background preloader

A propos des Réseaux sociaux scientifiques

Facebook Twitter

Journées d'étude/ Enquêtes

CONNAISSEZ-VOUS CES RESEAUX SOCIAUX ? - brigitteperucca_reseauxsociaux.pdf. Les réseaux sociaux pour les scientifiques. Les réseaux sociaux scientifiques, la visibilité et l’open access. J’ai participé, le 19 novembre, à la journée d’étude des correspondants IST (CorIST) de l’InSHS.

Je n’ai pu assister qu’à une partie de la journée mais ce que j’ai pu voir, notamment la table-ronde sur Wikipédia comme outil de la valorisation de la recherche, était intéressant et fera j’espère l’objet d’un compte rendu. On trouvera un cadrage des thèmes traités ici, ainsi qu’un compte-rendu de chaque intervention ici. J’intervenais pour ma part dans une table ronde sur les réseaux sociaux scientifiques et leurs usages par les chercheurs. Au-delà du constat d’un usage intensif de ces outils il est vrai très divers, deux enjeux transversaux apparaissent. Les réseaux transforment et à priori améliorent la visibilité des chercheurs ainsi que celle des travaux dont ils ont besoin pour poursuivre et étendre leur activité.

Des réseaux sociaux largement intégrés dans l’activité quotidienne des chercheurs Hypothèses, réseau social méconnu Quelques bénéfices des réseaux sociaux scientifiques.

Articles et débats sur les réseaux sociaux scientifiques

Les réseaux sociaux pour chercheurs: une illusion? Un récent débat autour du libre accès aux données et publications scientifiques et d’un réseau social pour chercheurs [] m’a poussé à me poser une question que j’ai déjà effleurée ici ou là. Des réseaux sociaux spécifiques aux chercheurs ont-ils une quelconque utilité pour les chercheurs? Qu’apportent-ils de plus que les outils sociaux génériques comme twitter, facebook ou des logiciels avec couche social comme Google Drive, par exemple?

Contexte du débat En faisant une simple recherche sur un moteur de recherche, en anglais comme en français, on trouve assez facilement des références sur le sujet. Aujourd’hui, il existe un certain nombre de réseaux sociaux pour chercheurs: ResearchGate (RG), MyScienceWork (MSW) ou Academia.edu. Sur les cinq réseaux mentionnés dans le paragraphe précédent, seul Zotero est financé sur fonds publics et développé au sein d’une université []. Chacun de ces réseaux a ses propres particularités: Cela dit, certains de ces réseaux ont aussi des points communs.

Réseaux sociaux académiques….Le débat ! | Archives Ouvertes. Ce sujet est au cœur de débats passionnants qui ont lieu sur le web en ce moment (listes de diffusion [accesouvert], [accestresouvert], carnets de recherche Rumor , blogs perso par exemple …etc) entre enseignants-chercheurs de toutes disciplines, éditeurs et professionnels de l’information scientifique et technique (IST) – bibliothécaires ou documentalistes.

En parallèle des informations et avis très pointus et importants sur les fonctionnalités techniques de chacune de ces plateformes très évolutives (Academia.edu, Researchgate.org, MyScienceWork…) : ergonomie, accès au contenu, citation des sources, interopérabilité, identité numérique du chercheur, pérennité et conservation des données… une nouvelle question semble émerger relative à la notion de métier. Et le libre accès dans tout ça ? Et la position de nos tutelles et des instances politiques au cœur de ce débat ? Imprimer ce billet.

Chercheurs en sciences sociales et médias sociaux : de faux ennemis à rapprocher | www.lives-nccr.ch. Comme une graine longtemps contenue par l’hiver, l’audience du PRN LIVES sur Facebook et Twitter a commencé à éclore récemment avec l’engagement d’une jeune « community manager », Fiona Friedli. En un mois, le nombre d’abonnés a poussé d’environ 40%, réunissant des personnes de tous horizons. Dans le milieu de la recherche, le pari est pourtant loin d’être gagné et bien des réticences demeurent. Au Pôle de recherche national LIVES, nous pensons que les réseaux sociaux sont des outils utiles pour le transfert des connaissances produites. Comme le remarquent Philippe Breton et Serge Proulx, sociologues de la communication, « les usager-e-s du web ne se concentrent plus exclusivement sur ce qu'ils recherchent a priori, mais se laissent porter par une curiosité diffuse à travers l'environnement informationnel ».

L'enjeu est donc de capter l'attention par des informations brèves afin de rediriger ensuite les lecteurs vers des contenus plus développés. Valoriser la recherche Des réticences. Pour une utilisation critique des réseaux sociaux académiques. 14 février 2014 L’information n’a pas encore reçu beaucoup d’échos en France : et pourtant cela fait plusieurs mois maintenant qu’Elsevier demande régulièrement le retrait d’articles déposés par leurs auteurs sur le réseau social Academia.

Si on le regarde sous l’angle de l’open access, cet exemple souligne incontestablement l’« injustice fondamentale de l’actuel écosystème de la communication académique » (John Dupuis). Mais il met également en lumière l’arrivée à maturité des réseaux sociaux académiques : à l’heure où Elsevier peine à se créer une place sur les outils 2.0 (échec de 2collab en 2011, rachat de Mendeley en 2013), il n’est pas étonnant que celui-ci attaque les nouveaux challengers qui se développent auprès des communautés académiques, après avoir laissé faire. Réseaux sociaux académiques ? Ces réseaux se développent progressivement dans le paysage académique français. Parmi tous ces réseaux, trois sortent plus particulièrement du lot : De quelques enjeux de ces réseaux. Twitter et les chercheurs, l'exception française ?

Le Monde | • Mis à jour le | Par Sylvain Deville (chargé de recherche CNRS au laboratoire de synthèse et fonctionnalisation des céramiques (unité mixte CNRS-Saint-Gobain). Lauréat 2012 de la médaille de bronze du CNRS) Voilà quelques jours, je me demandais sur Twitter pourquoi, en comparaison avec nos collègues anglo-saxons, si peu de chercheurs français se servent de cet outil. A chaque fois que je discute de l’utilisation de Twitter avec des confrères, on me renvoie un regard mi-étonné, mi-méprisant et toujours lourd de préjugés sur les réseaux sociaux. La recherche, c’est du sérieux. Ayant travaillé deux ans en Californie, j’y ai appris beaucoup sur le sujet.

En France, la majorité des chercheurs a l’attitude opposée et semble ne pas percevoir l’importance de la communication, ou ne pas en avoir conscience, quand elle ne l'ignore pas avec un snobisme mal placé. La situation évolue toutefois. Prérequis indispensable : la science sur laquelle on communique doit être bonne. Twitter pour décloisonner la recherche scientifique. Réseaux sociaux pour les chercheurs - A lire ou à relire | CORIST-SHS.

Des offres de formation pour les chercheurs

Formations doctorants chercheurs. MENUMenu MENUMenu bibliotheque Bibliothèque Accueil > Formations > Formations pour les doctorants et les chercheurs Formations Contactez- nous ! Formations doctorants chercheurs Découvrez notre programme de formation Doctorants, Domptez la Doc ! Au programme, des formations pour une recherche documentaire efficace, une gestion optimisée de votre bibliographie, une meilleure connaissance du circuit de la publication scientifique... Un programme autour de 2 compétences Trouver et organiser sa documentation Trouver des publications (3h) Web of Science (3h) Recherche web (2h) Organiser votre veille sur le web (3h) Exploiter les résultats de la veille brevets (3h) Zotero (3h) Créer une bibliographie d'équipe avec Zotero (2h) Endnote basic (2h) Mendeley (3h) Personnaliser un style bibliographique Zotero (ou Mendeley) (3h) Rédiger, valoriser et publier son travail de recherche (R)évolution de la publication scientifique (3h) Stratégie de publication et construction d'un article scientifique (13h) LaTeX (5h) LyX (5h)

Les formations à distance. Formez-vous sans quitter votre bureau Un ordinateur, un environnement Windows ou Mac, un navigateur web, un casque audio ou des écouteurs et vous êtes prêt pour suivre une heure de formation via l’interface WEBEX® Très simple d’utilisation, cette interface vous permettra de suivre sans quitter votre bureau le module de formation choisi, en interaction avec d’autres personnes, tout en visualisant les documents du formateur sur votre écran et en écoutant ses explications.Nombre limité de participants : 25 maximum A noter : ces formations sont gratuites pour les personnels des établissements publics de recherche et d’enseignement supérieur du M.E.S.R. Attention ! Afin de bénéficier de la gratuité, nous vous remercions de bien vouloir indiquer les coordonnées complètes de votre établissement (nom, n° de votre unité d’appartenance, nom du service ou équipe...) lors de votre inscription.

En mai 2014, découvrez nos nouvelles dates de formations en ligne ! Pas de date prévue pour cette période. 9. Réseaux sociaux scientifiques - BU - SCD - Bibliothèque universitaire - UNIVERSITE DU HAVRE. Knowtex, Scival, Colwiz,… la liste est longue. Ces réseaux sociaux proposent les fonctionnalités habituelles de ce type de service : création d’un profil, présentation des centres d’intérêt, partage de contenu entre utilisateurs.

Présentation détaillée de deux d’entre eux : Academia et ResearchGate. Nés en 2008 et pluridisciplinaires, ils ont une même base de fonctionnement. Création d’un compte ? Dans un premier temps, rien ne vous oblige à créer un compte. Vous pouvez en effet effectuer des recherches sans identification. Intérêts de ces réseaux sociaux ? Promouvoir vos travaux de recherche sur une plateforme spécialisée, Créer des contacts avec d’autres chercheurs, Identifier et consulter des travaux se rapportant à votre thème de recherche. Visibilité ? Ces deux réseaux sociaux peuvent s’enorgueillir de compter à ce jour chacun 1,9 million d’usagers. Academia.edu Academia recense plus de 1,5 million d’articles scientifiques.

Les pages Research interests ResearchGate.net. Bibliothèques et chercheurs en sciences humaines et sociales. Une cinquantaine de professionnels s’est déplacée à Pessac le 14 juin dernier pour assister à une journée d’étude portant sur les « Bibliothèques et les chercheurs en sciences humaines et sociales (SHS) » organisée conjointement par l’Urfist (unité régionale de formation à l’information scientifique et technique) de Bordeaux et Médiaquitaine. À l’instar des sciences dures, la recherche en SHS se détache de plus en plus de l’imprimé – et se pratique désormais au numérique. Pour les bibliothèques, cette mutation vers l’écran constitue une opportunité en termes d’offre et de valorisation des productions – encore faut-il connaître les usages des universitaires et réussir à les toucher sur ce terrain-là.

Tout au long de la journée, différents intervenants se sont succédé pour proposer des éléments de réflexion et des exemples de réalisations. Tout au long de la rencontre, la question de la formation des chercheurs est revenue de manière récurrente. Le café électronique – objectif : échanger.

Quelques reseaux scientifques

ResearchGate. Réseaux sociaux et chercheurs.