background preloader

Biotechnologies

Facebook Twitter

Médecine : les révolutions de demain - A la une - La Quotidienne. Elisabeth Marshall, rédactrice en chef de du magazine La Vie nous parle de « La médecine de demain ». Thérapie cellulaire, médecine réparatrice, télémédecine et bientôt fabrication d’organes grâce à des imprimantes 3D, comment la médecine va transformer notre futur et faire de nous des super-humains ? Vieillir en pleine santé, recevoir des soins plus ciblés, vivre plus longtemps… Le point sur les découvertes qui devraient changer notre vie. Et sur les questions éthiques qu’elles soulèvent. Un dossier à lire dans La Vie cette semaine, à partir de jeudi, et sur lavie.fr en partenariat avec La Quotidienne. Comment la médecine de demain va bouleverser nos vies ? Choisir le sexe ou la couleur des yeux de son enfant, pronostiquer la date de sa mort ou les maladies que vous pourriez développer, il ne s’agit pas là d’un scénario de science-fiction mais bien des évolutions future de la recherche sur notre ADN.

Manipulation de l’ADN, et si la réalité dépassait la fiction ? Une première : devenir "immortel" grâce à un prélèvement d'ADN ! Los Angeles, 25 octobre 2023. Sur son terrain de golf préféré, Edward, 59 ans, comédien star de Hollywood, est terrassé par un infarctus. Il en réchappe de justesse, mais ses tissus coronariens sont très endommagés. Il risque de ne plus jamais récupérer une vie normale. Heureusement, ce passionné d'innovation a souscrit, dix ans plus tôt, un contrat avec Scéil. Du coup, son chirurgien va pouvoir disposer de cellules cardiaques contenant l'ADN d'Edward. Science-fiction ? "La meilleure manière de prédire l'avenir est de l'inventer ! " Paris 13e, vendredi 14 juin 2013.Dans son bureau du BioPark, près de la Bibliothèque François-Mitterrand, André Choulika - 48 ans et physique de jeune premier - ne contient pas son excitation.

Si certaines promesses de la biotechnologie ont, par le passé, été survendues, cela n'entame en rien la profession de foi du fondateur de Cellectis : "La vitesse à laquelle l'homme a déchiffré l'ADN des espèces surpasse systématiquement toutes les prévisions. La consommation de Ritaline devient-elle excessive? - Sciences. Ritaline © Wikimedia Commons La Ritaline est un médicament prescrit aux enfants, à partir de 6 ans, atteints de trouble de l’attention et d’hyperactivité, souvent désigné par les initiales TDAH. En France, ce traitement concerne de 3% à 4% des garçons et 1% des filles en âge scolaire, soit de 135 000 à 170 000 enfants. Aux Etats-Unis, de 5% à 10% des enfants de 9 à 12 ans seraient sous Ritaline. Le problème apparaît lorsque l’on observe la progression des ventes de Ritaline en France. Les raisons d’une telle explosion des ventes sont probablement liées à la nature particulière de la Ritaline. Une fois de plus, sommes-nous en face d’un médicament qui échappe aux indications pour lesquelles il a reçu une autorisation de mise sur le marché (AMM) sans que les autorités sanitaires ne puissent ou ne veuillent intervenir ?

Dans un éditorial publié par le magazine Elle le 7 juin 2013, la journaliste Dorothée Werner parlait de Junkid, c'est-à-dire d’enfants drogués. La caféine et dopamine ? La caféine L’effet stimulant du café lui vient en grande partie de son action sur nos récepteurs membranaires à l’adénosine. L’adénosine est un neuromodulateur du système nerveux central qui possède des récepteurs spécifiques. Quand l’adénosine se fixe sur ses récepteurs, l’activité nerveuse est ralenti et nous devenons somnolents. L’adénosine facilite donc le sommeil et dilate aussi les vaisseaux sanguins, probablement pour assurer une bonne oxygénation lorsque nous dormons. Or, la caféine est un antagoniste des récepteurs à l'adénosine. L’activation de plusieurs circuits neuronaux par la caféine va aussi amener l’hypophyse à relâcher des hormones qui vont faire produire davantage d’adrénaline aux glandes surrénales.

En général, chaque tasse bue est stimulante et la tolérance au café, si elle existe, n'est pas très importante. Liens généraux sur la caféine: Qu’est-ce que la dopamine? - Ma santé au quotidien. Le moins que l’on puisse dire, c’est que notre dopamine ne chôme guère. Il s’agit visiblement du plus célèbre des neurotransmetteurs parmi le grand public. Vaughn Bell a un jour déclaré qu’elle était la «starlette du monde des molécules». Cela me semble injuste envers la dopamine. Contentons-nous de dire qu’elle est sacrément importante. Mais alors, me demanderez-vous, la dopamine est-elle responsable du grignotage intempestif?

Qu’est-ce que la dopamine? N’oublions pas une chose: la dopamine est une sacrée bosseuse. Il arrive que la dopamine soit libérée en plus grande quantité dans le noyau accumbens, notamment en cas de sexe, de drogue et de rock&roll. On peut par exemple observer une augmentation de dopamine dans le noyau accumbens chez les personnes souffrant de troubles de stress post-traumatique lorsqu’elles sont dans un état de haute vigilance ou de paranoïa. Mais en elle-même, la dopamine est plus que la prégnance. Faire monter son taux d'ocytocine pour avoir meilleure mine ?

Comment faire monter mon taux d’ocytocine ? C’est que, voyez-vous, j’ai l’impression que mon humeur pourrait bénéficier d’un petit coup de pouce, et, selon plusieurs études, augmenter la quantité d’ocytocine en circulation dans mon sang pourrait faire le travail… Intéressant ! En effet, l’ocytocine (ou oxytocine) est une hormone qui joue un rôle clé sur l’humeur, étant liée entre autres au sentiment d’attachement, mais aussi au bien-être en général. Et la bonne nouvelle, c’est qu’il existe plusieurs petits trucs pour déclencher son relâchement dans le sang ! Les effets de l’ocytocine L’ocytocine est une hormone qui joue de multiples rôles. Elle est sécrétée par l’hypothalamus, puis stockée dans l’hypophyse, qui peut la libérer dans la circulation sanguine en cas de besoin. Lors d’un accouchement, par exemple, de l’ocytocine est relâchée pour stimuler les contractions de l’utérus. Un taux élevé d’ocytocine se traduit donc généralement par un sentiment de bien-être et d’apaisement.

Le système nerveux et le cerveau. Les effets de la caféine sur le système nerveux sont principalement liés à l’action de l’adénosine. I) Mais qu'est ce que l'adénosine et d'ou vient t'elle ? L'adénosine est présente dans toutes les cellules de l'organisme. L'adénosine est un acide organique qui à la fonction d'hormone chez certains êtres vivants, et qui est à l'origine de la sensation de fatigue. On la trouve sous plusieurs formes. Elle est formée d'un sucre (ribose ou désoxyribose) et d'adénine. L’adénosine est un neuromodulateur c'est-à-dire une substance chimique qui permet de modifier la libération des neurotransmetteurs ou de modifier leurs récepteurs afin de changer leur sensibilité. C'est-à-dire qu’un neuromodulateur modifie l’action d’un neurotransmetteur. L’action de l’adénosine se fait entre les neurones dans le système nerveux central, dans les synapses qui désignent des zones de contact fonctionnel qui s'établit entre deux neurones, ou entre un neurone et une autre cellule.

L’adénosine est créée : L'ocytocine rend plus extraverti, confiant socialement et ouvert aux idées nouvelles. Les Français sont-ils prêts à repousser les limites biologiques. Une majorité de Français (60 %) sont favorables aux prothèses robotisées pour le corps, mais 85 % désapprouvent la greffe de composants électroniques dans le cerveau, selon une enquête publiée mardi 14 octobre par le quotidien La Croix. 85 % des personnes s'opposent à l'idée de greffer des composants électroniques sur le cerveau PROGRÈS.

Pour 62 % "les limites humaines seront continuellement repoussées", tandis que 37 % estiment qu'"on arrive progressivement aux limites humaines", selon cette enquête du Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Crédoc). Parmi les personnes interrogées, 58 % pensent que les progrès de la médecine doivent aider à améliorer les capacités physiques et mentales d'une personne en bonne santé. CERVEAU. En revanche, ils sont 85 % à s'opposer à l'idée de greffer des composants électroniques sur le cerveau humain pour améliorer ses performances, contre seulement 14 % qui y sont favorables.

SONDAGE. Les personnes handicapées vont pouvoir remplacer leur main perdue grâce à cette prothèse au prix très abordable. Une jeune entreprise italienne a développé une prothèse de main à bas coût en utilisant l’impression 3D. Son but étant qu’un plus grand nombre de personnes amputées puissent profiter d’un produit fini plus facilement. DGS vous présente cette invention ingénieuse et altruiste. Le domaine des prothèses se développe de plus en plus !

Seulement, ces petites merveilles sont malheureusement très onéreuses et sont encore réservées à quelques personnes pour des essais cliniques. Bien que ce travail d’innovation soit indispensable pour rendre le quotidien des personnes handicapées plus confortable, leur accessibilité l’est tout autant. C’est ce sur quoi Youbionic, une start-up italienne, travaille actuellement. Cette jeune entreprise a développé une prothèse de main bionique contrôlée par la contraction des muscles via des électrodes. De toute évidence, cette main bionique ne dispose pas de toutes les fonctionnalités que proposent les modèles qui valent beaucoup plus cher. Main bionique et lecteur code-barres, les nouvelles technologies luttent contre le handicap. Entrepreneurs, associations et grandes entreprises mobilisés autour des questions de handicap se sont retrouvés jeudi 9 et vendredi 10 octobre à Paris à l’occasion du « Tour des solutions » du Mouves.

Sur scène, quand Nicolas Huchet s’empare du micro, personne ne s’aperçoit de rien. Et pourtant, la main droite qui empoigne naturellement l’objet est une main robot, que le mécanicien de 30 ans a conçue et fabriquée lui-même. Le jeune Breton présente son projet devant la soixantaine de responsables associatifs, entrepreneurs sociaux et représentants de grandes entreprises réunis au siège parisien de l’association Aurore dans le cadre du « Tour des solutions », organisé par le Mouvement des entrepreneurs sociaux (Mouves).

=>Bionicohand, une main bionique pour moins de 1 000 € À l’âge de 18 ans, le jeune homme est amputé de l’avant-bras après un accident de travail. Pour cela, le Breton pousse la porte du Lab Fab (Laboratoire de fabrication) de Rennes. Santé : la révolution technologique. M le magazine du Monde | • Mis à jour le | Par Corine Lesnes Un patient tout-puissant qui choisira son praticien en ligne, un diagnostic rendu en quelques minutes par une machine... Cet avenir n'est pas si lointain pour les tenants de la « médecine exponentielle », réunis en Californie. Médecin ? Sur la scène, le docteur Kraft a plutôt des allures de prestidigitateur. De ses poches, il tire toutes sortes d'instruments. Bienvenue à la troisième conférence sur la « médecine exponentielle », organisée à San Diego (Californie) du 9 au 12 novembre.

Toutes les idées sont les bienvenues, même « les plus bizarres », explique en souriant Alice Rathjen, une spécialiste du génome. Les organisateurs sont des adeptes de la disruption (déstabilisation), le concept en vogue dans la Silicon Valley. La révolution biotechnologique. Alain Damasio : on a externalisé le corps humain – Télérama.fr.

Le premier patient doté d’un cœur entièrement artificiel n’aura donc pas vécu assez longtemps pour raconter cette expérience. Mais malgré cet échec relatif, c’est une nouvelle preuve de la manière dont les nouvelles technologies peuvent impacter le corps humain. On sait désormais remplacer des membres amputés par des prothèses performantes. On prend la mesure de nos activités quotidiennes, des calories ingérées aux déplacements effectués, avec des bracelets électroniques. Les militaires travaillent sur des exosquelettes qui permettent de décupler la puissance et l’endurance de leurs soldats. Et les nanotechnologies, en matière de médecine, semblent une promesse toujours plus inépuisable.

Écrivain de science-fiction (il a notamment publié deux romans, La Zone du dehors et La Horde du contrevent), Alain Damasio est intarissable dès qu’on le lance sur ces questions. “Les transhumanistes voudraient obtenir de la technologie des capacités que nous n’avons pas actuellement.” GF2045 - Future Human Evolution Uses Advanced Technology to Achieve Immortality. VIDEO. Le bras artificiel contrôlé par la pensée... deux ans après. En janvier 2013, un Suédois amputé du bras droit a été la première personne a bénéficier d'une prothèse d'un genre bien particulier : celle-ci se greffe directement sur l'os et est connectée à ses nerfs et muscles, de façon à être contrôlée par la pensée.

Une technique appelée "ostéo-intégration". Près de deux ans plus tard, cette prouesse technique fait l'objet d'une publication de suivi parue le 8 octobre dans la revue Science Translational Medicine, qui met à disposition deux vidéos surprenantes montrant le potentiel du dispositif. Comment vit le patient avec sa prothèse ? Quelles améliorations ont été apportées ? Cette première réalisée par l'équipe chirurgicale de Rickard Brånemark, de l'hôpital universitaire Sahlgrenska à Göteborg (Suède) semble bien être un succès. Un pas immense vers "l'homme bionique" Comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessus, le membre artificiel peut être "contrôlé" comme s'il s'agissait d'un vrai. Une union intime entre le corps et la machine. Neuro-informatique : demain, des objets commandés par la pensée ? - technologie.

La technologisation du corps. Darpa : un implant cérébral pour restaurer la mémoire. La Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) travaille ainsi actuellement sur la conception d'un implant cérébral qui permettrait à des soldats blessés au combat de récupérer leur mémoire. L'idée derrière l'implant serait de le positionner suffisamment tôt dans le cerveau du soldat pour qu'il enregistre l'ensemble des souvenirs au moment où ils sont créés. En cas de traumatisme amenant à la perte de mémoire, l'implant effectuerait une sorte de restauration système comme sur un ordinateur pour permettre à son porteur de récupérer l'ensemble de sa mémoire. Le projet, baptisé RAM ( Restoring Active Memory) cherche actuellement des partenariat auprès de sociétés spécialisées dans le domaine, notamment Medtronic qui a récemment lancé la phase de test d'un implant qui permettrait de traiter la maladie de Parkinson en envoyant des signaux électriques directement au cerveau.

Bien sûr, la tâche est complexe, et les scientifiques partiront de rien ou presque. Biotechnologie | Futuribles.