background preloader

Propositions de lectures sur l'homme et l'animal - Lettrines

Facebook Twitter

Sans titre. Comme promis, les vacances arrivant, et, je vous le souhaite, du temps libre, du temps libre, je vous invite à sélectionner un livre parmi ceux que je propose - et si jamais vous avez vous-mêmes des idées d’œuvres sur la relation entre l’homme et l’animal, elles sont les bienvenues ! Propositions de lectures sur l’homme et l’animal - Lettrines, par pgdanset Sur France Inter, “Nastassja Martin, anthropologue, 33 ans : la femme qui a vu l’ours” (2019) - 5 minutes En voici une brève, donc insuffisante, schématique et frustrante présentation, mais je vous laisse le soin de glaner des informations. Je me permets d’insister surtout sur les deux premiers.

Pour La panthère des neiges, Sylvain Tesson a obtenu le prix Renaudot en 2019. Je crois beaucoup à Croire aux fauves dont j’ai lu des extraits, et que j’espère lire en même temps que certains d’entre vous. Nastassja Martin, autrice de Croire aux fauves, sur France Inter : "la femme qui a vu l'ours" Elle est née à Grenoble en 1986. Elle est anthropologue, experte reconnue des peuples du Grand Nord. Blonde, 1 mètre 80, elle s’appelle Nsatassja Martin et vient de publier un livre, « Croire aux fauves », dans lequel elle raconte son métier, sa vie et sa renaissance après une rencontre qui aurait pu lui être fatale...

C’était le 25 août 2015, sur les hauteurs du Kamtchatka, péninsule aux 200 volcans à l’extrême est de la Russie. Une expédition avec deux camarades au milieu de glaciers recouverts de cendres. A un moment donné, elle quitte ses compagnons. Besoin de marcher seule. Et là, elle tombe nez à nez avec… un ours. De cet affrontement, ne restent que des flashs Mais si spectaculaire que soit la confrontation, il est essentiel, pour moi, de la dédramatiser. Et c’est ce cheminement qu’elle relate dans son livre. On croise d’ailleurs plein d’autres animaux dans la presse. Des abeilles dans Les dernières nouvelles d'Alsace. Confirmation d’un docteur parasitologue : Des cochons non plus. La panthère des neiges - Sylvain Tesson. # RENTREE LITTERAIRE 2019«– Tesson ! Je poursuis une bête depuis six ans, dit Munier.

Elle se cache sur les plateaux du Tibet. J'y retourne cet hiver, je t'emmène. – Qui est-ce ? – La panthère des neiges. Croire aux fauves de Nastassja Martin. « Maintenant tu es miedka, celle qui vit entre les mondes », lui dit à l'hôpital son ami Andreï, lui enjoignant de pardonner à l'ours, qui l'a « marquée » en la défigurant. La métamorphose - Franz Kafka. La métamorphose est un recueil de 16 nouvelles de longueurs inégales (allant de 3 phrases à 85 pages) dont la plus étoffée est la nouvelle titre, "La Métamorphose". Que dire après les centaines de critiques qui ont élevé Kafka à des hauteurs inaccessibles et les millions de gens qui l'ont lu et relu et re-relu ? Juste donner un avis sincère et humble de l'impression produite par ce recueil sur un sujet lambda. L'écriture est fluide, mais très vite les incohérences avec la réalité s'érigent en maîtresses. Pourtant on reconnaît la réalité mais les altérations perturbent la vision, un peu comme un tableau de Bacon.

Pour être franche, je n'aime pas toujours spécialement, mais cela a un caractère de curiosité indéniable. Le Loup - Une histoire culturelle - de Michel Pastoureau. L'HOMME QUI A VU LE LOUP ! "L'homme est un loup pour l'homme", "se tenir à la queue leu leu", "avoir une faim de loup", "crier au loup", "les loups ne se mangent pas entre eux", "se jeter dans la gueule du loup", "avoir vu le loup", "faire entrer le loup dans la bergerie", etc, etc, etc.

Nombre de nos expressions courantes, de maximes plus ou moins encore employées, d'adages définitifs ont pour point commun ce fameux loup. Ces dictons ont presque tous en commun de donner du «canis lupus», selon sa taxonomie latine, une image plus que négative : Méchant, constamment affamé, rusé, lâche, maléfique et lubrique (surtout s'agissant de la louve, bien évidemment...). En un mot : diabolique !