage du général Flynn, plusieurs gradés ont décliné l’offre. Vous êtes général et la carrière vous ennuie. Donald Trump restaure la majorité conservatrice à la Cour suprême. Donald Trump, candidat permanent. Après un premier mois marqué par l’impréparation et les revirements, le président américain n’a pas renoncé à sa rhétorique et à ses méthodes de campagne. Le passage en force du président Trump.

Barack Obama a fait part de son « désaccord fondamental » avec la politique migratoire de son successeur. Aquilino Morelle : « François Hollande ne voulait pas exercer le pouvoir » L’ancien conseiller du chef de l’Etat publie, le 11 janvier, « L’Abdication », un livre de 416 pages dans lequel il revient sur son expérience du pouvoir. LE MONDE | • Mis à jour le | Propos recueillis par Bastien Bonnefous Il avait quitté François Hollande le 18 avril 2014, renvoyé de l’Elysée après les accusations par Mediapart d’une prise illégale d’intérêts avec des laboratoires pharmaceutiques – classée sans suite en mars 2015 – et l’affaire de ses chaussures cirées.

Président Trump, semaine 2 : des chiffres et des fuites. Les élites démocrates en pleine dépression. Après le traumatisme de la victoire de Donald Trump, l’intelligentsia proche du Parti démocrate fait son mea culpa. Donald Trump met en scène la rupture avec la présidence Obama. Le nouveau président américain multiplie (et médiatise) les signes – parfois purement symboliques – en direction de son électorat conservateur. La scène est vite devenue familière. Barack Obama entame une retraite vigilante. Un des plus jeunes présidents à quitter la Maison Blanche, il prévoit de rédiger ses mémoires et former la prochaine génération de leaders. Les difficiles débuts de Donald Trump, déjà impopulaire. Barack Obama : « La démocratie ne marche pas toujours comme on voudrait » Donald Trump, une présidence sans état de grâce. Karl Rove : « Il ne faut pas prendre Donald Trump littéralement » Obama promet à Trump de faire « tout son possible » pour qu’il réussisse. Trump-Poutine, le match des titans.

La Trump Tower, siège du pouvoir américain. Xi Jinping, Trump, Poutine : un trio de durs face à une Europe trop douce. « Pour Donald Trump, la démocratie, c’est bon pour les losers » Donald Trump s’attaque à une figure de la lutte pour les droits civiques. Ivanka Trump, première « First Daughter »