background preloader

Prélèvement -Technique du sac Noir ou a l'italienne

Facebook Twitter

La culture bioponique : hydroponie biologique. La culture bioponique : hydroponie biologique Depuis des années, des recherches intensives sont entreprises par les chercheurs d’un grand nombre de pays pour trouver un moyen de faire de l’hydroponie réellement biologique.

La culture bioponique : hydroponie biologique

C’est enfin William Texier qui, en 2004, a découvert et mis en oeuvre le concept de la culture bioponique, la nouvelle méthode de culture hydroponique biologique. Brevet N° 05.11569 - 15/11/05. La bioponie va bien au-delà d’un simple changement d’engrais. Le concept est celui de « Terre Liquide ». Il faut y rajouter: BioSevia, l’engrais qui apporte également la fraction d’humus contenue dans le sol. Cela donne une solution nutritive qui équivaut à une bonne terre légère, aérée, riche en nutriments et en vie microbienne, à laquelle il ne manque plus qu’un substrat inerte, comme les billes d’argile ou la fibre de coco utilisées en culture hydroponique. BM, les micro-organismes : BioSevia s’utilise parfaitement adapté à la terre. Comment utiliser les micro-organismes ? Club Bonsaï de Lévis St Nom. Test de prélèvement yamadori "hors saison" - Le forum des bonsaï.

Bonjour, je me livre en se moment à une petite expérience et me suis dis que ce serai sympa de la partager ici....

Test de prélèvement yamadori "hors saison" - Le forum des bonsaï

(en fait sinon je peux la partager avec personne ), donc : me promenant il y a 3 semaines maintenant dans le causse je remarque des rejets de racines d'érable de Montpellier sur la pente d'un fausser. Soleil éclatant, chaleur étouffante.... je sais que le temps yamadori n'est plus là mais comment résister à un essai... je coupe le rejet (sorte de pivot gros comme l'auriculaire) et remarque bien tard les 2 pauvres mini radicelles pendu "haut et court" . , humidité permanente de la racine + noir total = yamadori toujours en vie !!! Ce soir je passe le voir pour l'arrosé, résultat : feuille bien verte ferme, tige des feuilles colorée (rouge). Coup de bol ou réunion des différentes conditions nécessaire à ça survie, au quel cas possibilité de reproduire le processus...est-ce dû à l’espèce ou applicable à différente essence??

La méthode du sac. On utilise la méthode du sac quant il y a un déséquilibre entre la quantité d'eau qu'un arbre peut absorber et celle qu'il perd par transpiration.

La méthode du sac

Dans ce cas la, l'arbre se déshydrate: les feuilles deviennent molles, puis les jeunes rameaux non lignifiés perdent de leur rigidité. Ensuite si le problème n'est pas corrigé les feuilles commencent à tomber et finalement certaines branches peuvent mourir. Si le problème persiste la vie de l'arbre est en danger. On peut donc mettre un arbre sous sac par exemple: Lorsque ses radicelles ou racines ont été endommagées (ex pourrissement des racines suite à mauvaise gestion des arrosages) Lorsque l'on vient de rempoter en fesant une taille drastique des racines et radicelles Pour aider l'arbre à récupérer d'un gros coup de soif (arrosage tardif) Dans le cas de boutures sans racines En quoi cela consiste il ?

On commence par s'assurer que le substrat de l'arbre est suffisamment drainant et aéré. Mise en garde Voici un exemple concret. La technique du sac plastique. Qu’est-ce que cette méthode barbare ???

La technique du sac plastique

Pas d’inquiétude, en clair : Pourquoi ? Si vous êtes arrivé jusqu’à cette page, c’est que votre bonsaï a un problème, généralement une perte de feuilles.Voyons d’abord quelques causes fréquentes : Un pourrissement racinaire, dû généralement à un substrat inadapté (peu drainant, peu aéré, dont la rétention d’eau est trop élevée).

Un rempotage trop sévère. Le prélèvement à l’italienne. Le principe Le principe du prélèvement en sac noir est en quelque sorte une prolongation de la technique du sac plastique utilisée pour récupérer certains arbres mal en point, et se rapproche de la technique de l’enfouissement utilisée principalement pour le prélèvement des cerisiers de Sainte-Lucie, sauf qu’on peut gérer l’humidité, la température, et le timing du développement des bourgeons.

Le prélèvement à l’italienne

Le sac étanche maintient une humidité constante, comme le ferait la terre en cas d’enfouissement. Cette humidité évite un dessèchement de l’arbre, en attendant que les racines puissent fournir suffisamment d’eau. Le fait d’utiliser un sac noir augmente la température à l’intérieur, ce qui va entrainer une activité cellulaire plus élevée (les cellules se différencient et se multiplient aux coupes comme le cal d’une bouture, ce qui accélère la cicatrisation), et favorise l’accumulation d’auxine.

Cette technique fonctionne apparemment avec tous les feuillus, persistants ou caducs. Comment faire ?