background preloader

Articles Psychomédia

Facebook Twitter

5 composantes de la sagesse selon des chercheurs en psychologie cognitive du développement. Au cours des deux dernières décennies, il y a eu un regain d'intérêt en psychologie pour l'étude du thème ancien de la sagesse, en particulier de la part de chercheurs intéressés par les stades de développement chez l'adulte et les aspects positifs du vieillissement.

5 composantes de la sagesse selon des chercheurs en psychologie cognitive du développement

Alors que plusieurs définitions ont été données de la sagesse, elle est généralement vue comme une utilisation compétente des connaissances et de l'expérience pour améliorer son propre bien-être et celui des autres (1). Qu'est-ce qui distingue une personne capable d'être sage d'une personne moins capable? Plusieurs dimensions (ou composantes) de la sagesse ont été proposées. Sur la base d'une revue de la littérature, le psychologue Jeffrey Dean Webster a proposé (2003) les 5 dimensions suivantes : L'expérience Il n'y a pas de sagesse sans expériences riches et variées. De son côté, le psychologue américain Robert J. Psychomédia avec sources: Journal of Adult Development, American Psychologist. Modèle cognitif de l'intuition.

Comment l'intuition est-elle comprise par les chercheurs en neuropsychologie?

Modèle cognitif de l'intuition

Les recherches des dernières années ont appuyé un modèle selon lequel le cerveau a deux systèmes pour recevoir et analyser les informations sensorielles, un système conscient et un système inconscient. Dans le système inconscient, celui des connaissances tacites, les impressions sensorielles sont comparées aux images précédemment encodées en mémoire. Avec l'aide de ces impressions sensorielles stockées, la personne évalue inconsciemment les situations rencontrées et peut en prédire l'issue, bonne ou mauvaise. Cette capacité est particulièrement utile dans des situations complexes, riches en informations pertinentes et non pertinentes. 15 biais cognitifs qui nuisent à la pensée rationnelle.

Les biais cognitifs (aussi appelés biais psychologiques) sont des formes de pensée qui dévient de la pensée logique ou rationnelle et qui ont tendance à être systématiquement utilisées dans diverses situations.

15 biais cognitifs qui nuisent à la pensée rationnelle

Ils constituent des façons rapides et intuitives de porter des jugements ou de prendre des décisions qui sont moins laborieuses qu'un raisonnement analytique qui tiendrait compte de toutes les informations pertinentes. Ces jugements rapides sont souvent utiles mais sont aussi à la base de jugements erronés typiques. Le concept a été introduit au début des années 1970 par les psychologues Daniel Kahneman (prix Nobel en économie en 2002) et Amos Tversky pour expliquer certaines tendances vers des décisions irrationnelles dans le domaine économique. Depuis, une multitude de biais intervenant dans plusieurs domaines ont été identifiés par la recherche en psychologie cognitive et sociale. Certains biais s'expliquent par les ressources cognitives limitées. Le biais de confirmation. Certains troubles mentaux plus fréquents chez les gauchers. Il n'y a pas de différence de quotient intellectuel (QI) entre les droitiers et les gauchers, montrent les études.

Certains troubles mentaux plus fréquents chez les gauchers

Les gauchers auraient toutefois une tendance à être plus créatifs. Des études ont montré, par exemple, qu'ils obtiennent de meilleurs scores à des tests de pensée divergente, qui est la capacité de développer de nouveaux concepts à partir des connaissances existantes et qui est considérée comme étant une composante de la créativité. Une cause possible de la plus grande prévalence de certains troubles mentaux serait liée à la latéralisation cérébrale. Base biologique commune à la créativité et à la schizophrénie. Cela veut dire que les individus créatifs demeurent en contact avec l'information supplémentaire qui provient constamment de l'environnement, explique un des co-auteurs.

Base biologique commune à la créativité et à la schizophrénie

La précrastination est aussi un phénomène courant. Avec ses collègues (1), il a réalisé une expérience pour explorer à quel point les gens peuvent être prêts à fournir un effort physique supplémentaire pour se débarrasser d'une chose à faire.

La précrastination est aussi un phénomène courant

Des étudiants devaient prendre l'un de deux seaux d'un certain poids situés à des emplacements différents dans une allée et l'amener au bout de cette dernière. Ils avaient la consigne de faire ce qui leur semblait le plus facile. Alors qu'on s'attendrait à ce qu'ils aient pris le seau situé le plus loin afin de le transporter sur une moins grande distance, la plupart ont choisi le premier seau bien que cela implique un plus grand effort physique. Partage de photos et nombre d'amis sur Facebook sont influencés par le type d'estime de soi. Les femmes qui fondent leur estime de soi sur l'apparence ont tendance à partager plus de photos en ligne et à maintenir de plus grands réseaux sur Facebook, selon une étude publiée dans la revue Cyberpsychology, Behavior and Social Networking.

Partage de photos et nombre d'amis sur Facebook sont influencés par le type d'estime de soi

Michael A. Stefanone de l'Université d'État de New York à Buffalo et ses collègues ont étudiés les variables expliquant les comportements en ligne sur les sites de réseaux sociaux. Ils ont mené cette étude avec 311 hommes et femmes, âgés de 23 ans en moyenne, qui ont complété un questionnaire mesurant les déterminants du sentiment de valeur personnelle.

Les contingences sur lesquelles est basé le sentiment de valeur personnelle expliquent en grande partie le comportement social adopté en ligne, concluent les chercheurs. Les participants dont l'estime de soi était fondée sur des contingences externes, telles que l'approbation des autres, l'apparence physique et la compétition pour surpasser les autres, partageaient plus de photos sur Facebook. Pourquoi les gens défendent-ils des systèmes injustes, incompétents et corrompus? Comment se fait-il que les gens défendent et appuient des systèmes sociaux (gouvernements, institutions, entreprises…) qui s'avèrent injustes, incompétents et corrompus?

Pourquoi les gens défendent-ils des systèmes injustes, incompétents et corrompus?

Dans le cadre de la théorie de la justification du système (1), en psychologie sociale, des études montrent qu'ils cherchent à maintenir leurs vues selon lesquelles leurs systèmes sociaux sont relativement légitimes, même lorsqu'ils sont confrontés à des informations qui suggèrent le contraire. Ils s'engagent alors dans des processus psychologiques qui visent à défendre le système et à le justifier. Mais ils ne justifient pas leurs systèmes sociaux en tout temps, expliquent les psychologues Aaron C.

Kay de l'Université Duke et Justin Friesen de l'Université de Waterloo. Certains contextes, proposent-ils dans une étude publiée en 2011 dans la revue Current Directions in Psychological Science, motivent davantage à défendre le statu quo. Les ingrédients secrets des meilleurs baisers. "Je crois que trois systèmes cérébraux distincts ont évolué pour favoriser l'accouplement et la reproduction, explique-t-elle.

Les ingrédients secrets des meilleurs baisers

Un premier est la libido ou le désir sexuel. Un second est l'amour romantique (l'exaltation, la pensée obsessionnelle, ...) et un troisième est l'attachement (le sentiment de calme et de sécurité éprouvé avec un(e) partenaire à long terme)", dit-elle. "Alors que fait un baiser? Il y a un échange de testostérone qui aide à provoquer le désir sexuel. Si c'est excitant, cela élève la dopamine, qui est associée à l'amour romantique.

Embrasser est une façon d'évaluer un(e) partenaire potentiel(le), croit-elle.