Frederic Lordon

Facebook Twitter

Frédéric Lordon. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Frédéric Lordon

Frédéric Lordon Frédéric Lordon en août 2011. Frédéric Lordon est un économiste et philosophe français d'inspiration spinoziste[1] né le . Il est directeur de recherche au CNRS et chercheur au Centre de sociologie européenne (CSE)[2]. Frédéric Lordon. Le Théorème de Lordon. « S’il apparaît que du fait des propriétés très spéciales du crédit en économie de marché capitaliste le secteur bancaire est le détenteur de fait des intérêts matériels supérieurs de la communauté, et qu’il dispose des moyens objectifs de forcer la communauté à lui accorder tout ce qu’il demande, alors il doit être rendu à la communauté. » Frédéric Lordon Selon Wikipédia, F.Lordon est un économiste (pas vraiment orthodoxe) et philosophe (plutôt Spinoziste) français.

Le Théorème de Lordon

Contrarié dans sa vocation qui le poussait naturellement vers le théâtre, le jeune Frédéric, après avoir brillamment exaucé le souhait de ses parents qui rêvaient de le voir devenir ingénieur, s’est rapidement orienté vers une discipline lui permettant de se donner en spectacle, d’amuser la galerie, et il a donc choisit l’économie. Refusant obstinément de passer à la télévision sous prétexte qu’on le film toujours sous son mauvais profil, il ne donne d’interview qu’à Pascale Fourier (et Daniel Mermet). Théorie de la régulation.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Théorie de la régulation

La démarche[modifier | modifier le code] Les régulationnistes s’intéressent aux facteurs de déstabilisation lors d’une crise[5]. Ils recherchent quelle configuration institutionnelle a permis de surmonter les crises[6]. Ontologie (philosophie) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ontologie (philosophie)

L'ontologie est une branche de la philosophie concernant l'étude de l'être, de ses modalités et de ses propriétés. En philosophie, l'ontologie (de onto-, tiré du grec ὤν, ὄντος « étant », participe présent du verbe εἰμί « être ») est l'étude de l'être en tant qu'être (définition proposée par Aristote), c'est-à-dire l'étude des propriétés générales de tout ce qui est. La scolastique considéra cette étude comme une partie de la métaphysique, en tant qu'elle définit les transcendentiae, les déterminations communes à tous les êtres (ce qu'on appellera plus tard métaphysique générale, par opposition à la théologie, dite métaphysique spéciale). Le terme, bien que grec, ne fut créé qu'à l'époque moderne, sans doute introduit par Goclenius (1547-1628)[1] au XVIIe siècle, en imitant le terme plus ancien de théologie, avec lequel il entretient toutefois un rapport très voisin.

Baruch Spinoza. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Baruch Spinoza

Pour les articles homonymes, voir Espinosa. Baruch Spinoza Philosophe occidental Époque moderne Portrait de 1665 tiré de la Herzog August Bibliothek. Frédéric Lordon, partie 1. Frédéric Lordon, partie 2. Frédèric Lordon, partie 3. Frederic Lordon - Economie Mondiale.

2013