background preloader

Sciences

Facebook Twitter

Pourquoi la vie existe-t-elle ? Ce physicien a développé une théorie qui pourrait bouleverser les fondements actuels. Les hypothèses les plus populaires sur l’origine de la vie évoquent une soupe primordiale, un coup de foudre ou tout simplement une chance colossale.

Pourquoi la vie existe-t-elle ? Ce physicien a développé une théorie qui pourrait bouleverser les fondements actuels

Au lieu de cela, un physicien pense que l’origine et l’évolution ultérieure de la vie découlent simplement des lois fondamentales de la nature et qu’elles n’ont rien de surprenant. SooCurious vous explique tout sur cette théorie. Du point de vue de la physique, il existe une différence essentielle entre les êtres vivants et les amas d’atomes de carbone inanimés. Les premiers ont tendance à beaucoup mieux capturer l’énergie de leur environnement et dissiper cette énergie sous forme de chaleur. Jeremy England, 31 ans, professeur adjoint à l’Institut de technologie du Massachusetts, a dérivé une formule mathématique afin d’expliquer cette capacité.

Des astronomes mystifiés par… des fours à micro-ondes. Crise énergétique ? Mais non, crise entropique. Nous vivons en ce moment une crise énergétique.

Crise énergétique ? Mais non, crise entropique

Chaque jour on entend qu’il faut économiser l’énergie, que nos ressources d’énergie s’épuisent, ou qu’il faut trouver de nouveaux moyens d’en produire. Et pourtant dans le même temps, en cours de physique, on apprend que l’énergie se conserve : elle ne peut être ni créée, ni détruite. N’y a-t-il pas là une contradiction ? Pourquoi nous parle-t-on d’économiser l’énergie, si l’énergie se conserve ? Pour comprendre cet apparent paradoxe, il faut faire appel à cette étrange notion qu’est l’entropie.

Les différentes formes de l’énergie En physique, l’énergie peut se présenter sous différentes formes. La forme dominante de l'intelligence dans le cosmos est-elle artificielle ? Ci-dessus, quelques-unes des 42 antennes du Allen Telescope Array, un dispositif utilisé par l'institut américain Search for Extra-Terrestrial Intelligence (SETI), dont l'objectif est de détecter d'éventuels signaux émis par une intelligence extraterrestre.

La forme dominante de l'intelligence dans le cosmos est-elle artificielle ?

Crédits : SETI. L’alphabet de la vie s’enrichit. D'étranges créatures marines bousculent la vision de l'évolution › Biologie. Le système nerveux serait apparu à deux reprises au cours de l'évolution de façon totalement indépendante, suggère une étude menée sur le génome des cténophores, une créature marine d'aspect translucide.

D'étranges créatures marines bousculent la vision de l'évolution › Biologie

Crédits : Université de Berkeley. 5 raisons scientifiques qui pourraient bien prouver que le monde dans lequel nous vivons n’est pas réel. Et si le monde dans lequel vous vivez n’était pas réel ?

5 raisons scientifiques qui pourraient bien prouver que le monde dans lequel nous vivons n’est pas réel

Le domaine de la physique est rempli de paradoxes que les scientifiques n’arrivent pas à expliquer. C’est d’autant plus vrai lorsque l’on aborde la physique quantique, selon laquelle il serait possible que notre univers ne soit qu’une projection d’un autre. SooCurious vous révèle 5 points qui remettront en question votre vision de la réalité… 1. L’univers possède une vitesse maximale Selon le réalisme physique : Albert Einstein a déduit que rien ne peut aller plus vite que la lumière se déplaçant dans le vide. On a tous en nous quelque chose de Neandertal ! Non, l'homme de Neandertal n'a pas totalement disparu, loin de là.

On a tous en nous quelque chose de Neandertal !

Bien qu'éteint depuis trente mille ans, celui que l'on a longtemps regardé, peut-être à tort, comme une brute épaisse survit un peu en chacun de nous, du moins en ceux n'étant pas d'origine exclusivement africaine. Deux équipes de chercheurs, qui publient leurs résultats cette semaine dans les revues Nature* et Science**, viennent de lever un coin de voile sur ce patrimoine génétique hérité des frasques entre Homo sapiens, sortis d'Afrique, et néandertaliens d'Eurasie, sur le déclin.

Pourquoi l'univers n'a-t-il pas disparu ? Crédits : Steffen Richter, Harvard University L'Univers aurait normalement dû s’effondrer quelques microsecondes après sa naissance, selon deux cosmologistes britanniques.

Pourquoi l'univers n'a-t-il pas disparu ?

Une conclusion à laquelle ils parviennent en combinant deux résultats scientifiques majeurs obtenus ces dernières années. La Terre est-elle prise dans un anneau de mystérieuse matière noire ? Révolution des puces à ADN et le vivant qui échappe à la science. Les scientistes les plus optimistes du 19ème siècle nourrissaient l’espoir d’une compréhension complète du monde matériel et même de la nature vivante.

Révolution des puces à ADN et le vivant qui échappe à la science

Mais les étonnantes découvertes de la physique quantique ont imposé l’humilité à l’homme de science. L'évolution en pleine révolution. La théorie de l’évolution est en plein bouleversement.

L'évolution en pleine révolution

Sans entrer dans les détails, on peut positionner deux stades consistants de cette théorie qui, dans les années 1950 et 60, s’est désignée comme synthétique, incorporant les résultats de la paléontologie, de la systématique (classification des espèces selon les similitudes phénotypiques) et d’une génétique assez rudimentaire basée par exemple sur les recherches menées sur la drosophile. La seconde étape a commencé dans les années 1980. « Les humains sont apparentés aux virus » Clément Gilbert est chercheur au laboratoire Ecologie et Biologie des interactions (CNRS / université de Poitiers).

« Les humains sont apparentés aux virus »

Avec Cédric Feschotte, professeur à l’université du Texas à Arlington, il a récemment publié un article dans Nature Reviews Genetics consacré aux virus endogènes, ces virus dont le génome est intégré pour tout ou partie dans le génome des espèces-hôtes (dont l'espèce humaine) et qui ouvrent une fascinante fenêtre sur l'évolution du monde viral. Des films comme Contagion ou des alertes médiatiques comme celle entourant la grippe aviaire ou la grippe A (H1N1) donnent au public la même image du virus pathogène et dangereux.

Pourtant l'image que s'en est faite la science n'est-elle pas bien différente de ce cliché ? En effet notre compréhension du monde des virus et de leurs interactions avec le reste du vivant a beaucoup évolué ces dernières années. Les virus sont non seulement très nombreux mais on sait désormais qu'ils présentent une très grande diversité génétique... Serres : "Ce n'est pas une crise, c'est un changement de monde". La masse se mesure aussi en secondes. C'est une magnifique et profonde expérience de physique que publie Science dans son numéro du 1er février. Une expérience qui puise à la fois aux sources de la mécanique quantique et de la théorie de la relativité et qui éclaire la matière d'un jour différent, en mettant en lumière le lien insoupçonné qu'elle entretient avec le temps.

Elle montre que l'on peut calculer la masse de la matière en se servant de ce que l'on pourrait appeler son horloge interne. Il faut mettre cette expérience au crédit d'une équipe de l'université de Californie, à Berkeley. Ces chercheurs sont partis des travaux de deux des plus grands physiciens du siècle passé, Albert Einstein et Louis de Broglie. Les résultats de ces glorieux aînés forment une chaîne théorique qui relie la matière au temps. Les chercheurs de Berkeley ont donc eu l'idée de combiner les ondes de matière émises par des atomes en mouvement avec les ondes provenant d'atomes stationnaires.