background preloader

Economie

Facebook Twitter

Pour la Banque mondiale, les prix alimentaires sont proches de "la cote d'alerte" Zone euro : l'analyse qui donne froid dans le dos. L’Espagne, par exemple, avait enregistré une croissance effectivement nulle de la productivité totale des facteurs depuis le début de la décennie : une grande partie de son taux de croissance relativement rapide ne provenait que d'une baisse du chômage et d’un niveau très élevé d'immigration. L’Italie, même si son compte courant affichait un déficit relativement faible, appartenait conceptuellement au même groupe, car l’évidente inquiétude de sa population quant aux perspectives d'avenir du pays aurait dû engendrer un excédent net courant, les Italiens épargnant en prévision d'une baisse future de leurs revenus.

Tous ces pays étaient extrêmement peu compétitifs sur les marchés internationaux. Dans le cas des quatre premiers, une forte demande intérieure avait pour conséquence que leur manque de compétitivité se traduisait par des déficits importants de leur balance commerciale. Pourquoi ces pays se trouvaient-ils dans cette situation ? Ces excédents, comment les obtenir ? Comment Goldman Sachs a provoqué la crise alimentaire. L’offre et la demande y sont évidemment pour quelque chose, mais la hausse des prix des denrées alimentaires constatée à travers le monde a une raison plus profonde: la gourmandise de Wall Street.

Comment Goldman Sachs a provoqué la crise alimentaire

Le Goldman Sachs Commodity Index Il aura fallu les grands cerveaux de Goldman Sachs pour réaliser une chose toute simple: rien n’a plus de valeur que notre pain quotidien. Et là où il y a de la valeur, il y a de l’argent à se faire. En 1991, les banquiers de Goldman, avec à leur tête le président visionnaire Gary Cohn, ont conçu un nouveau produit dérivé financier composé de 24 matières premières, des métaux précieux à l’énergie, en passant par le café, le bétail, le maïs, les porcs, le soja et le blé. Publicité Pendant près de dix ans, l’indice GSCI a été un produit de placement relativement statique, les banques étant davantage intéressées par les placements risqués et les obligations structurées que par tout ce qui peut être semé ou récolté. Des «contrats à terme» pour garantir une stabilité. La France du déclin tranquille. Jean Peyrelevade, ancien conseiller du gouvernement de Pierre Mauroy et ancien président du Crédit Lyonnais, livre un constat sans appel: «Nous sommes en train de consommer les derniers restes d'une prospérité passée.»

La France du déclin tranquille

Comment se dessine l'avenir du pays? Une longue décennie de croissance anémique, de chômage persistant, d'horizon bouché pour les jeunes. Une «japonisation». Les élections verront, à Paris comme à Tokyo, les gouvernements valser les uns après les autres, sans que cela ne change jamais rien au lent délitement. Le déclin, dans un climat débilitant de débats dérisoires sur la TVA du parc Astérix ou sur l'heure à laquelle DSK est arrivé chez lui place des Vosges. Aux yeux d'une majorité de Français et de la classe politique, rien ne paraît encore si grave. D'où l'idée entendue qu'il faut souhaiter une franche récession. Le mensonge des délocalisations Espérons que nous l'éviterons. Le mal a trois racines: la dette, la perte de compétitivité et l'Europe. Eric Le Boucher. Cinq leçons monétaires pour une nation en crise. D’un côté, de nombreux pays du monde ont souffert de la crise financière de 2008 et peinent à remonter la pente, de l’autre la Suède est la «rock star de la reprise», explique le Washington Post.

Cinq leçons monétaires pour une nation en crise

Croissance rapide, création d’emplois, gain d’avantages concurrentiel, la Suède pourrait donner des leçons aux Etats-Unis ou au Japon. La Suède n’a pas été épargnée par la crise de 2008/2009, mais elle a su rebondir. Son taux de croissance était de 5,5% en 2010, rappelle Option finance sur Yahoo, autrement dit le plus élevé des nations développées d’Europe... Car elle a su apprendre de ses erreurs après la crise financière qu'elle a connu dans les années 1990. Elle a ainsi créé un système économique et financier plus résistant, souligne le Washington Post en citant un vieux dicton: «Brûle ta langue une fois sur le lait chaud et tu vas commencer à souffler sur le yaourt.» Garder de l’ordre dans les finances pour manœuvrer en cas de problème Le pays tente ainsi de rester en excédent budgétaire. Dossier: crise de la dette. Pourquoi les dettes des pays européens intéressent les Brics. Conséquences du vieillissement démographique en France.