background preloader

Curation et information

Facebook Twitter

Production de contenus : MediaHeroes au secours des blogueurs. Selon les derniers chiffres publiés, il y a 200 millions de blogs dans le monde dont 165 millions sont actifs. Même si les blogs sont remis en cause par certains, ils restent, à titre professionnel, d’une très grande utilité. Mediaheroes permet d’alimenter ceux-ci en contenus par « curation ». Selon les derniers chiffres publiés, il y a 200 millions de blogs dans le monde dont 165 millions sont actifs. Même si les blogs sont remis en cause par certains, ils restent, à titre professionnel, d’une très grande utilité. - Le blog est le principal outil de génération de leads en BtoB. - 2/3 des marketers reconnaissent que leur blog professionnel est important voire même essentiel pour leur business. - 57% des entreprises qui ont un blog ont pu acquérir des clients. C’est un moyen efficace pour faire connaître son expertise, améliorer sa visibilité ou obtenir un leadership sectoriel. Bloguer ne s’improvise pas. Quelle est la valeur ajoutée de Mediaheroes?

Comment ça marche? La nouvelle application mobile du New York Times s'attaque directement à Twitter… … et poursuit sa révolution numérique avec une décision éminemment symbolique. Comme tous les abonnés numériques du New York Times, j’ai reçu il y a quelques jours un email m’annonçant que j’allais avoir accès à partir du 2 avril – aujourd’hui – à sa nouvelle application mobile : NYT Now. Ce nouveau produit fait partie des innovations qui avaient été annoncées par le journal il y a quelques mois. NYT Now, à ce stade uniquement accessible sur iPhone, offre 10 articles gratuits par mois aux personnes qui ne sont pas abonnées au journal (le même nombre d’articles que son paywall Internet).

Le coût de l’application est de 2 dollars par semaine mais elle est gratuite pour les abonnés numériques du New York Times. (CC) The New York Times Les équipes du New York Times ont préparé durant neuf mois le lancement de NYT Now et fondé la conception de son offre marketing sur l’analyse approfondie de trois années d’habitudes de consommation de ses clients. DRUDGE REPORT 2014® Echos 360. Mini-guide du curateur éthique. A l’ère du numérique, les contenus disponibles sur le web sont de plus en plus nombreux et de plus en plus relayés.

On parle même de la règle des 90/10 : seulement 10% de ces contenus seraient réellement créées, et 90% repris ou simplement rediffusés. La curation se place d’ailleurs dans ces 90%, les curateurs ayant pour mode opératoire de retransmettre des informations glanées sur le web qu’ils jugent pertinentes. Ainsi se crée le besoin de définir quelques bonnes pratiques pour la curation. Le principe ? Respecter l’auteur du contenu partagé tout en y apportant une touche personnelle. Comment présenter et identifier « éthiquement » un contenu ? Au moment du partage, le but est de s’éloigner des pratiques du contenu dupliqué.

Un bon curateur sait varier l’origine de ses contenus. Quelle responsabilité pour le curateur ? Cette valeur ajoutée induit une nécessité pour le curateur de faire preuve d’honnêteté intellectuelle. Partager Catégories : Questions d'actualité. Marianne2 et la curation de contenus : « Pearltrees a réorganisé complètement notre site  – #curationB2B. J’ai répondu à l’invitation de Marc Rougier de Scoop’it au Dupont Café du Châtelet. La première présentation était réalisée par Patrice Lamothe, fondateur de Pearltrees et Mathieu Maire du Poset pourMarianne. Elle répondait à une question simple : “Qu’est-ce que la curation ?” Et la question n’est pas idiote, 3 ans après, de se demander ce que c’est vraiment, même (et surtout) si nous l’utilisons tous les jours.

A quoi ressemblait le Web en 2010? En 2010, a dit Patrice Lamothe, le Web était quasiment l’aboutissement du projet de Tim Berners Lee : “une grande bibliothèque”. Au départ on a eu le Web passif, puis le Web participatif (où on a démocratisé la création de contenu : Wikipedia, les blogs, les wikis, les forums …). Le Web en 2010 ressemblait à une boîte à outils. La curation, c’est l’inverse d’un moteur de recherche ! La curation en 3 mots Mais comment définir la “curation” : organiser, c’est à dire permettre aux gens de découvrir, et créer du plaisir en partageant. WordPress: Le trop plein de l’Internet. Internet est un outil formidable. On y trouve quasiment tout ce que l’on souhaite. Mais cette surabondance d’information est aussi le plus gros problème d’Internet. On s’y perd ! Savez vous que chaque minute, 48 heures de vidéos sont envoyées sur Youtube ? Voici une infographie qui donne quelques chiffres sur la surabondance d’information sur Internet. Comme le suggère l’infographie de CurationSoft, la curation semble être un outil pour trier le Web.

Content Curators Are The New Superheros Of The Web. Yesterday, the ever-churning machine that is the Internet pumped out more unfiltered digital data. Yesterday, 250 million photos were uploaded to Facebook, 864,000 hours of video were uploaded to YouTube, and 294 BILLION emails were sent. And that's not counting all the check-ins, friend requests, Yelp reviews and Amazon posts, and pins on Pintrest. The volume of information being created is growing faster than your software is able to sort it out. As a result, you're often unable to determine the difference between a fake LinkedIn friend request, and a picture from your best friend in college of his new baby. Even with good metadata, it's still all "data"—whether raw unfiltered, or tagged and sourced, it's all treated like another input to your digital inbox.

What's happened is the web has gotten better at making data. Way better, as it turns out. In 2010 we frolicked, Googled, waded, and drowned in 1.2 zettabytes of digital bits and bytes. 1. How will curation evolve? Marketing: Garfield on Why We Will Live in Curation Nation | Bob Garfield. How did I learn about Failblog.org, the greatest endeavor in the history of mankind? From my daughter. How did I encounter Antoine Dodson? He's the brother from Huntsville, Alabama, who went on TV to comment on the attempted assault on his sister, only to be AutoTuned into immortality singing, "He's climbing in your window, snatching your people up, trying to rape 'em, so hide your kids, hide your wife, hide your husband, because they raping everybody out here. " (Maybe it doesn't sound especially adorable in transcript, but do yourself a favor and Google him.) I found Dodson on KnowYourMeme.com. How did I learn about Sen.

How did I know that Charlie bit the little English kid's finger? Six needles plucked from a trillion bales of hay. Curators. As my pal Steven Rosenbaum will detail this spring in his forthcoming book of the same title, we are increasingly living in a "Curation Nation. " OK, I could quibble with him. Which is why you haven't pored over the movie ads lately. Brain Pickings. Content curation is a new kind of authorship. Editor’s Note: Maria Popova is the editor of Brain Pickings, a curation of “cross-disciplinary interestingness” that scours the world of the web and beyond for share-worthy tidbits.

Here, she considers how new approaches to curation are changing the way we consume and share information. Last week, Megan Garber wrote an excellent piece on whether Twitter is speech or text. Yet despite a number of insightful and timely points, I’d argue there is a fundamental flaw with the very dichotomy of the question. While Twitter can certainly be both, it’s inherently neither. And trying to classify it within one or both of these conventional checkboxes completely misses the point that we might, in fact, have to invent an entirely new checkbox. I, of course, make no claim to using Twitter as it “should” be used. But here’s how I use it, and it works for me, fitting my workflow, intellectual curiosity, and creative process: I use it as an information discovery tool. Twitter as discovery. Le web organisé par les utilisateurs. Lundi 7 février 2011 se tenait la première conférence sur la curation en ouverture de la Social Media Week à Paris, avec en trame de fond la question de l’avenir du web.

Sommes-nous face à une nouvelle étape de l’évolution d’internet, une nouvelle ère ? Pour répondre à cette question la conférence était organisée en 3 temps : une présentation de Dominique Cardon, sociologue, chercheur au Centre d’Etudes des mouvements sociaux de l’EHESS et au Laboratoire des usages d’Orange Labs ; un panel sur les médias et les journalistes ; un second panel sur la question « Qui est curator » ? Patrice Lamothe de la société Pearltrees, plateforme de curation introduit le sujet en indiquant l’enjeu actuel : les usages sont encore jeunes, et cette conférence doit nous aider à définir un concept à la fois technologique et social. Et la première définition est donnée : la curation c’est une nouvelle étape dans la démocratisation du web grâce à une réappropriation de son organisation par les utilisateurs.

Information du futur: trouver la réalité dans le code. Quel avenir pour l'information ? Le journaliste belge Roland Legrand imagine la transmission de l'actu en 2026, hyper-personnalisée pour les lecteurs et objet de curation pour ses différents transmetteurs. Notre site d’information www.tijd.be existe depuis 15 ans désormais.

En mai 1996, disposer d’une connexion internet 128kbit relevait de l’exception. Aujourd’hui, bénéficier d’un débit de 100 mégabits paraît tout à fait normal (en Belgique du moins). En 2026, la vitesse ne constituera plus un problème. Des sociétés comme Apple, par exemple, commercialiseront des habits “intelligents” et certains éléments électroniques vous seront même implantés directement dans le corps.

Les claviers seront remplacés par les commandes vocales, les gestes et le tactile. Le futur n’est bien sûr pas qu’une histoire de gadgets plus ou moins sophistiqués. La personnalisation de l’information Certains articles viennent de The New York Times, d’autres du Wall Street Journal et de TechCrunch. It’s not curation or aggregation, it’s just how the internet works. Dominique Cardon sur le classement de l'information sur le web. Cet été, peut-être avez vous entendu parler d’Eli Pariser. Activiste, ancien directeur de l’ONG MoveOn.org, il a tenté avec le livre The Filter Bubble : what Internet is hiding from you, d’attirer l’attention sur la question de l’importance des résultats donnés par google.

Selon Pariser, il est dangereux que les grands acteurs de la classification du web utilisent ce qu’ils savent de nous pour nous restituer des résultats taillés à la mesure des traces que nous avons laissés dans la mémoire des ordinateurs. Mercredi soir, à la Cantine, vous n’étiez peut être pas au courant de la conférence : référencement et réseaux sociaux, organisée par le Social Media Club France. Voici une séance de rattrapage d’une partie de la conférence. Rattrapage du rattrapage Le référencement est un des secret de la visibilité sur le web. Dans sa version payante ou naturelle, le référencement vise à améliorer la position d’un site web dans les résultats affichés par les moteurs de recherche.

Similar Posts: Curation And The Human Web.. Posted by Tom Foremski - November 16, 2010 There is no doubt in my mind that the topic of curation and the Internet, is an important one and that it will be a dominant topic in 2011. Curation is important because we are reaching the limits of what can be achieved through algorithms and machines in organizing and navigating the Internet. Aggregation looks like curation but it's not. (Please see: Aggregation Is Not Curation - There Is A Big Difference - SVW) I define curation as a person, or a group of people, engaged in choosing and presenting a collection of things related to a specific topic and context. Aggregation employs software (algorithms) and machines (servers) to assemble a collection of things related to a specific topic and context.

Aggregation tools can be employed by curators but the human act of curation adds a layer of value that aggregation alone cannot provide. A good example is Techmeme, the news aggregator run by Gabe Rivera. However, such approaches reach a natural limit. Tous éditeurs ? Les promesses incertaines de la « curation » Les acteurs du monde numérique aiment les « buzzwords ». Ils consomment un nouveau concept tous les six mois. Cet inusable cycle de la hype et de sa ringardisation met en lumière un thème avant, impitoyablement, de rebondir vers une autre thématique intégrant plus ou moins ce qui a su résister de la précédente. La nouvelle mode déjà démodée s’appelle curation. Empruntée au monde de l’art contemporain, la figure du « conservateur » devenu « commissaire d’exposition » puis « curateur » (curator) est donc désormais appelée à qualifier le fait que les internautes font des choix, éditent des liens, les ordonnent et les diffusent.

Le vocable a pris son essor aux Etats-Unis au printemps dernier, avant d’être relayé sur le blog de Robert Scoble. En second lieu, le thème de la curation prolonge et radicalise la critique méfiante qu’adressent les citoyens à l’égard de l’autorité des professionnels de l’information.